La consigne tactique qui a tout changé pour le BRP

La consigne tactique qui a tout changé pour le BRP

73e minute de ce match tendu, c’est le prénom, entre le FC Bursins-Rolle-Perroy et le FC Assens. Le genre de matches que personne ne veut perdre, où les coups font mal. Les deux équipes sont en effet largement concernées par la lutte contre la relégation et chacune a besoin de points. Alors, quand elles se rencontrent, cela ne donne pas forcément du bon football, mais le spectateur neutre a le droit d’apprécier l’engagement et l’agressivité de chaque formation. C’est aussi cela le football et cette affiche n’a pas déçu, du point de vue de la tension. Les deux équipes comptaient huit points au coup d’envoi et la victoire irait à celle qui la voudrait le plus. Bref, retour à la 73e. Le score est de 1-1, lorsque Jean-Paul Lamon demande à Mohamed Bellahssan de changer de position avec Garry Gaberel. Le tournant du match.

Bellahssan: “C’est pour toi, coach, c’est pour toi!”

En clair? “Momo” Bellahssan est un joueur offensif, que “JPL” avait décidé de titulariser comme… latéral droit. Mais à la 73e, surprise, voilà la rocade avec Garry Gaberel, le milieu droit. Bellahssan peut donc jouer un cran plus haut, lui qui s’était contenté de défendre pendant les trois-quarts du match. Ce qu’il s’est passé? Quatre minutes plus tard, à la 77e, exactement, il coupait parfaitement un centre au premier poteau et trompait Arno Dell’Eva. 2-1! La course folle de “Momo” pouvait alors commencer et se terminer dans les bras de son entraîneur, pas peu fier de son coup tactique. “C’est pour toi, coach, c’est pour toi!”, lui criait Bellahssan, visiblement à l’aise avec le management de son entraîneur. 2-1, score final, et trois points pour le FC BRP, en partie grâce à ce coup fumant.

Jean-Paul Lamon: “Il paniquait quand il voyait un filet!”

Alors, Jean-Paul Lamon, génie du coaching, maître-tacticien, docteur du football? L’homme est trop terre à terre pour se laisser embobiner par une question de journaliste. “Vous voulez la vérité? C’est tout simplement que Momo paniquait complètement ces derniers temps quand il voyait un filet! Impossible de marquer un but! Pour un joueur offensif, ça la fout mal. J’ai hésité à le faire jouer, pour tout vous dire. Un joueur de sa qualité, c’est bête, hein? Je me suis dit, bon, je vais le mettre derrière, au moins il risque pas de rater un but. Mais l’idée, je vous rassure, c’était de le remonter un moment ou l’autre pendant le match. Ca aurait pu être à la 20e ou à la 30e.” Cela aura donc été à la 73e. Comme quoi, une victoire peut tenir à peu de choses. Au fait, pourquoi Bellahssan a-t-il tenu à remercier son entraîneur après le match? La réponse de “JPL” lui-même? “Ben, parce que ça a marché, tiens!”

En première période, Assens était partout, le BRP nulle part

Bon, l’histoire est sympa à raconter, mis à part pour les joueurs et supporters du FC Assens qui liraient cet article, mais il faut bien dire que si le FC Bursins-Rolle-Perroy a gagné ce match, il s’agit d’un véritable miracle au regard de sa première mi-temps. Les visiteurs, qui voulaient absolument gagner ce match, sont entrés dans la partie comme des avions, marquant le 0-1 d’entrée grâce à Guillaume Pétremand. Durant 45 minutes, Assens était partout et le BRP absolument nulle part, mis à part dans les arrêts de jeu de la première période. La seule question qui vaille est en fait la suivante: comment a fait Assens pour ne mener que 0-1? L’envie et la détermination étaient chez les joueurs du Gros-de-Vaud, la domination technique aussi. Clairement, on a vu pendant cette première période la “patte Peracaula” et on a constaté que le FCA était en confiance après ses deux bons résultats des six derniers jours (victoire en championnat face à Benfica et en Coupe à Ecublens).

Un match au couteau, ponctué de neuf avertissements

Mais tout a changé dès le retour des vestiaires, dans l’état d’esprit et au tableau de marque. Faik Ameti a pu égaliser à la 50e, à la réception d’un coup de pied arrêté, et le FC Bursins-Rolle-Perroy a enfin mis l’intensité nécessaire dans les duels. C’est la base de tout? Oui, mais le BRP était en dessous de tout en première période, justement. Un match de 2e ligue, pour le gagner, il faut le vouloir, et encore plus lorsqu’il s’agit d’un duel au couteau. M. Luis Filipe Soares n’a pas eu un match facile à arbitrer, distribuant neuf cartons au total, preuve de la virilité des débats. Ceux-ci sont toujours restés dans les limites de l’acceptable et, finalement, c’est ce qu’on attend d’un match de ce genre. Quoi de pire que des joueurs qui se moquent de la destinée de leur club? Ce match-là avait de l’importance et tout le monde l’avait compris. Tant mieux, et tant pis pour les dérapages. On les a vus et entendus, comme tout le monde, mais tant qu’ils en restent à ce stade, ils sont supportables. Ce n’est que notre avis, et on n’a d’ailleurs toujours pas la prétention de détenir la vérité absolue.

Un regain de nervosité bénéfique pour le FC BRP

Bref, 1-1 à la 50e, match tendu et la délivrance pour Bursins-Rolle-Perroy grâce à la bonne finition de Bellahssan, dont on a déjà parlé. L’explosion de joie sur le banc était à la hauteur de la tension accumulée pendant 90 minutes et ce succès peut se révéler fondateur pour le FC BRP. Pourquoi? Parce qu’il a été acquis au caractère. Après 45 minutes aussi faibles, le risque existait que chacun joue sa partition de son côté, oubliant l’esprit d’équipe. On a eu un peu souci que tout vole en éclats quand les esprits se sont échauffés et que les paroles ont commencé à voler. Mais ce regain de nervosité a finalement été bénéfique, électrisant une équipe endormie en première période. Jean-Paul Lamon, quand il coache, amène de la vie, ses joueurs réagissent. Samedi soir, le Valaisan avait la formule gagnante. Jusque dans ses replacements en cours de match.

Ils ont dit à Footvaud.ch

Giovanni Serratore, milieu de terrain du BRP

On a deux visages, c’est incroyable… En première période, on ne voit pas le ballon, Assens est largement meilleur. Après la pause, tout d’un coup, on montre enfin ce qu’on sait faire, on joue mieux, on marque, on gagne. Ce n’est vraiment pas la première fois qu’on rate notre entame de match, d’ailleurs. Pourquoi? En raison de notre situation comptable, je pense. On est un peu timides, on n’ose pas, il y a de la peur de mal faire. Mais quand on est menés, tout d’un coup on se dit qu’on n’a plus rien à perdre et on revient dans les matches. On a besoin de cette pression, on doit être en danger pour réagir. Ca parle beaucoup sur la touche et sur le terrain? Je suis d’accord avec vous, mais je pense que, quelque part, on a besoin de ça pour se réveiller. Ca gueule un peu, vous l’avez entendu, mais ça reste positif, on veut tous la victoire. C’est sûr qu’on est en reconstruction, on le voit aujourd’hui face à une équipe comme Assens qui a des gars qui se connaissent bien, depuis des années… Nous, on a des gars qui sont partis, d’autres qui arrivent, d’autres qui ne sont pas là tout le temps… On a de la peine à aligner deux fois la même équipe et on manque un peu d’automatismes. Mais ça ne nous empêche pas d’avoir du caractère et je suis heureux qu’on l’ait montré ce soir en deuxième période. Ce n’était pas du grand football, mais je crois que ce n’était pas le plus important aujourd’hui.

Jordi Peracaula, entraîneur du FC Assens

Si je suis inquiet? Si je regarde le classement, oui, bien sûr. Mais si je regarde les matches et leur contenu, non. Vous l’avez vu comme moi aujourd’hui, on a largement dominé la première période, on a marqué un but et on aurait pu en mettre plus. Et eux, sans avoir vraiment de temps forts, sont revenus et les trois points sont chez eux… Notre problématique est simple: il faut concrétiser nos bonnes performances avec des points. On est là, bien présents. La semaine dernière, on bat Benfica de manière très méritée, on était sur une bonne dynamique et on voulait en profiter. On est très bien entrés dans ce match, mais il faut reconnaître qu’on a baissé de pied après la pause. Pourquoi? Je ne sais pas, c’est un peu incompréhensible. Mais de nouveau, je ne suis pas inquiet, car le contenu de nos matches est bon. Et on récupère gentiment nos blessés, donc je suis très optimiste. On va faire un gros deuxième tour, vous verrez.

Les prochains rendez-vous

Il reste deux matches pour le FC Assens, qui reçoit Orbe et va à Champvent. Bursins accueillera Bex (match en retard, mardi) et Champvent et terminera au Bois-Gentil face à Concordia.

FC Bursins-Rolle-Perroy – FC Assens 2-1 (0-1)

Buts: 2e Pétremand 0-1; 50e Ameti 1-1; 77e Bellahssan 2-1.

Arbitres: M. Soares, assisté de M. Da Palma et de M. Yilmaz.

BRP: Sekera; Bellahssan, H. Lazrak, S. Lazrak, Chakoua (51e Brodowicz); G. Gaberel, Gétaz (81e A. Sow), Almeida, Serratore; Ameti; Chemangui (82e Tall).

Entraîneur: Jean-Paul Lamon

Assens: Dell’Eva; Corthésy, Pétremand (76e Bonvin), Crudo; Crot, Despont, Paratore (87e Monney), Widmer (68e Pache), S. Duvoisin,  Martin, L. Duvoisin.

Entraîneur: Jordi Peracaula

Stade de La Perrausaz, Bursins

 

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*