«J’espère que l’on fera mieux que la Nati!»

«J’espère que l’on fera mieux que la Nati!»

Mardi, sept Vaudois décolleront pour São Paulo, afin de tenter de devenir champions du monde du tournoi « Neymar Jr’s five ». Attaquant de Vevey United, Gentian Bunjaku fait partie de l’aventure.

Le vendredi 20 juillet aura lieu la Finale Mondiale du tournoi du« Neymar Jr’s five » à São Paolo. Elle réunira 59 équipes venues de 59 pays différents. La Suisse sera représentée par le Deportivo Lausanne. Ce collectif est composé de sept potes aux noms bien connus dans le canton et au niveau national : Bleton Basha, Sergio Gomez, Valon Basha, Gentian Bunjaku, Stevo Gasic, Tareq Massoud et son frère Yussef. Ces talentueux joueurs se sont extraits des qualifications lors du tournoi final à Zurich afin d’avoir l’honneur de défendre les couleurs nationales.

Une semaine, mais seulement deux jours de foot

Le programme des festivités se résume à du foot, du foot et du foot. « Nous partons une semaine, mais il y a deux jours dans l’avion, un pour le tirage au sort et deux pour se qualifier et remporter le tournoi, résume Gentian Bunjaku, qui a rejoint l’aventure lors de l’événement à Zurich. Nous ne pourrons pas vraiment visiter ou profiter du pays, car le temps sera limité, surtout si on se qualifie pour le tableau final. »

Les règles obligent les joueurs (5 par équipe) à être vigilants et encaisser le moins de buts possible (des petits buts), car à chaque goal, un joueur de champ est éliminé du terrain. « C’est une façon de jouer différente. On s’est pris au jeu et cela a bien marché », rigole l’attaquant du Vevey.

L’objectif du Deportivo Lausanne n’est pas de faire de la figuration, loin de là. « Tout le monde me connaît, j’ai un mental de gagnant. J’espère que l’on fera mieux que la Nati à la Coupe du Monde, clame haut et fort Bunjaku. Nous sommes champions de Suisse, ce n’est pas pour rien si on se retrouve au Brésil pour représenter le pays. » Des ambitions élevées, comme sûrement les 58 autres nations concernées par la victoire, un succès qui se solderait par une rencontre amicale contre Neymar et compagnie!

« Certains risquent de trop faire la fête »

Sûr de l’effectif et des forces en présence à ses côtés, Gentian Bunjaku décrit son équipe : « Nous jouons tous bien au ballon et tout le monde participe à l’effort collectif. Il y avait des clubs qui plantaient le joueur moins technique devant le but pour défendre, mais cela n’a pas fonctionné. » Confiant, l’ex-attaquant de Nyon a néanmoins peur d’une chose : « Certains risquent de trop faire la fête », s’esclaffe-t-il. Des noms ? « Non, ils se reconnaîtront ».

La plage, la samba, le football, le Brésil, un rêve qui devient réalité pour les sept amis prêts à tout pour être champions du monde afin d’affronter Neymar & Co et ainsi réaliser de meilleures roulades, pardon de meilleures roulettes que lui!

Plus d’information et live: Site du tournoi « Neymar’s five »

Categories: Accueil, Football d'élite

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*