Johann Späni: «Une victoire qui fait du bien»

Johann Späni: «Une victoire qui fait du bien»

L’entraîneur de Bavois II (2e ligue) a eu très peur samedi soir. Son équipe menait en effet 6-2 à la 85e face à Champvent, avant d’encaisser trois buts et de voir son adversaire revenir à 6-5. Heureusement pour les Bavoisans, M. Jankovic a sifflé la fin de la partie sur l’engagement suivant le dernier but chanvannais et la II de Bavois a empoché trois points bienvenus après une série de résultats négatifs.

Il fallait même commencer à regarder derrière, une situation inhabituelle pour une équipe habituée au haut du classement de 2e ligue, mais cette victoire permet aux Bavoisans d’être un peu plus sereins, avec 9 points en 8 matches. Dylan Charles (doublé), Kevin Hill, Hükmü Demir et Omar Bellagra ont été les buteurs du jour pour le FCB, qui a joué immédiatement après le succès de la I face à Naters (2-0).

Johann Späni, voilà la série négative brisée!

Oui, tant mieux! Il s’agit d’une victoire qui fait du bien, mais je n’étais pas si inquiet. C’est ce que j’ai dit aux joueurs avant le match: on n’est qu’à quelques points des premières places! Dans ce championnat un peu bizarre, où tout le monde peut battre tout le monde, on peut se retrouver vite en haut. Quand je vois que Malley va gagner à Forward, je me dis que personne n’est à l’abri de rien… Après, nous, on était un peu dans le doute en raison de l’enchaînement des matches. On jouait tous les trois jours et on enchaînait les défaites, y compris en Coupe vaudoise contre Terre Sainte II. C’est vrai que ces dernières semaines n’ont pas été évidentes: on perd le mardi, il faut remotiver les gars le jeudi et on reperd le samedi! Mais si on regarde bien, on n’est pas loin du tout.

Aujourd’hui, vous marquez six fois, avec cinq buts venus des joueurs de la I. C’était une nécessité?

Le constat, il est clair: on n’a pas eu d’attaquants jusque-là. Cet été, on a perdu Christian Makinu, parti à Forward, et Mathias Béguin, parti à Chavornay. Demir est toujours là, mas il vient de rentrer de vacances, on n’a pas pu compter sur lui en ce début de championnat. On a discuté avec le président et on est arrivé à la conclusion que, cette saison, il y avait beaucoup d’attaquants à la I. Renato Rocha, Allan Eleouet, Dylan Charles et Omar Bellagra, c’est du luxe, même pour une 1re ligue. On a donc décidé de ne pas recruter et de s’appuyer sur ces gars-là, en restant fidèles à notre politique qui est de ne pas faire jouer plus de trois gars venus de la I à chaque match. Mais on s’est retrouvé mal, puisque la I a eu un wagon de blessés, dont les attaquants. Du coup, moi, je n’avais plus personne pour la II! Le résultat est là: on avait marqué sept buts lors des sept premiers matches et on en met six ce soir…

C’est ce qui vous manquait, des bons attaquants?

Oui, parce que dans le jeu, on est là. Adrien Ferrini, Arnaud Vialatte, Hugo Pereira, Vincent Carbonara: tous ces gars savent mettre des bons ballons, mais il nous manquait les attaquants capables de faire les bonnes courses et d’en profiter. En 2e ligue, si vous avez les attaquants, vous faites la différence. On le voit avec Champvent, qui a un joueur exceptionnel comme Albino Bencivenga. Nous, ce soir, avec des gars qui n’ont pas beaucoup de rythme et reviennent de blessure, mais ont du talent, on est tout de suite dangereux. Prenez Omar Bellagra: il est sur une jambe, il boîte encore un peu, mais il fait de vrais appels d’attaquant. Il met deux buts ce soir, c’est aussi simple que ça.

Categories: 2e ligue, 3 questions à