La Sarraz s’impose dans le derby de l’ennui

La Sarraz s’impose dans le derby de l’ennui

Dimanche, sur les terres d’un Echichens en souffrance, La Sarraz, solide et sans génie, a pris logiquement les trois points dans une rencontre de petite cuvée (0-2).

Sur un terrain en mauvais état et peu évident, les deux protagonistes, longtemps unis dans la médiocrité, nous ont gratifiés d’un derby vaudois sans saveur ni émotion. Echichens, qui restait sur une performance rassurante et de choix chez le leader Colombier, est à nouveau retombé dans ses travers, pour, au final, passer totalement à côté de son sujet. La Sarraz, pour sa part, voulait oublier au plus vite la traumatisante défaite, concédée face à la lanterne rouge Thierrens. Avec ce succès laborieux, mais amplement mérité, les Sarrazins ont remis la machine en route et replacé l’église au milieu du village.

45 minutes décevantes

Pendant les 45 premières minutes, insipides et dénuées d’intérêt, le niveau des débats est resté au point mort, frisant même le néant. Les Echichannais, tendus comme des arbalètes, ont erré comme des âmes en peine. Sans confiance, ils ont balbutié leur football, avec un déchet technique inhabituel. Sans inspiration et occasion, ils ont attendu la 45e pour montrer qu’ils existaient encore, sur un bon enchaînement de Cuba. Les visiteurs, sur la réserve et qui perdaient Djuric sur blessure (25e), se montraient supérieurs dans le jeu, sans toutefois convaincre et faire la différence. Derek Isabella, très actif, était le seul à réellement se distinguer. Dès le retour des vestiaires, le match sortait de sa morosité, sous l’impulsion d’un La Sarraz plus conquérant et imaginatif.

A la 48e, Gfeller commettait la bourde qui aurait pu coûter l’ouverture du score. Mais, Nzinga perdait son duel avec le jeune Mastil, qui allait souvent et brillamment se mettre en évidence. Les visiteurs, avec Luwawa, champion des mauvais choix, se faisaient toujours plus pressants avant de récolter le fruit de leur nette domination. Luwawa s’illustrait cette fois en délivrant « l’assist » parfait pour Dauti, idéalement placé. La frappe du gaucher était précise et imparable (64e).

La Sarraz toujours dans le coup

Echichens, toujours en déshérence, prenait alors quelques risques. Cette timide réaction se résumait par une petite série d’improductives et naïves tentatives. La Sarraz, avec conviction et sérénité, laissait passer l’orage, tout en plaçant des contres meurtriers pour tuer le match. Luwawa, encore lui, se montrait malheureux et maladroit à la conclusion (74e, 83e et 87e). Il pouvait, cependant, avec l’aide du poteau, sceller définitivement le score (91e). Avec ces trois nouveaux points, acquis sans brillance, La Sarraz reste parfaitement dans le coup, même si la course à la consécration suprême s’annonce compliquée.

Absences ressenties

L’équipe est sans doute moins compétitive que ces dernières années. Mais elle peut évoluer, sans véritable pression. La direction du club, réaliste, veut jouer les premiers rôles, sans faire de la promotion son principal objectif. Patrick Isabella n’était pas mécontent de l’issue finale: « Ce match était à l’image de notre saison. On est lacunaires dans la maîtrise du jeu. L’absence des irremplaçables Rosse, Zari et Pitronaci se fait cruellement ressentir et peut expliquer, en partie, nos carences actuelles ».

Un seul point à domicile

Echichens, méconnaissable et impuissant, glisse sur une pente savonneuse, en direction des profondeurs du classement. Les« bleu et blanc », scotchés sous la barre fatidique, paient au prix fort leur persistante et pénalisante stérilité offensive à domicile. Au Grand-Record, ils n’ont, en effet, récolté qu’un petit point en cinq tentatives. Fabio de Almeida est sérieusement inquiet pour l’avenir: « Je peine à reconnaître mon équipe lorsqu’elle évolue devant son public. Je n’ai pas vraiment de réponse à toutes ces interrogations. Il faudra rapidement serrer les coudes, pour limiter la casse lors des deux derniers rendez-vous de 2018. »


Echichens – La Sarraz 0-2 (0-0)

Buteurs: 64e Dauti 0-1, 91e Luwawa 0-2

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*