L’Ange Blond retrouve les terrains

L’Ange Blond retrouve les terrains

Cet homme-là a fait trembler la Pontaise. Entre 1979 et 1984, Robert Kok a marqué 45 fois en 126 matches de LNA pour le LS. Formé à l’Ajax Amsterdam, il a rejoint la Suisse à 22 ans et y a connu ses plus belles années, sous les couleurs du Lausanne-Sport, de Servette et de Zurich, avant de finir sa carrière au FC Bâle, à 35 ans. Au total, il aura marqué plus de 150 buts en Suisse, dans un pays où il a décidé de rester une fois son métier de footballeur terminé. L’Ange Blond a laissé un souvenir magnifique aux amoureux du football, celui d’un attaquant racé, très élégant et surtout très fort. Que nos lecteurs nés dans les années 70 ou 80 nous excusent pour ce rappel inutile, mais il est important, aussi, d’expliquer aux jeunes générations qui était ce formidable footballeur.

Aujourd’hui, Robert Kok a 58 ans, vit toujours dans la région lausannoise, mais n’avait plus d’activités liées au football… jusqu’à aujourd’hui. Porto Lausanne, ambitieuse équipe de 3e ligue, a en effet pris contact avec lui pour succéder à son duo d’entraîneurs, dont le club s’est séparé à la fin du premier tour. La réponse du Hollandais? Un grand oui! Interview.

Monsieur Kok, quel plaisir de vous voir retrouver les terrains!

C’est gentil, merci (sourire). Je suis content aussi, bien sûr. J’avais décidé de m’éloigner un peu de ce football amateur les dernières années. Je voulais prendre un peu de recul, mais la passion a fini par me rattraper. Tant mieux, j’ai envie de dire.

Quelle était votre dernière équipe, déjà? On se rappelle de Dardania, c’est juste?

Oui, exactement, il y a une dizaine d’années, en 2e ligue inter. On était à la lutte pour monter en 1re ligue, tout allait bien. Et puis, soudainement, pour des raisons « politiques », j’ai été évincé. En gros, le club ne voulait pas monter, à l’époque. Allez, bast, c’est du passé, mais j’ai décidé de prendre du recul après ça. J’avais été déçu.

Vous avez eu énormément d’approches ces derniers temps. On pourrait vous citer dix clubs qui nous ont parlé spontanément de vous ces trois dernières années… Vous aviez accepté d’aider Renens, d’ailleurs, non?

Oui, juste pour rendre service quelques matches, alors qu’ils n’avaient pas d’entraîneur. Mais bon, ce n’est pas ce que j’appelle vraiment revenir. Comme je vous l’ai dit, j’étais bien en allant juste voir quelques matches, rien de plus.

Là, vous faites votre retour, on peut l’écrire comme ça?

Oui, si vous voulez (rires).

Pourquoi Porto? Pourquoi maintenant?

Le discours du président m’a bien plu et il a coïncidé avec un moment où j’avais envie de revenir. Porto veut monter, ce qui est important pour moi. J’aime les défis et celui-ci en est un. Je me réjouis vraiment, j’ai déjà rendez-vous mardi avec le président pour parler de l’effectif, effectuer le planning des entraînements pour la reprise, préparer les matches amicaux…

La montée, c’est vraiment l’objectif?

Clairement. Après, vous savez comment c’est le football, il faut un peu de chance! On ne peut pas dire qu’on va le faire quoi qu’il arrive. Par contre, on va travailler pour y arriver. J’ai envie de mettre l’accent sur la discipline et sur l’aspect physique. Si on se prépare bien, on va gagner des matches grâce à ça, car on fera les meilleurs choix en fin de match par rapport aux autres équipes de 3e ligue.

Les joueurs de Porto doivent s’attendre à souffrir, alors?

Oui (rires). Il y a un effectif de qualité, très latin, forcément. Alors, je vais apporter un peu de la rigueur du nord, mais en gardant un vrai équilibre. Le président pense que ce sera un bon mélange et j’y crois aussi. Il faut que les joueurs conservent leurs qualités latines, c’est primordial, et si on y ajoute un brin de culture hollandaise du football, on sera bons!

Vous suiviez encore le football ces derniers temps?

De moins près qu’il y a dix ans, mais j’allais très souvent voir Sonny, mon fils. Je sais à quoi m’attendre.

Vous allez le prendre avec, Sonny?

Non! Déjà, parce que je ne suis pas partisan d’une relation père-fils sur le terrain. C’est la première chose.

La deuxième?

Sonny doit jouer plus haut pour avoir du plaisir et être vraiment performant. Non, désolé, vous n’aurez pas un deuxième article à faire (rires).

Categories: 3e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*