Lausanne n’a pas changé

Lausanne n’a pas changé

On s’imaginait volontiers le retour du scénario fou de l’an dernier à La Sarraz, lorsqu’Andi Zeqiri, idéalement servi par Jordan Lotomba, remettait les compteurs à zéro en inscrivant le 2-2 face au FC Sion, peu après l’heure de jeu mardi à Echichens. Il a fallu, cependant, se contenter d’une «bonne» défaite, pour les hommes de Fabio Celestini, le FC Sion ne s’étant pas laissé surprendre deux fois de la même manière par la combativité et l’état d’esprit du LS. Mais, au fond, peu importe.

L’adversaire, supérieur sur le papier, l’a aussi été sur le terrain, comme on pouvait s’y attendre. L’important n’était, de toute façon, pas là, ce mardi en fin d’après-midi. Après avoir joué une saison entière en Challenge League, les Lausannois allaient, forcément, devoir franchir le cap et affronter des formations d’un tout autre calibre, celles de l’élite de football suisse. Bien sûr, cela a été dur face aux solides Sédunois, et cela le sera d’autant plus durant les 36 journées qui composeront le calendrier  du Lausanne-Sport cette saison. Mais, à un mois de la reprise du championnat, les Bleus et Blancs ont clairement affiché leurs intentions et montré la direction. Et plus d’un signe encourageant ont pu être aperçu en cette chaude journée, au Grand Record d’Echichens.

 

Fc Lausanne Sport vs Fc Sion 2-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Un LS fidèle à son système

Il n’a pas fallu 30 secondes de jeu aux Lausannois pour tracer la première inconnue, qui n’en était même pas vraiment une. La courte pause estivale et le petit mois de vacances, bien mérité, ainsi que la promotion dans l’élite du football suisse n’y auront rien changé: La patte de Fabio Celestini est toujours bien inscrite, plus que jamais, même, dans le système de jeu de son groupe, et ce n’est pas pour nous déplaire. Évidemment, la jouerie, qui tient tant à cœur et que tente de développer le coach depuis son arrivée, sera bien moins éclaboussante et impressionnante face à Young Boys ou au FC Bâle qu’elle l’a été contre Bienne ou Schaffhouse, mais elle fait entièrement partie de la nouvelle personnalité du LS, celle qui a contribué au retour de la foule à la Pontaise ainsi que permis d’obtenir la promotion avec la manière. Mettre à l’épreuve cette jouerie en Super League, pour une saison de plus, cela ne peut qu’être une fantastique nouvelle.

Les nouveaux arrivés devront forcément trouver leurs marques

De ce système de jeu fait d’enchaînements et de redoublements de passes, le Lausanne-Sport en a fait un véritable atout, si bien que le recrutement «made in Celestini» s’est principalement concentré là-autour. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cela s’est vu mardi soir. Sur sept nouvelles arrivées, ils ont été cinq à fouler la pelouse du Grand Record (seuls Gabriel Torres, l’international panaméen, et l’Italien Paolo Frascatore étaient absents). Les cinq? Benjamin Kololli, Musa Araz, Andrea Maccoppi, Juan Esnaider et Francesco Margiotta. Tous ont eu le droit à 45 minutes de jeu, les mêmes, d’ailleurs, puisque toutes les recrues se sont retrouvées sur le banc pour la seconde mi-temps, et tous ont montré énormément d’engagement.

Des deux périodes, la première a clairement été la plus délicate à gérer pour les Lausannois, qui pouvaient se montrer plus que satisfaits de rentrer aux vestiaires avec un seul but d’écart en leur défaveur. Mais, là encore, l’essentiel ne se trouvait pas dans le score. Forcément, un LS fait de cinq joueurs ayant posé bagages dans la capitale vaudoise et commencé l’entraînement avec leurs nouveaux coéquipiers il y a à peine plus d’une semaine allait souffrir contre une équipe valaisanne qui n’a quasiment pas changé durant la trêve. Malgré cela, chacun a démontré que sa venue dans l’effectif composé par Fabio Celestini n’était pas un hasard. De la vista, une jolie aisance technique et beaucoup d’envie, entre autres, voilà qui devrait être intéressant à suivre dans les mois à venir.

 

Fc Lausanne Sport vs Fc Sion 2-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Un coup-franc qui pourrait en inspirer d’autres

C’est, d’ailleurs, des pieds de deux nouvelles têtes qu’est tombé le 2-1, juste avant la pause. Mal capté par Anton Mitryushkin, le gardien russe du FC Sion, un puissant coup-franc de Benjamin Kololli, qu’on aurait adoré voir toucher plus de ballons avant sa sortie, étant donné le bien qu’il a réussi à tirer des quelques balles qui lui sont parvenues ou qu’il a directement récupéré, rebondissait dans les pieds de Musa Araz (un peu plus discret mais qui a fait preuve d’une belle débauche d’énergie), placé idéalement dans la surface et qui n’avait plus qu’à pousser le cuir au fond des filets. Le coup de pied arrêté était très bien tiré, la finition de Musa Araz, un peu aidé par le chance, parfaite. Voilà encore de quoi s’inspirer pour la suite.

Le noyau de l’équipe bel et bien au rendez-vous

Tout a pourtant mieux tourné pour le LS après le thé, une fois que les «anciens», ceux avec qui Fabio Clesestini travaille depuis une année maintenant, sont entrés sur le terrain. Il faudra du temps pour que ces nouvelles recrues soient parfaitement à l’aise sous le maillot bleu et blanc (ou orange, en l’occurrence), mais, à défaut d’avoir du temps, ils ont du talent. Là-dessus, il n’y a aucun doute. Lorsque ceux-ci ont cédé leur place aux plus anciens, on a senti que le LS se retrouvait, évoluait, à nouveau, en terres conquises. Jordan Lotomba, notamment, dont l’effort et la performance sont à souligner, a eu beaucoup plus d’impact en seconde période. Celui qui a joué les 90 minutes du match s’est retrouvé bien mieux servi après la pause, dans son couloir droit où il a multiplié les courses, avec plus ou moins de réussite. Il faut dire que l’ailier de 17 ans n’avait ni le physique, ni l’expérience à son avantage face à l’arrière-garde valaisanne pour faire beaucoup mieux. Finalement, le onze de la seconde période n’a pas fait mieux que celui de la mi-temps initiale, s’inclinant aussi 2-1. Malgré tout, le noyau de cette équipe lausannoise, présent sur le terrain pour la seconde moitié du match, a donné beaucoup de fil à retordre aux hommes de Didier Tholot.

Il faudra compenser la fragilité physique

Malgré tous les signes positifs, on garde encore à l’esprit ce déboulé en trombes du virevoltant Jordan Lotomba, côté gauche, face à Freddy Mveng, qui n’a même pas eu à trottiner pour contenir le débordement du jeune ailier. C’était un duel perdu pour les Lausannois parmi tant d’autres cet après-midi, mais, malgré tout, cela en dit long sur le challenge qui attend la troupe de Fabio Celestini cette année. Le défi physique? Il sera perdu face à la plupart des équipes de Super League, c’est une certitude. Et, même si c’est un phénomène tout à fait normal pour une jeune équipe qui vient d’obtenir sa promotion, il faudra trouver le moyen de compenser cette lacune. En passant par le système de jeu et en continuant de bien faire circuler le ballon? C’est sans doute la meilleure solution, et celle qui sera la plus attractive pour le public. Suffisant pour se maintenir dans l’élite? Pour l’instant, vous êtes plus de 80% à y croire, selon notre sondage. Pour le coach lausannois, trois très bons joueurs seront, toutefois, encore nécessaires pour que l’aventure du FC Lausanne-Sport dure le plus longtemps possible en Super League. Voilà qui annonce la couleur de ces prochains jours.

Un article rédigé par Florian Vaney

 

Fc Lausanne Sport vs Fc Sion 2-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*