Lausanne comptabilise mais oublie la manière

Lausanne comptabilise mais oublie la manière

Samedi, par une douceur estivale, Lausanne, toujours en souffrance dans le jeu, a du attendre trop longtemps pour enfin passer l’épaule (84e) face à un Rapperswil fantomatique, lanterne rouge en pleine chute libre (1-0).

Avec ce nouveau et malgré tout mérité succès, même si la manœuvre a été laborieuse, les Lausannois, guère flamboyants, ont surtout réalisé la parfaite opération comptable. En effet, ils profitent avec un certain bonheur d’une décevante reprise du leader Servette que tous les experts et spécialistes pensaient inaccessible. Les Genevois voient leur marge de sécurité fondre à la surprise générale, comme neige au soleil. Après s’être pris les pieds dans le tapis du côté du mal loti Chiasso, ils ont enchaîné péniblement pour partager les points avec un Wil qui comme attendu s’étiole progressivement, mais sûrement.

Rapperswil sans argument

Devant leurs spectateurs, les Vaudois, dès l’entame des débats, se sont montrés clairement dominateurs. Mais la manière manquait singulièrement d’inspiration, de changements de rythme et de véritables surprises pour déstabiliser un adversaire actuellement méconnaissable et sans confiance. Les Saint-Gallois, engagés dans une spirale négative sans fin se sont contentés, par faute d’arguments, de défendre dans le secret espoir de renouer enfin avec la victoire.

Lausanne, en 4-4-2 classique avec une surabondance de milieux de terrain à vocation défensive et avec un Kukuruzovic relégué et inutile sur le côte droit, a peiné à trouver des solutions pour solliciter le duo Kuba-Buess sevré de ballons. Le français Koura dans la grisaille aurait pu malgré tout mettre les siens sur orbite. Sur sa première opportunité, il faisait parler sa vivacité pour malheureusement trop croiser sa frappe (8e). Il a fallu attendre la demi-heure pour que les « Bleu et Blanc », au contenu offensif d’une grande misère, offre à Koura une réelle occasion. Le numéro 11, habilement démarqué par Pasche, butait sur un excellent Ianz, auteur d’un petit miracle (29e).

Deuxième mi-temps à sens unique

Au retour des vestiaires, Contini apportait les correctifs nécessaires en introduisant de la vitesse avec le véloce Oliveira. Ce dernier se mettait de suite en évidence, mais pêchait comme trop souvent dans la qualité de ses choix (48 et 53e). Sans être génial, Lausanne prenait largement le dessus et se rapprochait progressivement du goal de la délivrance. Rapperswil qui n’a pas eu droit au chapitre faisait le dos rond avec les moyens du bord. Sans jeu et occasion, les visiteurs s’accrochaient et auraient pu profiter d’un ballon inutilement perdu par Lossli pour se présenter à 3 contre 1 et réussir le parfait hold-up. Mais, à l’image de leur rencontre et de la misère de ces 4 derniers mois, ils galvaudaient, sans surprise, ce cadeau inespéré.

Grâce aux entrées des jeunes, Silva et Ndoye, les « Bleu et Blanc » se montraient toujours plus menaçants avec notamment une balle de match ratée par Silva, maladroit au moment de conclure (81e). Finalement, le « LS », pouvait enfin se libérer et trouver l’ouverture. Oliveira, très actif, débordait rageusement sur le côté gauche pour adresser un véritable caviar que Nganga, au 2e poteau, pouvait à bout portant transformer (84e). Lausanne, plus jamais inquiété, pouvait sans souci majeur gérer les ultimes minutes avec un Rapperswil abattu, battu et sans ressource.

Bilan chiffré impeccable

Le bilan, après ce début de reprise face à trois équipes du fond de classement, est impeccable sur le plan chiffré. Lausanne a su retrousser les manches dans la difficulté et faire preuve d’un mental de champion pour, à chaque fois, faire la différence dans les dernières minutes. En revanche, Giorgio Contini n’a pas toujours trouvé les hommes et la formule gagnante pour faire progresser sa formation dans le jeu, considéré par tous comme largement insuffisant. L’entraîneur adepte de l’adage que seul le résultat compte devrait rapidement trouver la bonne alchimie pour les prochaines échéances capitales qui s’annoncent d’ores et déjà d’un tout autre acabit.

Revenus à 4 points du leader, les Vaudois qui rêvent d’une promotion par la grande porte passeront vendredi à Wil un premier test sérieux et digne de ce nom. La victoire est impérative face à un adversaire certes coriace, mais qui a déjà abandonné toute ambition. Le faux-pas est donc interdit, surtout que Servette, peu rassurant, pourrait perdre des plumes lors de ses deux prochains déplacements à Kriens et surtout contre l’ogre Aarau, l’équipe en forme du moment. En effet, les Argoviens qui dans les 10 derniers matchs parfaitement réussis ont récolté la bagatelle de 28 points, un bilan qui inspire peur et respect.


FC Lausanne-Sport – FC Rapperswil-Jona 1-0 (0-0)

Buteur: 84e Nganga 1-0

Auteur

Comments

  1. Allezls
    Allezls 21 février, 2019, 10:31

    Je vous trouve bien dur avec le LS. Jamais facile d’accélérer le jeu avec des équipes regroupées dans leurs 25m. Même les plus grandes équipes telles City ou le Barça sont d’un ennui terrible à regarder jouer. Simplement elles, elles ont des individualités incroyables qui permettent tout-à-coup une accélération. Mais le jeu de base jusqu’aux 25M d’un City ou d’un Barça, n’est pas plus châtoyant que celui du LS. Le LS, lui, n’a pas de telles individualités. Ou ne les convoquent pas (voir plus bas). De plus, votre article manque énormément de profond. Il serait pas mal de faire un compte-rendu plus détaillé du match en analysant les performances de chacun et les à-côté du match. Vous critiquez l’offensive, mais sans préciser que les deux meilleurs attaquants, Zeqiri et Margiotta étaient respectivement blessés et non convoqués donnant une impression trompeuse aux lecteurs ne connaissant pas tout du LS. A propos de Margiotta et si vous voulez un article vraiment intéressant, il serait peut-être une fois pas mal de contacter P. Iglesias pour faire le point vraiment en détail de la situation de l’attaquant. Ce que le club lui reproche PRECISEMENT. On sait que son attitude est en cause, mais quoi PRECISEMENT ? Car personnellement, je trouve vraiment extrêmement dommageable et vous le citez donc bien dans votre article, de se passer d’un joueur avec la vista et la technique de Margiotta. Comme vous le relevez, le secteur s’en ressent extrêmement appauvris.

    Merci de votre lecture et meilleures salutations sportives.

    Reply this comment

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*