Alain Joseph: «Mon rôle, c’est d’assurer l’avenir du club»

Alain Joseph: «Mon rôle, c’est d’assurer l’avenir du club»

Jocelyn Roux s’est officiellement engagé jusqu’en juin 2017 avec le FC Wil, deuxième du classement de Challenge League… six points derrière le Lausanne-Sport, son club actuel. Le meilleur buteur du championnat, dont le transfert a été officialisée ce mercredi par les deux clubs, va donc effectuer la reprise en terres saint-galloises d’ici quelques jours, avant de s’envoler en camp d’entraînement en Turquie avec sa nouvelle équipe.

Ce transfert, évidemment, a surpris. D’un point de vue sportif, il ne se justifie pas, au vu du classement, mais le FC Wil, aujourd’hui, a des arguments que le LS n’a pas. On n’ira donc pas jusqu’à dire que Kevin Cooper, qui a été son entraîneur à Servette, a trouvé les mots pour faire déménager Jocelyn Roux, même si les deux hommes se sont parlés et que l’Anglais apprécie énormément le « fighting spirit » de l’avant-centre. Non, soyons clairs: l’argument financier, et lui seul, a fait la différence, tant pour le LS que pour Roux lui-même. Alain Joseph a gentiment accepté de répondre à nos questions, mercredi après-midi, une fois le transfert officialisé.

Président, vous avez dû effectuer une pondération entre l’aspect sportif et l’aspect financier dans cette affaire…

Non, pas vraiment. Les choses se sont passées différemment. Il y a eu cette offre de Wil pour Jocelyn, un joueur sous contrat. Nous nous sommes réunis, le directoire élargi, donc avec l’entraîneur, et avons discuté. Du moment que le joueur voulait y aller, nous avons décidé de répondre favorablement, pour autant que tout le monde s’y retrouve.

Ce qui est le cas?

Oui.

Pour qui l’affaire est-elle la plus intéressante financièrement? 

Sûrement un peu plus pour le joueur que pour nous. Jocelyn mérite le respect. Il a toujours tout donné pour nous. On n’allait pas l’empêcher de répondre favorablement à une aussi belle proposition pour lui. On devait le respecter.

N’avez-vous pas peur de la réaction des supporters? Vous êtes premiers et vous laissez partir votre meilleur buteur au deuxième… Même contre une contrepartie financière, vous y perdez sportivement.

Je n’ai pas peur de la réaction des supporters ou des supporters en eux-mêmes. Je les respecte énormément. Je les respecte même tellement que je fais tout pour que ce club soit bien géré, sur tous les plans, et que les supporters et les sponsors puissent soutenir un LS qui tienne la route. On travaille tous énormément, y compris pendant les Fêtes, pour que le Lausanne-Sport se porte bien. Alors, si j’ai peur d’une chose, c’est peut-être que les gens oublient que le LS est sain financièrement, qu’il est viable, et qu’on se donne depuis des années pour que ce soit le cas. Bien sûr, on aurait pu s’aligner sur l’offre de Wil pour Jocelyn. Mais que se serait-il passé?

Vous auriez gardé le meilleur buteur de Challenge League…

Et dans deux ans, je vais pleurer vers tout le monde qu’on n’arrive plus à boucler le budget? Non merci. Alors là, oui, je reprends votre terme du début, que je trouve juste dans ce contexte: il y a une pondération. La bonne gestion du club passe avant tout. Mon rôle, c’est d’assurer l’avenir du club.

D’après ce qu’on aurait entendu, Jocelyn Roux a été contacté avant le dernier match de championnat, justement face à Wil. Vous confirmez?

Posez-lui la question. C’est possible, oui. Vous savez, avec tous les intermédiaires, tous les agents, rien ne m’étonne plus dans le monde du football… Ce que je sais, c’est qu’il a joué le jeu jusqu’au bout et qu’il a marqué lors de ce match face à Wil. Il a été correct jusqu’au bout.

Si on vous dit que Cristian Ianu est en approche, vous confirmez?

Je vous confirme que c’est un excellent attaquant, quelqu’un qu’on avait pris quand peu de monde croyait encore en lui. Il a marqué beaucoup de buts chez nous. Il pourrait correspondre au projet.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*