La Sarraz-Eclépens a la chance et la réussite d’un promu

La Sarraz-Eclépens a la chance et la réussite d’un promu

Il y allait de toute façon avoir un malheureux. Il en fallait un, que ce soit en haut du classement (La Sarraz-Eclépens) ou en bas (Thierrens). Les deux équipes avaient un furieux besoin de points, que ce soit pour entretenir leur espoir de promotion ou pour espérer se maintenir, et, à ce jeu-là, seul le FC La Sarraz-Eclépens peut être content de son après-midi. Elmedin Hasanovic et ses copains se sont en effet imposés 2-1 grâce à un penalty de leur attaquant bulgare Veselin Georgiev, l’homme qui effectue tous ses appels de balle en aboyant (véridique). C’est donc lui, le brave Veselin, qui a osé prendre ce ballon dans les mains à douze minutes de la fin, pour s’en aller tromper Thierry Curty et offrir les trois points à son équipe, ces trois points si importants en vue de la première place.

Veselin Georgiev à la mi-temps: « C’est tout sauf facile, un penalty »

A la mi-temps de ce match, alors que le score était encore de 1-1, on s’est approché du Bulgare, qui partait à l’échauffement. Deux minutes avant, Thierry Curty venait de détourner un premier penalty, déjà, tiré par Lyazid Brahimi. On a alors dit à Veselin Georgiev que cela ne lui serait jamais arrivé, lui le buteur à sang-froid. Il nous a regardé bizarrement et nous a dit: « C’est tout sauf facile, un penalty, vous savez. Il faut toujours respecter un attaquant qui marque un penalty, ce n’est pas un but tout fait. » Son coéquipier « Pitchou » Brahimi n’était pas là pour donner son avis, mais on se doute bien qu’il aurait été d’accord, lui qui venait de se faire contrer par le gardien thierranais, qui avait choisi le bon côté (43e). Alors, à la 78e, pour le deuxième penalty de la soirée, Georgiev n’a pas choisi de côté: un plomb au milieu et l’affaire est classée.

Léger, le coup d’épaule de Guillaume Pasche

Oui, La Sarraz-Eclépens (1er) a eu besoin de deux penaltys, dont un raté, pour battre Thierrens (12e) et cela en dit long sur la difficulté qu’a eu le leader à s’imposer. Surtout, disons-le clairement, que le deuxième penalty était d’une générosité que l’on pourrait nommer cadeau de Noël si c’était la période. Oui, Estefan Alvarez a été victime d’un coup d’épaule de Guillaume Pasche, mais celui-ci n’avait rien de bien méchant ni de bien fautif. Il y a 30 kilos d’écart entre les deux, et le petit est tombé, voilà. Il a fallu cette décision contestable pour que La Sarraz trouve la solution parce que sinon, sur le plan du jeu, les hommes de Jean-Philippe Karlen n’ont pas été convaincants. Pas du tout, même.

Une expulsion partout, deux penaltys à un

Parce qu’il y a une chose qu’on a oublié de dire: depuis la 44e minute, Thierrens jouait à 10 à la suite de l’expulsion de Robin Pittet, coupable d’une faute de dernier recours. Une expulsion logique? A notre avis, oui, mais les Thierranais invoquaient une injustice, puisqu’à leurs yeux, Benjamin Teba aurait dû être expulsé en première période pour une faute similaire sur Jérôme Ruch. Sur ce coup-là, on ne va pas les suivre, car les deux actions n’étaient vraiment pas similaires, mais on comprend leur frustration, même si Benjamin Teba a fini par recevoir son carton rouge, bien plus tard. Pour les lecteurs qui auraient du mal à suivre, on résume. La Sarraz a gagné 2-1, bénéficiant de deux penaltys (un raté) contre un pour Thierrens. Et les deux équipes ont fini à dix, mais pas pour les mêmes raisons et pas au même moment. Bref, il s’est passé des choses En Gravey.

Jean-Philippe Karlen: « On joue notre vie! Notre vie! »

Ce qu’il faut retenir de ce match, outre le score? Thierrens a montré du coeur et des belles qualités. A dix contre onze, les Joratois ont créé du danger dans l’arrière-garde sarrazine, au point de faire crier le très émotif Jean-Philippe Karlen à plusieurs reprises. « On va se la ramasser les gars! On va se la prendre! », a prévenu le blond entraîneur de La Sarraz, avant de demander un peu de feu à ses troupes. « On joue notre vie, les gars! Notre vie! Vous avez vu le classement? Vous savez qu’on est premiers? », a-t-il interrogé ses joueurs à voix haute, alors que ceux-ci fournissaient trop peu d’efforts pour bouger le bloc thierranais.

Fc La Sarraz-Elépens vs Fc Thierrens 2-1

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Dylan Martini atteint une hauteur jamais vue… et se blesse en retombant

En face, Thierrens a joué un cran en dessus de son adversaire au niveau de la motivation, mais il ne faut jamais oublier une chose: La Sarraz a du talent et peut frapper à tout moment, comme sur ce 1-0 inscrit par Dylan Martini. Ce garçon a de l’or dans les pieds, mais c’est… de la tête qu’il a frappé, à la réception d’un centre sublime de Valentin Dupuis. L’ailier avait débordé côté droit, débordé tout le monde et centré en direction de son ailier gauche. Alors que l’on pensait le ballon perdu, Martini s’est élevé à une hauteur que personne ne soupçonnait, lui compris, avant de décroiser sa tête dans le petit filet de Thierry Curty! Un but inattendu autant que superbe, qui a même… coûté sa place à Dylan Martini. Lui qui n’était jamais allé aussi haut de sa vie est mal retombé et a dû sortir. Les ligaments touchés? On n’espère pas, parce qu’il revient tout juste d’une grave blessure et que le football vaudois a besoin de son talent. Aux dernières nouvelles, il n’aurait rien de grave. Ouf.

Le bluff de Jean-Benoît Schüpbach

Après cette ouverture du score de la 14e, Thierrens ne s’est pas laissé abattre et a relevé la tête. Sous l’impulsion d’un très bon Nelson Longo, combatif comme toujours en pointe, les Thierranais ont amplement mérité de revenir au score à la 24e, Thibaud Chevalley transformant impeccablement un penalty obtenu par Jérôme Ruch. Ensuite, le FCT s’est créé de nouvelles occasions, mais s’est donc retrouvé à dix juste avant la pause, sur ce penalty sauvé par Thierry Curty. Dès que Lyazid Brahimi s’est emparé du ballon, Jean-Benoît Schüpbach a crié à deux reprises depuis la touche: « On sait où il la met, Thierry! Comme on a dit! ». Du bluff? A 100%. « JB » s’est tourné vers nous en disant: « Je n’ai aucune idée de qui va tirer ou comment, mais ça peut mettre le doute. » Et Thierry Curty a choisi le bon côté. Poker gagnant de Jean-Benoît Schüpbach.

10 victoires en 11 matches pour La Sarraz-Eclépens

La Sarraz n’a donc pas eu de réussite sur ce coup-là, mais en a eu pour s’imposer. Sincèrement, un match nul aurait été plus logique, mais cette victoire, quelque part, veut dire beaucoup de choses: La Sarraz-Eclépens a gagné 10 de ses 11 derniers matches, une statistique folle au niveau de la 2e ligue inter. Cela ne peut pas être un hasard et cela montre que cette équipe (très jeune, il faut le rappeler dans chaque article) sait gagner même en jouant mal. Et avec le petit plus de réussite que l’on a vu ce dimanche, on peut appeler cela la chance d’un promu, surtout que Portalban/Gletterens a eu la bonne idée d’aller perdre à Ipsach face à Grünstern mardi. En clair? A trois journées de la fin, La Sarraz a quatre points d’avance sur Portalban, avec le calendrier suivant pour les deux équipes: Le Locle (5e)-La Sarraz, Portalban-Bulle (3e), La Sarraz-Portalban, Lyss (8e)-La Sarraz, Portalban-Béroche (13e). Le fair-play? Très légèrement en faveur de La Sarraz.

Avec neuf points, Thierrens sera sauvé

Et du côté de la relégation? Thierrens n’a pas trop le choix, il doit prendre neuf points lors de ses trois derniers matches, à la maison face à Béroche (13e) et La Tour (7e), puis au Locle (5e). Suivant comment, sept points pourraient suffire, on a refait les calculs dans tous les sens, mais avec neuf, le maintien serait acquis à 100%, sauf immense cataclysme impensable. Thierrens a donc toujours son destin en mains, c’est la bonne nouvelle du week-end, mais n’a plus trop le droit à l’erreur. Et, tant qu’à faire, si le FCT devait laisser une équipe derrière lui, plutôt que ce soit La Tour/Le Pâquier, Lyss, Grünstern ou Farvagny-Ogoz plutôt que le FC Echichens, merci.

Fc La Sarraz-Elépens vs Fc Thierrens 2-1

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Les hommes du match

On pourrait se couper un pied pour voir Elmedin Hasanovic jouer, tellement il fait tout juste et régale à chaque sortie. Dimanche, le Banquier a encore fait tout juste, prenant le meilleur sur le milieu de terrain thierranais avec son aisance habituelle. Le patron de l’entrejeu, en une phrase. Arbesjan Lekiqi a fait une partie correcte et on tient ici à souligner une des forces de La Sarraz-Eclépens et du coaching de Jean-Philippe Karlen: la confiance qu’il accorde à ceux qui jouent moins. C’était le cas du latéral depuis le début de la saison, lui qui s’est plus souvent retrouvé assis sur le terrain que gambadant sur le terrain. Il a fait un peu la gueule, c’est normal, mais il s’est accroché, sachant que son tour allait revenir. Après avoir été bon la semaine dernière sur le terrain de Béroche-Gorgier, il ne savait pas trop à quoi s’attendre pour ce match face à Thierrens. Retour sur le banc? Non! « Charly » a joué la carte du mérite et de la forme du moment en le titularisant, laissant Steven Bernard et Loïc Funcasta sur le banc. Arbesjan Lekiqi l’a remercié en effectuant un bon match.

Du côté de Thierrens, gros match de Thierry Curty. Dans la foulée de sa bonne entrée face à Bulle, il a été brillant et le FCT peut être rassuré: même sans Valentin Piot, blessé au bras, il est possible d’aller chercher le maintien. Thierry Curty a sauvé un penalty, réalisé plusieurs jolis arrêts et s’est globalement montré très sûr. Un vrai bon gardien d’avenir, qui a tout pour aider Thierrens à se maintenir dans les trois derniers matches. Sinon, Nelson Longo a été parfait dans son rôle de dynamiteur de la défense. Comme un boeuf, il est allé au combat pendant 90 minutes, ne laissant pas une seconde de répit à la ligne arrière de La Sarraz. Enorme match de sa part dans l’effort physique et le don de soi.

Les prochains rendez-vous

La Sarraz s’en va au Locle, samedi prochain à 18h. Le même jour, à 19h, le FCT reçoit Béroche-Gorgier. Victoire obligatoire pour les deux!

FC La Sarraz-Eclépens – FC Thierrens 2-1 (1-1)

Buts: 14e Martini 1-0; 24e Chevalley, pen. 1-1; 78e Georgiev, pen. 2-1.

Arbitres: M. Martin Jäger, assisté de M. Nikola Bojkovic et de M. Frédéric Cornuz.

La Sarraz: Djuric; Lekiqi, Diallo, Varela, Teba; Bozic, Hasanovic; Dupuis, De Groot (46e Georgiev), Martini (17e Alvarez); Brahimi (75e Funcasta).

Entraîneur: Jean-Philippe Karlen.

Thierrens: Curty; Pittet, Pasche (88e G. Clot), Burdet; Braun, Roder, Rui Pinto (82e G. Dufey), Gurtner, Chevalley; Longo, Ruch (84e Tiago Gonçalves).

Entraîneur: Jean-Benoît Schüpbach.

En Gravey, La Sarraz. 310 spectateurs. 44e, Thierry Curty repousse un penalty de Lyazid Brahimi. 43e, expulsion de Robin Pittet (dernier recours). 65e, expulsion de Benjamin Teba (deuxième avertissement).

Fc La Sarraz-Elépens vs Fc Thierrens 2-1

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*