Lausanne s’est battu pour conserver ces trois points

Lausanne s’est battu pour conserver ces trois points

Il y a les succès acquis à domicile, par un beau dimanche après-midi, devant un public ravi, en jouant bien au football. Et il y a ceux d’un début de soirée sous la pluie, quelque part en Argovie, sur un terrain compliqué à jouer, devant 490 spectateurs. Oui, ce succès du LS à Wohlen est important, car il a été acquis au courage, avec une abnégation et un état d’esprit en tous points remarquables. La preuve est désormais faite depuis ce samedi: le Lausanne-Sport de Fabio Celestini peut gagner en jouant bien, gagner en renversant des situations apparemment compromises, mais aussi gagner en étant dominé et en conservant un avantage dans des conditions difficiles. Et Dieu sait que ce match à la Niedermatten a été compliqué!

Fabio Celestini: « Il ne manque qu’un buteur à Wohlen »

Car en face du LS, il faut commencer par là, se dressait un FC Wohlen vraiment intéressant. « C’est l’équipe qui joue le mieux au football que l’on ait rencontré », glissait même Fabio Celestini, quelques minutes après un impressionnant cri de joie de son équipe. Les murs du vestiaire ont tremblé, preuve que ce groupe a apprécié ce succès à sa juste valeur. Non, ce n’est pas un exploit de gagner à Wohlen, mais cela reste une belle performance, surtout vu les circonstances. « En fait, il ne leur manque qu’un buteur pour être tout en haut du championnat », estime l’entraîneur du LS, toujours en parlant des Argoviens. Ce buteur, celui qui fait toute la différence, le LS l’a. Il s’appelle Jocelyn Roux.

Il a marqué les six derniers buts du LS!

Samedi, le numéro 9 du LS a inscrit ses 7e et 8e buts de la saison, lui qui a marqué les… six derniers buts de son équipe! Un à Wil, un face à Aarau, deux à Chiasso et les deux de ce soir: le compte est bon pour Jocelyn Roux, qui est le seul Lausannois à avoir trouvé le chemin des filets depuis le 14 septembre, soit exactement un mois. A la Niedermatten, il a de nouveau livré une performance digne de lui, symbolisant parfaitement l’état d’esprit accrocheur de ce LS batailleur. Après avoir ouvert la marque sur penalty (faute indiscutable de Dylan Stadelmann sur Numa Lavanchy dans le duel des latéraux), le Genevois a défendu comme un lion, comme toujours, et montré la voie à suivre à ses partenaires. Même si Wohlen a égalisé et s’est montré très dangereux en fin de première période, le LS a eu le mérite d’y croire encore et toujours. « Ils sont épatants », a d’ailleurs souligné Fabio Celestini en parlant de ses joueurs. Voilà un entraîneur qui ne dit pas « On » quand son équipe gagne et « Eux » quand elle perd, soit dit en passant…

Appel et contre-appel: Roux a tout fait juste sur le 1-2

Oui, ces joueurs du LS sont épatants, eux qui ont été ballottés en fin de première période et ont mordu dans la deuxième avec envie, faisant plaisir à la vingtaine de supporters venus les soutenir en ce samedi pluvieux. La deuxième période était vieille de 45 secondes lorsque Ming Yang Yang a débordé côté droit et centré parfaitement pour Roux, dont « l’appel contre-appel » était un modèle du genre. Il fait mine d’aller au premier poteau? Le voilà soudain au deuxième, libre de tout marquage pour réceptionner le centre de son milieu de terrain! Une volée parfaite, et 1-2 pour le LS, qui n’allait plus lâcher ses trois points.

Thomas Castella provoque un penalty… qu’il détourne

Wohlen, très convaincant on l’a dit, a pourtant poussé jusqu’à la fin, mais Thomas Castella a tout sorti, dont un penalty de Rexhep Thaqi qu’il avait lui-même provoqué. Pour son premier match de la saison avec la première équipe du LS, le portier s’est fait l’auteur d’une rencontre très satisfaisante, surtout que, on l’a dit, la pluie et le terrain difficile lui ont singulièrement compliqué la tâche. Au final, ses arrêts déterminants ont permis à Lausanne de conserver ses trois points. 1-2, score final.

Une hiérarchie clairement définie dans les buts

Un mots sur les gardiens pour finir? Fabio Celestini a été clair, son numéro 1 s’appelle Thomas Castella. « La hiérarchie a été fixée en début de saison et elle était bien définie. Le titulaire, c’est Thomas. En numéro 2, Kevin Martin. En numéro 3, Mathieu Descloux. Après, il y a eu des circonstances, avec les blessures des numéros 1 et 2. Là, je n’ai pas voulu titulariser Mathieu Descloux, qui est encore jeune. Je ne voulais pas mettre cette responsabilité-là sur ses épaules trop vite et on a eu l’occasion d’engager Dany Da Silva, qui a donné entière satisfaction. Aujourd’hui, tout le monde est de retour et on en revient au projet initial, dans l’ordre que je vous ai donné. Il n’y a pas de surprise, pas de parole trahie, juste un projet clair et assumé. Maintenant, Thomas doit être bon et il le sait. Il y a du monde derrière, qui a prouvé être capable de prendre sa place.  »

Le match du gardien fribourgeois lui a-t-il plu, d’ailleurs? « Oui. Il a eu quelques hésitations, mais c’était son premier match. Il a été bon, à mon avis, et il a réalisé quelques arrêts importants. Aujourd’hui, il provoque le penalty, mais il le détourne derrière et, ensuite, il ne fait plus une erreur jusqu’à la fin du match. Thomas, c’est ça. C’est un gardien qui gagne des points sur une saison », conclut sur le sujet Fabio Celestini.

Les quatre gardiens du LS ont gagné cette saison!

A noter que nous sommes en octobre que le LS a déjà utilisé… quatre gardiens en match officiel, qui ont tous au moins une victoire à leur actif! Kevin Martin a remporté le premier match face à Bienne, Thomas Castella le dernier en date, ce samedi à Wohlen, tandis que Dany Da Silva a assuré le brillant intérim que l’on sait et que Mathieu Descloux a été titularisé en Coupe de Suisse au Locle, face au FC Ticino. Une première dans l’histoire du football suisse?

Dany Da Silva est sous contrat jusqu’à la fin 2015

Cet hiver se posera donc la question du contrat de Dany Da Silva, qui se termine au 31 décembre 2015. Il est clairement venu pour dépanner et ne faisait pas partie du projet initial, mais ses performances ont été bonnes, voire très bonnes, et il est Vaudois, formé à Team Vaud. Le LS va-t-il le prolonger? L’exposition qu’il a reçu ces dernières semaines, et ses bons matches, vont-ils lui permettre de trouver un nouveau club? Ce sera une des questions de l’hiver à la Pontaise.

Fabio Celestini: « C’est toujours bien d’avoir un buteur en feu »

Avant cela, avant cette trêve hivernale et les inévitables variations dans l’effectif, petites ou grandes, il y a encore de belles choses à vivre, sans aucun doute. Dans le sillage de son buteur Jocelyn Roux, le LS entend maintenant engranger le maximum de points jusqu’à l’hiver. Tiens, d’ailleurs, Fabio Celestini, un joueur qui marque les six derniers buts de son équipe, est-ce une chance ou plutôt un problème? « C’est toujours bien d’avoir un buteur en feu. Il faut en profiter! Après, ce qui me ferait vraiment plaisir, c’est que Jocelyn continue à marquer autant et que ses collègues l’imitent. Si Andi Zeqiri, Walter Pandiani et Quentin Rushenguziminega marquent eux aussi, je serai le plus heureux des entraîneurs et vous ne me parlerez plus de Roux-dépendance », conclut l’entraîneur du LS dans un sourire, lui qui accepterait sans doute volontiers une victoire 0-1 au Brügglifeld dans une semaine avec un but de son numéro 9…

Les hommes du match

Immense respect de notre part pour Jocelyn Roux, le gladiateur de Challenge League. Si l’attitude du LS dans son ensemble est à louer avec sincérité, celle de son numéro 9 est à mettre particulièrement en évidence. Il va gratter chaque ballon, revenant défendre sur chaque balle comme si sa vie en dépendait. Il ne lâche rien, jamais, et il prend autant de coups qu’il en donne. Une promotion se fait aussi et surtout grâce à des joueurs comme lui. Mention très bien également à Thomas Castella. Pour son premier match de la saison, il a été très rassurant. Sa seule erreur de taille, le penalty provoqué, il l’a effacée de suite en sortant le tir de réparation de Rexhep Thaqi, justement. Il a retrouvé sa place et ne veut plus la lâcher.

Ils ont dit à Footvaud.ch

Jocelyn Roux, attaquant du Lausanne-Sport

On a assez bien débuté, mais après l’égalisation, on a eu une dizaine de minutes très compliquées. Wohlen est une très belle équipe, bien meilleure que ce qu’indique leur classement. On s’est bien battus jusqu’à la fin, et ces trois points nous permettent de conserver notre avance en tête, surtout qu’il y aura une confrontation directe entre nos deux poursuivants immédiats Bienne et Chiasso lundi. Aujourd’hui, malgré le bon adversaire et l’état médiocre du terrain, on a toujours cherché à jouer au football, sans renier nos principes. Mes six buts de suite? Je suis en confiance, j’espère que ça va continuer ainsi, et j’ai aussi la chance d’être dans une équipe offensive, qui amène beaucoup de ballons à ses attaquants. Le deuxième but, c’est une très belle action de jeu, et quand je vois arriver la balle de Ming, je comprends tout de suite qu’elle est parfaite. Pas de rebond, à la bonne hauteur, je n’ai qu’à taper. Si j’ai hésité à amortir? Non, celles-là je les prends de volée, que je sois en confiance ou pas n’y change rien! Face au but, si près, c’est direct!

Andi Zeqiri, attaquant du Lausanne-Sport

Jocelyn Roux, pour moi, c’est un modèle, un exemple à suivre. Je suis jeune et je dois apprendre de son abnégation, du fait qu’il ne lâche jamais rien. Il est impressionnant, encore aujourd’hui, il marque deux buts et il défend sur chaque ballon. Et en plus il est décisif, donc on en profite tous. Mon premier but en match officiel avec le LS? Je sais qu’il va venir, je ne me fais pas de soucis. Je marque avec l’équipe de Suisse M18, avec Team Vaud M21 et avec le LS en match amical, comme la semaine dernière face à Evian, donc il n’y a pas de raison que ça ne vienne pas. Je dois faire comme Jocelyn Roux: ne rien lâcher. Si le ballon ne vient pas une fois, il faut refaire un appel la fois d’après et cette fois il va venir. Et s’il ne vient pas, il faut en refaire un. Même si c’est pour avoir un seul ballon dans le match, il faut être prêt tout le temps.

Joël Kiassumbua, gardien du FC Wohlen

On a fait un bon match, voire un très bon match. On n’a pas été déclassé par le leader! On a eu nos occasions de marquer, mais la différence, c’est qu’eux ils en ont mis au fond une de plus que nous. Le symbole, pour moi, c’est le penalty. Eux ils marquent, nous on ne marque pas. Et je m’inclus dans ce constat… On n’est pas loin d’eux, mais la réalité, c’est qu’on prend zéro point aujourd’hui.

Les prochains rendez-vous

Lausanne revient en Argovie pour sa prochaine rencontre, le lundi 26 octobre à 19h45. Ce sera dans le mythique Brügglifeld pour y affronter le FC Aarau.

FC Wohlen – Lausanne-Sport 1-2 (1-1)

Buts: 13e Roux, pen. 0-1; 23e Weber 1-1; 46e Roux 1-2

Arbitres: M. Lionel Tschudi, assisté de M. Sladan Josipovic et de M. Michaël Lüthi.

Wohlen: Kiassumbua; Urtic, Bürgy, Muslin, Stadelmann; Thaqi (70e Minkwitz), Geissmann, Grether, Weber (64e Brown); Abegglen (77e Seferi); Ramizi.

Entraîneur: Martin Rueda

LS: Castella; Lavanchy, Carvalho, Gétaz, Marazzi; Custodio, Ming (73e Feuillassier), Pasche, Pandiani (46e Margairaz); Roux, Zeqiri (66e Dessarzin).

Entraîneur: Fabio Celestini

Niedermatten, 490 spectateurs. 63e, Castella détourne un penalty de Thaqi.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*