La dernière occasion a été la bonne pour Suchy

La dernière occasion a été la bonne pour Suchy

S’il y a bien un match qu’il ne faut pas manquer le dimanche matin à Suchy, c’est bien le Classico face à Vaulion. Moins sanglant qu’il y a quelques années (qui a dit « Malheureusement? »), cette rencontre fait vraiment office de derby, autant pour des raisons sportives que relationnelles. Il y a encore peu, les tacles volaient bas et les remarques acerbes entendues autour des tonnelles des girons, voire sur internet, contribuaient à ce que les retrouvailles, tous les six mois, valent le déplacement. Ce temps-là est révolu, les esprits se sont calmés, mais la rivalité est toujours réelle. Disons qu’aujourd’hui, il s’agit d’un match à gagner plutôt que d’un match à ne pas perdre.

Le choeur mixte de Suchy a lancé un vibrant « Tous ensemble »

Suchy et Vaulion n’ont plus rien à jouer dans ce championnat, ni en haut ni en bas, et cela n’a évidemment pas contribué à ce qu’il y ait de la tension. L’atmosphère? Paisible, à peine troublée par les encouragements du… choeur mixte de Suchy, lequel a assisté à quinze minutes de la première mi-temps, lançant même un vibrant « Tous ensemble, tous ensemble, hey! », qui a intrigué les ultras de la buvette, se demandant si la bière de 10h20 ne leur faisait pas avoir des hallucinations auditives et visuelles. Non, tout cela était bien réel, et oui, le choeur mixte était là au bord du terrain, à chanter. On n’a pas rêvé et en plus on n’a pas bu de bière, donc on est certain de ce qu’on avance.

La première chance a été pour Bryan Rochat

Suchy (5e) a voulu attaquer à fond d’entrée, mais s’est heurté à la discipline du onze de Sacha Teuschmann. Dominé, Vaulion pliait, mais s’offrait la première grosse occasion de la matinée. Bryan Rochat, joliment surnommé « Braïou », s’est présenté seul face à Arnaud Loesch, mais le blond gardien des Sécherons a remporté son duel (7e). Sinon? Un match ouvert, comme souvent en 4e ligue, et un maximum d’occasions pour Suchy, généreux et offensif.

Des occasions comme s’il en pleuvait

La plus belle? Un coup de tête de Michaël Chevalley, qui frappait… les deux poteaux (11e)! Suchy maudit? On aurait pu le croire lorsque Frédéric Piaget (bon joueur mais poissard) a manqué le cadre en position idéale (13e). Dommage. Mi-temps atteinte sur le score de 0-0, donc, et des ultras du FC Suchy qui grondaient, mécontents du manque d’efficacité des leurs. « Faut la foutre au fond », tel était le mot d’ordre de la deuxième période, disputée sous une chaleur qui ne pouvait s’estomper qu’à coup de bières pression pour les supporters locaux (et adverses).

Attaquer du côté du kop, un avantage psychologique et technique

Suchy, qui attaquait côté talus après la pause, donc côté buvette, avait toutes les armes en main pour faire craquer Vaulion, enfin. Quand le FCSS attaque de ce côté-là en deuxième période, il a un avantage psychologique indéniable sur son adversaire, puisque son kop le pousse à aller chercher les trois points. L’avantage est également technique puisque Suchy ne peut tout simplement pas être hors-jeu de ce côté-là, le kop étant parfaitement sur la ligne et d’une aide précieuse pour un arbitre qui n’a pas le droit de prendre une autre décision que celle de laisser l’avantage à l’attaque. Bref, Suchy avait tout pour bien faire.

Yann Rouilly a sacrifié un week-end VIP

Et Vaulion, comme dans un rêve, a fini par craquer. Une fois, une seule, grâce à Gilles Jenni, lequel a repris victorieusement un corner de Frédéric Piaget (82e). Yann Rouilly pouvait exulter, lui qui a ému tous ses joueurs en… refusant d’accompagner sa femme et ses deux enfants à Disneyland Paris. Sa charmante épouse avait en effet gagné à la radio un voyage VIP en TGV, avec hôtel de luxe et séjour all-inclusive. Le problème? La date était choisie par la radio, et fixe. Impossible de la modifier. La réaction de l’entraîneur de Suchy? Impossible de rater un week-end de Classico de 4e ligue, voire de foot tout court. Madame Rouilly a donc été priée d’aller à Paris avec sa belle-mère. La passion du football, récompensée par la victoire la plus importante de la saison. Du bon travail.

Vaulion, de son côté, se consolera avec un maintien acquis très tôt, contrairement à l’an dernier où il a fallu batailler jusqu’à la fin. Il y aura donc de nouveaux derbys entre Vaulion et Suchy et on s’en réjouit.

Suchy s’était également imposé à l’aller

Suchy a donc remporté les deux « Classicos » de la saison sur le même score, celui de 1-0. A l’aller, c’est Loïc Loutan qui avait marqué et offert les trois points de la victoire. Cette fois, c’est donc Gilles Jenni qui a inscrit le but du succès. Deux buts, six points et mille caisses de bières: le compte est bon.

Les hommes du match

Arnaud Loesch a été très bon dans les buts de Suchy. Rappelé en dernière minute de sa retraite (le titulaire Laurent Sulmoni était blessé et son remplaçant Johann Piaget en phase de remise en forme), le Valaisan d’origine norvégienne a sauvé son équipe d’entrée et n’a pas montré de temps d’adaptation. Comme s’il avait été toujours là, en fait. Bon match également de Michaël Chevalley, qui aurait mérité de marquer pour le récompenser de sa belle prestation.

Du côté de Vaulion, le gardien Mickaël Rochat s’est distingué à de nombreuses reprises. Il a été spectaculaire et bon, ce qui fait deux qualités. Enfin, Benoît Fahrni s’est bien dépensé à mi-terrain, courant partout et récupérant de nombreux ballons. Un guerrier.

Les prochains rendez-vous

Suchy a un match très sympa à jouer samedi soir à 19h, à Corcelles-près-Payerne (3e). Pourquoi sympa? Parce que les Ours Blancs, en gagnant, seront finalistes à 100%, passant in extremis devant Orbe II. Il risque d’y avoir de l’ambiance à la buvette. Par contre, si Suchy accroche le nul, l’après-soirée ne sera pas festive du côté de la Freybonnaz. Vaulion, lui, finira à domicile face à Valmont II (4e) le dimanche à 14h30.

FC Suchy – FC Vaulion 1-0 (0-0)

Buts: 82e G. Jenni 1-0.

Arbitre: Michel Pereira

Suchy: Loesch; Bapst, Favre, Tanner; F. Piaget, G. Jenni, O. Gaillard, Mikhaylichenko, Michaud; Loutan, M. Chevalley.

Sur la feuille de match: Chambaz, Jaques, Bridel, Goy, Plantier, Cardenas.

Entraîneur: Yann Rouilly

Vaulion: M. Rochat; Rittener, Moffrand, Collomb; Fahrni, Suter, K. Rochat, Roch; R. Guignard, L. Zimmermann, B. Rochat.

Sur la feuille de match: Roch, Languetin, Teutschmann

Entraîneur: Sacha Teutschmann

Categories: 4e ligue

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.