Jean-Luc Besson offre le maintien à Chavornay

Jean-Luc Besson offre le maintien à Chavornay

« Ça a été une saison très compliquée, oui. » Luc Lenoir est soulagé, très soulagé même, par l’épilogue de cette saison 2014/2015 pour son FC Chavornay, officiellement sauvé en ce samedi soir. Il fallait battre Epalinges pour assurer le maintien et cela a été chose faite grâce à un doublé de l’éternel Jean-Luc Besson (37 ans). L’ancien chasseur de buts de Bavois et d’Echallens a répondu présent au bon moment. La marque des grands.

Luc Lenoir « vidé, à bout de forces mentales »

Reste que Luc Lenoir n’avait pas forcément envie de sauter sur les tables de la buvette du FC Chavornay samedi, elles qui en ont pourtant vu d’autres, et des plus lourds. Celui qui est l’entraîneur du FCC depuis l’été 2014 se dit déjà « vidé, à bout de forces mentales », après onze mois d’efforts. S’attendait-il à ce que ce championnat soit aussi compliqué? « Non, vraiment pas. Que ce soit au premier tour ou au deuxième, je m’attendais à mieux. » En clair? Plus d’implication, plus de présence aux entraînements, plus de continuité et plus de respect des couleurs.

Des anciens qui ont tenu la maison

Heureusement, Chavornay a tenu grâce à ses « anciens ». Jean-Luc Besson en tête, donc, mais aussi le gardien Johan Monnier, un vrai leader sur et en dehors du terrain. Mathias Béguin a aussi mis les buts qu’il fallait et le FCC a pu compter sur ses deux piliers défensifs Luc Lavanchy et Marc-Antoine Minger, des hommes avec lesquels on pourrait partir à la guerre. Pas les meilleurs techniciens du monde, c’est sûr, et deux joueurs qui sont parfois plus « cartons » que « chaussures », mais des vrais clubistes, qui amènent une identité et une mentalité exemplaire.

Le FCC a bien cru perdre une partie de ses valeurs

Si Chavornay s’est maintenu, c’est aussi en grande partie grâce à eux, car, à un moment, le FCC a bien cru perdre une partie de ses valeurs, tant certains éléments ont oublié que le football était un sport d’équipe et ont préféré mettre leur ego en avant. Dans un sport collectif, cela ne pardonne pas.

Un manque de solidarité qui a fortement agacé

Un exemple? Le psychodrame survenu autour de Gary Moret. Un excellent footballeur que l’on n’a pas hésité à mettre en avant plusieurs fois ici-même. Quand il s’agit de désigner les hommes du match, son nom revient souvent, mais ses coéquipiers ont très peu goûté son attitude lors du match face à Lutry, il y a trois semaines. En pleine lutte pour le maintien, Chavornay était mené 0-5 à la pause sur sa pelouse, moment que choisit son libéro pour… sortir, alors que le FCC n’avait qu’un joueur sur le banc, à moitié blessé qui plus est. Depuis? Il n’est pas revenu et ses coéquipiers lui en gardent une certaine rancune, en faisant le symbole du manque d’attachement aux couleurs rouges et noires.

Chavornay doit retrouver son identité

Chavornay s’est donc remis de son absence et le grand défi désormais sera de reconstruire une identité au FCC, toujours en 2e ligue. Avec Luc Lenoir? Il le mériterait, bien sûr, mais rien ne dit qu’il a envie de continuer dans ces conditions. Les vacances feront du bien à tout le monde, c’est sûr, et il reste une semaine d’entraînement pour, déjà, préparer la saison prochaine que tout le monde espère, dans le Nord vaudois, être un peu plus sereine.

Nyon II revient dans la course au maintien

Le FCC s’est donc épargné une dernière semaine sous tension, vu que le maintien concerne désormais trois clubs, Chêne Aubonne s’étant sauvé aussi ce samedi (victoire 2-1 face à Lutry). Le nom des trois clubs en sursis? Grandson (23 points), Renens (22) et le Stade Nyonnais (22), très surprenant vainqueur de Genolier-Begnins samedi (4-0)! On avait volontairement écarté les hommes de Michel Tachet de la course au maintien, mais ils nous ont donné tort avec une grande maestria en giflant des Canaris qui s’attendaient à tout sauf à ça.

Grandson était mené 5-1 à la 70e à Prilly!

Grandson, de son côté, était mené 5-1 à la 70e à Prilly, mais est revenu à 5-5 grâce notamment à un triplé de Renato Provenzano, qui a égalisé à la dernière minute!

Le programme de la dernière journée? Un sulfureux Grandson-Renens et Lutry (5e)-Nyon! En clair? Le Stade Nyonnais devra gagner et espérer un nul à Grandson pour passer devant le FCGT et le FCR! Ce n’est pas évident, mais c’est jouable. Grandson et Renens, eux, auront leur destin en mains: celui qui gagne sera sauvé. Limpide. Les hommes de Carlos Rangel pourront même se permettre un nul si Nyon ne gagne pas à Lutry.

Un sublime « GB-Gland » pour terminer

Et en haut, alors? La surprenante défaite de Genolier offre là aussi un final de rêve avec un sublime Genolier-Begnins (2e, 49 points) face à Gland (3e, 48 points)! Jamel Kaissi et ses joueurs, en s’imposant, passeraient in extremis devant « GB », qui peut se contenter d’un nul. LUC-Dorigny (4e) est officiellement sorti de la course aux finales ce soir.

La dernière journée, dimanche 7 juin à 16h

FC Genolier-Begnins (2e) – FC Gland (3e)

FC Grandson-Tuileries (12e) – FC Renens (13e)

FC Lutry (5e) – Stade Nyonnais II (14e)

Categories: 2e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.