La Sarraz ne peut pas se permettre de perdre des points comme ça

La Sarraz ne peut pas se permettre de perdre des points comme ça

Les joueurs et le staff du FC La Sarraz-Eclépens vont peut-être nous traiter de fou, voire même nous trouver injustes avec eux, mais on prend le risque de les fâcher: ils n’ont pas été bons ce dimanche face à Grünstern. Oui, les Sarrazins sont invaincus après six journées (quatre victoires et deux nuls) et oui, ils sont toujours leaders avec trois points d’avance sur Le Locle. Tout cela, on est en conscients. Mais dimanche, ils ont montré trop peu de jeu, trop peu d’envie et un peu trop d’individualisme pour espérer autre chose qu’un match nul arraché de justesse à la 88e. Le sauveur? Arbesjan Lekiqi, de la tête, sur un corner parfait d’Alex De Groot. Heureusement, La Sarraz a pu obtenir ce point, lequel représente le minimum pour une équipe que l’on veut voir comme un candidat à la promotion en raison de ses immenses qualités individuelles.

Grünstern était venu pour défendre, c’est tout

On exagère un peu en étant aussi négatif pour le match de ce dimanche? Pas vraiment, non. Les Sarrazins ont été tellement supérieurs à leurs adversaires biennois qu’ils auraient dû largement remporter ce match. D’accord, Grünstern était bien organisé défensivement. Encore heureux, avec deux lignes de quatre défenseurs et deux vagues joueurs offensifs, qui ont vu le ballon une fois toutes les vingt-cinq minutes à peu près. Les visiteurs, qui étaient venus pour défendre et déblayer, l’ont très bien fait, d’accord. Mais quand même: face à un tel adversaire, on aurait aimé plus d’audace, plus de collectif et plus de réalisme. Car La Sarraz a eu le ballon, mais n’a pas su quoi en faire, sinon des tentatives malheureuses, jusqu’à l’égalisation de Lekiqi à la 88e. Et le plus fou, c’est qu’ils auraient encore largement pu s’imposer dans les dernières minutes, provoquant trois situations chaudes devant les buts biennois dans les arrêts de jeu.

Veselin Georgiev manque le 1-0, Grünstern le punit

Cela n’a donc pas été le cas et les deux équipes se sont séparées sur ce 1-1 rageant pour les Sarrazins. Leurs occasions? Un face à face entre Veselin Georgiev et le gardien biennois (45e, tir à côté du Bulgare), une belle frappe d’Estefan Alvarez sauvée par le portier adverse (58e) et, surtout, une occasion gigantesque pour Georgiev à la 75e. Absolument seul à dix mètres sur un centre venu de la gauche, le Bulgare avait tout le temps de bien faire. Il aurait pu contrôler de la poitrine, aller se servir un café à la buvette, commander un schublig, revenir à sa place et il aurait encore eu de l’avance pour la mettre au fond, tellement il était libre de tout marquage. Hélas, Georgiev, en manque de réussite ces temps, a placé un coup de tête tout mou en plein dans les bras du gardien bernois. Quinze secondes plus tard, sur le contre, alors que tout La Sarraz se prenait la tête entre les mains en se demandant encore comment son attaquant avait pu manquer cette occasion XXL, Nolan Nuzzolo trompait Damien Djuric. 0-1.

Le Bulgare est capable de tout

Veselin Georgiev peut s’en vouloir, mais on se méfie toujours avec le Bulgare, qui peut passer à côté d’un match et marquer trois fois lors du suivant. Il lui en faut peu pour retrouver la confiance et c’est pour cela que Jean-Philippe Karlen hésite à le sortir, que ce soit du onze titulaire ou en cours de match. Avec lui, les buts peuvent s’enchaîner et il a une capacité rare à se créer des occasions quelle que soit la configuration du match. Ce dimanche, il en a manqué deux grosses, mais il est capable de placer un hat-trick à tout moment.

La Sarraz-Eclépens est meilleur à l’extérieur

Il ne porte d’ailleurs évidemment pas toute la responsabilité de la défaite sur ses épaules, ses partenaires ayant proposé trop peu de jeu à mi-terrain pour espérer autre chose dans ce match. La Sarraz-Eclépens a joué long, de manière désordonnée, et doit s’interroger sur ses difficultés à la maison. Une statistique? A l’extérieur, les Sarrazins comptent neuf points en trois matches. A la maison, ils en sont à cinq, toujours en trois matches. De quoi interpeller…

Il faudra réagir déjà ce mercredi à Bulle

La suite? Dès ce mercredi à Bulle, le grand favori du groupe. Pourquoi en semaine? Car Bulle joue en Coupe de Suisse le week-end prochain et La Sarraz-Eclépens va donc effectuer le difficile déplacement de Bouleyres en semaine, face à une équipe en net regain de forme. Les Gruériens viennent en effet de remporter deux matches à l’extérieur (Grünstern et La Tour/Le Pâquier) et semblent avoir enfin lancé leur championnat. Ce sera un match d’hommes, un vrai, car les Bullois ne lâchent jamais rien et ont l’occasion de mettre un terme définitif à leur mauvais début de saison. Si Bulle gagne, alors l’écart ne sera plus que d’un point entre les deux équipes et le FCB sera complètement relancé. La Sarraz doit réagir, retrouver ses valeurs collectives et s’attendre à souffrir à Bouleyres. Cela peut donner un grand match. De ceux qui font progresser une équipe. Coup d’envoi à 20h15 mercredi et une chose est sûre, on se réjouit d’y être pour voir ce que cette équipe a vraiment dans le ventre.

Les hommes du match

Alex De Groot a amené un souffle nouveau en entrant à la pause. Positionné côté droit après la sortie sur blessure d’Elmedin Hasanovic (épaule), il a été le meilleur Sarrazin en deuxième période. Il a marqué des points, tout comme Arbesjan Lekiqi, lui aussi auteur d’une belle entrée. Il n’a joué que quinze minutes, dans une défense à trois au sein d’une équipe qui poussait pour égaliser, et il a été parfait dans ses interventions. Il s’est même offert le but de l’égalisation. Moins souvent titulaire que la saison dernière, il est bon quand il entre et ceci est important pour un entraîneur et pour un groupe. Il a été récompensé de son bon état d’esprit avec le but du 1-1. Jean-Philippe Karlen, même s’il ne le fait plus jouer d’entrée, sait qu’il peut compter sur un guerrier au mental irréprochable. Enfin, Henrique De Amorim a été bon en défense centrale. Comme d’habitude, il a été très fort dans l’impact, un peu moins à la relance longue. Quelle puissance dans les duels, quand même!

Les prochains rendez-vous

La Sarraz rejoue dès ce mercredi un vrai choc au sommet, à Bulle. Coup d’envoi à 20h15. Ensuite?Un déplacement à La Tour/Le Pâquier le week-end suivant.

FC La Sarraz-Eclépens  – FC Grünstern 1-1 (0-0)

Buts: 75e Nuzzolo 0-1; 88e Lekiqi 1-1.

La Sarraz: Djuric; Bernard (77e Lukebadio), Henrique, De Matos, Teba (77e Lekiqi); Bozic, Hasanovic (46e De Groot); Dupuis, Brahimi, Alvarez; Georgiev.

Entraîneur: Jean-Philippe Karlen.

En Gravey, 180 spectateurs.

Categories: 2e ligue inter

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*