José Luis Estevez: «J’ai pas mal couru ces derniers jours…»

José Luis Estevez: «J’ai pas mal couru ces derniers jours…»

Le FC Crissier a tristement quitté la 2e ligue à l’été 2013 et se voit assez bien y revenir très vite. Dès cet été? Cela semble possible, le FCC étant largement en course pour les finales de promotion à mi-parcours. A la trêve, l’équipe de José Luis Estevez est en effet troisième, à deux points du leader Stade-Lausanne-Ouchy et à égalité avec Gingins (2e). Ce groupe 1, extrêmement serré, est particulièrement difficile à pronostiquer. Après les onze premiers matches, SLO II, Gingins, Crissier, Saint-Prex, Italia Nyon et Saint-Sulpice se tiennent en quatre points! Et il serait faux d’écarter Azzurri II de la course aux finales, même si les hommes de Roberto Meoli ont déjà sept unités de retard sur la deuxième place.

Il faudra donc être très fort pour aller chercher les finales, mais José Luis Estevez et son équipe ont bon espoir d’y arriver. Cet hiver, ils ont pourtant perdu trois bons joueurs: Mervan Hoxha (Dardania), Ahmed Habib (La Sarraz-Eclépens) et Sebastian « Chico » Perez (Azzurri II). Comme on était un peu inquiet pour son FC Crissier, on a décidé d’appeler son entraîneur, qui a eu vite fait de nous rassurer.

José Luis, ces trois départs sont une catastrophe pour une équipe ambitieuse, non?

Cela ne fait pas plaisir, c’est clair. Je regrette ces trois joueurs, surtout que leur départ s’est fait tardivement. J’aurais aimé que l’on dispose de plus de temps pour se retourner. Là, ça c’est fait en quelques jours, donc on a dû passablement s’activer dans les derniers jours du mercato. Idéalement, on serait restés avec la même équipe qu’au premier tour. Là, on perd deux leaders et un jeune talentueux, donc il a fallu recomposer.

Vous avez donc pris votre téléphone et fait mille appels?

Oui, c’est vrai que j’ai pas mal couru ces derniers jours…Bon, vous voulez savoir qui va nous rejoindre?

A fond!

Tout d’abord, Joao Felipe Fernandes nous rejoint, en provenance du FC Venoge. Ensuite, j’ai deux joueurs que je connais bien, Diogo Paiva et Marco Malvaso.

Deux joueurs en provenance du FC La Sallaz, donc.

Oui. Je connais Diogo surtout du FC Prilly, c’est un jeune avec plein de talent.

Ensuite?

Pajtim Basha arrive de Dardania et Burak Demircan de Forward Morges.

Ah oui, pas mal!

Oui, ces deux joueurs-là vont également nous apporter beaucoup. Eux aussi, je les connais bien. Burak, je l’ai eu à Renens, entre autres. Je l’ai toujours suivi de près et je sais qu’il n’était pas heureux à Forward au premier tour. Je l’accueille à bras ouverts et je me dis qu’avec ces arrivées-là, on a compensé les départs d’Ahmed et de Chico.

Celui de Mervan Hoxha sera plus difficile à combler, non? Un défenseur comme lui, on n’en trouve pas partout…

C’est vrai. Avec lui, je perds non seulement un joueur, mais aussi un homme formidable. Il était important dans le groupe. C’est le frère de mon assistant, Luan, et j’espérais qu’il reste. Après, je comprends son choix. Il va en 2e ligue inter, chez une équipe qui peut monter, et il est titulaire. Il a largement le niveau. Mais c’est clair que derrière, on va devoir faire sans lui et c’est un problème.

Pas d’autre transfert?

Si, on a réalisé un joli coup à la dernière minute…

Lequel?

On a fait signer Claudio Gentile.

Pardon?

Je savais que ça vous plairait (rires)! Claudio, c’est un ami du club, un ami du président. Il avait pris sa retraite l’été dernier avec Le Mont.

On est au courant, oui…

Je sais bien (rires). Nous, on n’a qu’un gardien, Edgardo Estay. Il est très bon, mais il nous fallait absolument quelqu’un.

Et là, vous vous êtes simplement dit: « On va demander à un des meilleurs gardiens du pays »?

Exactement! Jusqu’à maintenant, c’était Luan qui faisait le job, mais ce n’était pas optimal. Claudio a eu la gentillesse de se mettre à disposition. On a son passeport, on a tout. Je vais encore le rencontrer avec le président pour définir les contours de notre collaboration. Il a déjà dit qu’il était à disposition, mais il ne sera pas titulaire et je ne pense pas qu’il va venir s’entraîner souvent. Il a repris l’entreprise à son père, il a d’autres choses à penser. Mais il aime toujours le foot et ne dira pas non si on le sollicite quand on a vraiment  besoin de lui. Comme je vous l’ai dit, on n’a qu’Edgardo. Imaginons qu’il prenne un carton avant les finales ou qu’il se blesse? Là, on aura Claudio qui sera prêt.

Vous ne vouliez pas commencer par lui en nous parlant des transferts?

Non, sinon vous n’auriez pas écouté la suite (rires).

Bon, finalement, vous avez changé pas mal de choses cet hiver…

Oui, mais comme je vous l’ai dit, ce n’était pas volontaire. Le problème, aujourd’hui dans le football régional, c’est qu’on ne peut plus vraiment travailler dans la continuité. On est vite confronté à des départs et on n’est jamais sûr de rien. Bien sûr qu’on pourrait se dire qu’on ne travaille qu’avec des jeunes, surtout qu’on en a des bons à Crissier. Mais il faut les entourer avec des joueurs d’expérience. Pour moi, on ne peut pas démarrer une saison en étant ambitieux avec uniquement des jeunes joueurs.

Là, vous pensez que vous êtes plus forts qu’au premier tour?

Je ne sais pas, sincèrement. On a un super esprit d’équipe, qu’on vient de renforcer en partant un week-end à Malaga et les arrivées sont de qualité. On a bien travaillé, même si c’était dans l’urgence.

A l’automne, vous avez perdu tous vos matches contre les équipes de tête. Comment corriger cela?

Vous avez raison, mais il faut regarder le contexte de ces défaites. Souvent, c’était dans des circonstances un peu bizarres, avec des retournements de situation, des expulsions… Il n’y a rien de particulier ou de psychologique, à mon avis. Et ce n’est en tout cas pas une question de niveau.

Qui craignez-vous le plus dans ce deuxième tour?

Tous nos adversaires sont différents. Saint-Prex sera fort, Stade-Lausanne II a une très belle jouerie… Gingins me surprend, je ne pensais pas qu’ils serait aussi haut, mais ils le méritent amplement. Pour moi, c’est typiquement encore une équipe de village, qui se bat et qui va chercher les points. Est-ce qu’ils vont tenir? Ils ont peut-être moins de qualités que Stade-Lausanne, par exemple, mais ils peuvent être en finale, oui. Après, on ne sait jamais…. Azzurri est imprévisible. Ils peuvent gagner tous leurs matches du deuxième tour, comme ne pas en gagner un. Et je serais fou d’oublier Italia Nyon. Saint-Sulpice, ça a beaucoup changé, mais ils sont là aussi. On verra bien, hein!

Categories: 3e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.