La Sarraz-Eclépens regarde à nouveau vers le haut

La Sarraz-Eclépens regarde à nouveau vers le haut

C’est sûr, le FC La Sarraz-Eclépens jouera en 2e ligue inter la saison prochaine. Le suspense n’était pas immense, mais l’équipe de Jean-Philippe Karlen devait faire encore quelques points pour s’en sortir et être sûre à 100% d’éviter une relégation qui semblait impensable en début de saison. Jeudi, en match avancé de la 20e journée, les Sarrazins ont battu Plan-les-Ouates (2-1) grâce à des buts de Guillaume Salvi et d’Hervé Rickli, à trois minutes d’intervalle.

Menés 0-1 par les Genevois, qui jouent leur survie, les Sarrazins ont donc égalisé grâce à leur jeune défenseur central Guillaume Salvi, auteur par ailleurs d’un très bon match. Le pied gauche d’Aleksandar « Misko » Bozic était dévié par Salvi « de la malléole », selon ses propres dires. 1-1 à la 20e et 2-1 à la 23e grâce au renard Hervé Rickli, le plus rapide à réagir sur un ballon traînant dans les seize mètres. Le score ne bougera pas jusqu’à la fin de la partie, malgré plusieurs solides occasions pour Plan-les-Ouates.

Si la partie de Guillaume Salvi dans l’axe de la défense est à souligner, Damien Djuric peut également être fier de sa prestation. Damien Warpelin, le numéro 1, étant professionnellement très occupé, Djuric a enchaîné sa deuxième titularisation et s’est fait l’auteur de plusieurs arrêts de classe, jusque dans les arrêts de jeu. Au final, La Sarraz s’est donc imposé et rend un sacré service au Montreux-Sports, qui a l’occasion de revenir tout près de Plan-les-Ouates ce week-end. La lutte s’annonce passionnante jusqu’au bout dans ce groupe 1 de 2e ligue inter, en haut comme en bas.

Directement après le match, on s’est approchés d’Hervé Rickli, auteur de son premier but de l’année 2015. Un but qui vaut trois points et le maintien.

Hervé, le boulot est fait!

Oui, on a assuré le maintien et on peut maintenant jouer de manière complètement libérée. Et pourquoi pas aller voir un peu plus haut? Les trois Genevois sont intouchables, mais il nous reste six matches et on peut viser la 5e place. Ce serait un bon résultat, déjà.

Surtout que l’équipe a beaucoup changé cet hiver…

Justement. On a beaucoup rajeuni l’effectif et terminer 5e, ce serait une belle manière de se dire qu’on peut y arriver même en n’ayant plus la grosse équipe du premier tour. Il y a du potentiel dans cette équipe et d’ici un ou deux ans, je pense que La Sarraz sera vraiment redoutable. Regardez Valentin Dupuis, Alex De Groot… Ils ont du ballon. Mais cela prend du temps, et cet hiver c’est vrai qu’on ne savait pas vraiment dans quelle direction on allait. Là, je me dis même qu’on peut aller chercher la 4e place, occupée par Dardania. On doit jouer encore contre eux et on ne va se priver de rien.

Vous avez débloqué votre compteur en 2015 aujourd’hui. On imagine que ça devait vous peser un peu, vous qui êtes plutôt du genre à marquer un but par match…

Ah ça oui, c’est clair. Pour un buteur, rester quatre ou cinq matches sans marquer, c’est long. J’avais obtenu un penalty, donné des balles de but, mais rien ne remplace la sensation de voir les filets trembler. Là, c’est bon, c’est fait.

C’est moins évident pour vous, avec une équipe moins expérimentée qu’au premier tour. Les ballons arrivent moins bien, moins vite…

Oui, si vous voulez, mais j’ai aussi raté des occasions. Contre Servette, je suis seul face au gardien et il fait l’arrêt. Là, ce ne sont pas les coéquipiers, c’est moi. Après, vu que Veselin Georgiev est en grande forme, avec déjà six buts, j’ai aussi plus de consignes défensives. Je lui laisse un peu la place devant, c’est différent. Et puis bon, il y a l’âge aussi! Je vais plutôt vers la fin (rires)… Pour un attaquant, dès 34 ou 35 ans, ça devient aussi plus compliqué, il faut être clair.

Vous serez encore à La Sarraz la saison prochaine?

On n’a pas encore discuté. Je suis ouvert à tout, mais on va déjà bien finir et on verra. J’aimerais vraiment qu’on termine dans les cinq premiers, voire même quatrième. Après, il faudra prendre une décision, mais il est trop tôt pour en parler.

Qui voyez-vous monter dans ce groupe?

Je dirais Collex-Bossy. Ils ont moins de pression que Signal Bernex, qui a beaucoup investi. Collex, c’est plus un groupe de copains qui prendrait la montée comme une belle aventure. Je sens Signal un peu plus tendu. Mais bon, UGS est toujours là! A sept journées de la fin, ils sont encore devant, ce n’est pas rien. Mais je reste sur Collex.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*