Des joueurs de l’ombre prêts à sortir à la lumière

Des joueurs de l’ombre prêts à sortir à la lumière

Le Vaudois Hugo Thomas et ses compères forment l’équipe nationale de Suisse de cécifoot. Sous la giron de l’ASAP et de Plusport, la collectif compte se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris en 2024.

Nouvellement créée, l’équipe de Suisse de Cécifoot mérite de sortir de l’ombre et d’occuper le devant de la scène. Celle-ci, composée d’aveugles et malvoyants, se bat avec de petits moyens afin de se faire connaître et surtout remplir l’objectif — un peu fou — de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de 2024 qui auront lieu à Paris. Créé en 2015 via l’Association Suisse des Aveugles et malvoyants dans la perspective des Jeux Paralympiques (ASAP), le collectif est composé essentiellement de Romands dont le Vaudois Hugo Thomas.

Développement en Suisse allemande

Ancien skieur, médaillé de bronze aux Championnats du monde en Super-G et 8e de la descente Paralympique de Sotchi en 2014 (reportage RTS), Hugo Thomas se concentre désormais sur sa nouvelle passion le cécifoot. « Pour diverses raisons, j’ai préféré renoncer au ski de haut niveau. Après cet arrêt, j’avais envie de retrouver un sport. J’ai besoin d’avoir cette notion de compétition dans ma vie. Mathieu Chapuis (NDLR président de l’ASAP) m’avait contacté l’année dernière. Je n’avais pas le temps, car je tentais de revenir sur les pistes enneigées, mais cette saison (NDLR 2017), j’avais plus de liberté et j’ai décidé d’intégrer l’équipe ».

Hugo Thomas (Crédit photo: ASAP)

La formation, qui s’entraîne une fois par semaine à Neuchâtel, va continuer son développement cette année avec la mise en place de deux séances hebdomadaires : l’une à Macolin et l’autre en Suisse allemande, à Olten pour être précis. Une volonté de s’établir Outre-Sarine afin d’intégrer de nouveaux joueurs et d’instaurer une concurrence saine et précieuse. « C’est important d’avoir des gars supplémentaires avec nous. Ça nous aide à tirer le meilleur de nous-mêmes », confirme Hugo Thomas.

« Avoir une excellente ouïe »

Sur un terrain de 20m sur 40, entouré d’une structure gonflable, il y a 4 joueurs et un gardien voyant. Les buts sont aux dimensions de ceux de handball. Le ballon est composé de grelots dans les membranes pour aider les malvoyants à se retrouver. Ces derniers sont soutenus par un guide placé au milieu du terrain derrière les limites. Le portier, voyant, peut également soutenir ses coéquipiers avec sa voix. Avec tous ces paramètres à assimiler afin de pratiquer ce sport, quelles sont les qualités requises pour être un cécifootballeur? « Il faut évidemment avoir une excellente ouïe, bien communiquer avec le guide et ses copains sur le terrain. Il est bien d’avoir de bonnes bases du football », détaille l’ex-champion suisse de slalom géant.

(Crédit photo: ASAP)

Tout d’abord placé en attaque, Hugo Thomas est passé défenseur au fil des rencontres. « Je dois encore prendre mes marques », explique-t-il. A quatre sur le terrain, les dispositifs utilisés varient : 2 défenseurs pour 2 attaquants, ou 2-1-1 ou 1-2-1. Lors des entraînements, les joueurs évoluent beaucoup avec le ballon afin de se familiariser avec la conduite de balles, les passes, les dribbles et les tirs. Ces derniers, en 2017, avaient lieu le lundi soir à Neuchâtel. Et le taux de présence est de quasi 100 %, alors que deux des membres habitent Genève, l’un à Payerne ou encore un à Fribourg! Un bel exemple à suivre, qui pourrait servir jusque dans les effectifs du football des talus.

Une année 2018 pleine de promesses

L’équipe de Suisse, composée actuellement de sept joueurs romands, s’entraîne dur en vue des prochains événements. En effet, 2018 sera une année chargée avec plusieurs déplacements prévus en Belgique, en France ou encore en Allemagne afin d’y affronter des clubs de ces pays. En 2017, l’équipe guidée par l’ASAP s’est d’ailleurs mesurée à plusieurs ténors du championnat français, l’un des meilleurs du monde. Il y a, naturellement, comme lors de chaque apprentissage, eu des résultats négatifs, mais pas de quoi faire perdre le moral à l’équipe. « C’est avec de telles rencontres que nous allons apprendre », philosophe Hugo Thomas.

(Crédit photo: ASAP)

L’année 2018 sera aussi le théâtre d’un événement organisé en terre helvétique en vue de mettre en avant le cécifoot. Le Swiss Blind Open se tiendra fin juin sur une place de Fribourg et combinera un tournoi international de cécifoot avec une compétition de streetsoccer. Vous aurez toutes les informations en restant connecté sur www.footvaud.ch.

Plus d’informations :  le site internet

Categories: Accueil, Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*