Lausanne, un potentiel difficile à estimer

Lausanne, un potentiel difficile à estimer

On a un peu honte de commencer un article en disant que Lausanne doit gagner en efficacité, alors que le LS sort d’un match où il a marqué cinq fois, dont quatre en dix minutes (lire ici). Mais l’efficacité, c’est précisément ce qui a manqué aux Vaudois pour repartir vainqueurs de la Maladière lundi soir devant 6224 spectateurs. « On a été dominés et oui, le LS a été meilleur », a reconnu d’emblée Roberto Cattilaz dans les couloirs du stade. Pas question de nier l’évidence: Lausanne a été séduisant sur le terrain synthétique neuchâtelois, proposant de vraies belles séquences de jeu, lesquelles ont débouché, d’ailleurs, sur des occasions nettes. « On en a eu six ou sept, mais on n’a pas marqué », résumait Xavier Margairaz. Ce n’est pas de sa faute, pourtant, lui qui a offert une passe décisive magnifique à David Marazzi à la 88e. Plein axe, le numéro 5 a fait parler sa magie pour décaler Marazzi d’un extérieur que personne d’autre en Challenge League n’a le droit d’imaginer faire. Hélas, le latéral a buté sur Laurent Walthert, bien sorti face à lui. Xamax tenait sa victoire et n’allait pas la lâcher.

Andi Zeqiri et Jocelyn Roux en pointe

Xamax avait ouvert la marque avant la pause grâce à Dante Senger, dans une atmosphère vraiment intéressante. Neuchâtel était de retour en Challenge League à domicile et entendait bien le montrer et faire honneur à son maillot. Mais le LS, on l’a dit, était nettement supérieur dans son système en 4-4-2, avec deux vrais attaquants et un milieu en losange. Fabio Celestini, toujours privé de Walter Pandiani, avait décidé de faire confiance à Andi Zeqiri et Jocelyn Roux en pointe, Quentin Rushenguziminega débutant sur le banc. D’entrée, Lausanne a pris le meilleur et Zeqiri, pour sa première titularisation en Challenge League, s’est créé plusieurs situations intéressantes, sans arriver à concrétiser. Xamax, privé de très nombreux joueurs potentiellement titulaires (Charles-André Doudin, Mustafa Sejmenovic, Agonit Sallaj, Yassine El Allaoui, Loïc Chatton…), ne pouvait agir qu’en contre, ce que les Neuchâtelois ont fait plutôt bien d’ailleurs, inquiétant à plusieurs reprises Dany Da Silva, titulaire pour la première fois dans les buts vaudois.

23 ans de moyenne, mais des joueurs d’expérience, quand même

« On a manqué d’efficacité, c’est tout. Dans les 30 derniers mètres, les leurs et les nôtres, on aurait dû mieux faire », soulignait à raison Xavier Margairaz. Fabio Celestini a lui aussi vu un bon match de son équipe, ne se montrant déçu que par le résultat, ce qui est évidemment tout de même l’essentiel. Alors se pose inévitablement la question: que peut espérer ce Lausanne-Sport cette saison? On pose la question, mais on n’a pas vraiment de réponse, en fait. Le projet est extrêmement séduisant et l’équipe a fière allure, avec sa moyenne d’âge de 23 ans au coup d’envoi, mais il serait faux de résumer ce LS à une équipe de gamins. Alexandre Pasche, Jocelyn Roux, Xavier Margairaz, Nicolas Gétaz et Arnaud Bühler n’en sont pas, sans même parler de Walter Pandiani, et Lausanne a le droit d’avoir des ambitions dans ce championnat. « Nous, favoris? Non, non et non », souriait pourtant Margairaz après la rencontre. Difficile de clamer ses ambitions après une défaite et ce LS-là ne vise officiellement qu’une place dans les quatre premiers, c’est vrai. Mais, paradoxalement, cette défaite est plutôt encourageante pour les Vaudois, qui ont vraiment montré une belle maîtrise.

Une Challenge League dense et indécise à souhait

Maintenant, une chose est sûre: ce championnat de Challenge League s’annonce indécis au possible. Qui sera en haut? Aarau et Wil? Peut-être, oui, mais on voit mal ce que le LS a à envier à ces deux équipes. Schaffhouse et Winterthour? Ils seront là, comme Wohlen. Et vu que les candidats à la relégation de la saison dernière (Chiasso, Bienne, Le Mont) se sont tous renforcés et que Xamax n’a pas vraiment une gueule de relégué, la Challenge League s’annonce tout à fait magnifique. La place finale du LS? Aujourd’hui, sincèrement, on n’en a aucune idée.

Les hommes du match

Dante Senger a inscrit le seul but de la rencontre et, globalement, il a beaucoup pesé sur la défense centrale vaudoise. Il est grand, imposant, et il sait marquer des buts. Il sera le leader offensif de Xamax cette saison et il a tout pour assumer ce rôle. Sinon? Laurent Walthert a été très fort. Brassard aux couleurs neuchâteloises sur le bras, il a porté son équipe à la victoire depuis ses buts.

Du côté du LS, on va prendre exactement les mêmes que la dernière fois, soit Alexandre Pasche et Romain Dessarzin. Les deux milieux de terrain ont fait parler leur technique sur le synthétique et ont offert au public quelques superbes redoublements de passes. Dans la lignée de leur belle prestation face à Bienne, ils ont été les meilleurs Lausannois.

Les prochains rendez-vous

Samedi 1er août, à 15h, Lausanne recevra Chiasso. Même jour, même heure, les Montains seront en déplacement à Schaffhouse. Et le dimanche 9 août à 15h, à Baulmes, ce sera ce superbe Le Mont – Lausanne!

FC Neuchâtel Xamax FCS – Lausanne-Sport 1-0 (0-0)

But: 34e Senger 1-0

Arbitres: M. Lukas Fähndrich, assisté de M. Sertac Kurnazca et de M. Benjamin Zürcher.

Xamax: Walthert; Gomes, Witschi, Bize (73e Erard), Zesiger; Mveng, Di Nardo, De Coulon (76e Oberli), Challandes (68e Delley); Savic, Senger.

Entraîneur: Roberto Cattilaz

LS: Da Silva; Lavanchy, Monteiro, Gétaz, Bühler (60e Marazzi); Ming, Custodio, Dessarzin, Pasche; Zeqiri (71e Rushenguziminega), Roux (60e Margairaz).

Entraîneur: Fabio Celestini

La Maladière. 6224 spectateurs.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*