«Je sais d’où l’on vient et ce que l’on a fait pour arriver là»

«Je sais d’où l’on vient et ce que l’on a fait pour arriver là»

Les temps forts du week-end à venir dans le football vaudois, de la Challenge League à la 2e ligue inter.

 

L’invité de Footvaud: Claude Gross

Coach, ce match à Bienne est l’un des tournants de la saison, non?

Non, je ne suis pas d’accord. C’est un match important, que l’on peut perdre ou gagner. Il restera douze matches après, lesquels seront tout aussi importants.

Le calendrier est ainsi fait que vous vous déplacez chez vos adversaires directs que sont Bienne et Chiasso, et, après encore un déplacement à Lausanne, vous enchaînerez avec… quatre matches à Baulmes (Bienne, Lugano, Wil et Winterthour)!

Oui et cette série-là sera décisive. Je l’ai en tête depuis un bon moment, je vous rassure. Là, il faudra faire des points.

Le match nul face à Servette a fait du bien au moral du groupe, non?

Oui. Le fait qu’on égalise à 10 contre 11, sur un autogoal du gardien adverse, j’y vois un signe.

Dimanche, vous vous déplacerez sans Musa Araz ni Gilberto Reis, tous deux suspendus…

C’est comme ça. On a dit cet hiver, à juste titre, qu’on avait construit un effectif pour permettre justement de ne pas souffrir des absences des uns et des autres. On a du monde à disposition, c’est aux quatorze joueurs qui seront sur le terrain dimanche de montrer qu’on peut compter sur eux, c’est tout.

Sur un plan personnel, comment vivez-vous la remise en question permanente? On ne peut plus ouvrir un journal sans lire « Coach en sursis », « Le match prochain sera-t-il son dernier? »…

Tout ça, ça m’est égal. Je sais d’où l’on vient et ce qui a été fait avec Le Mont. Mon palmarès, personne ne pourra me l’enlever. Les deux promotions successives, le quart de finale de Coupe de Suisse, ce sont des choses qui resteront. Quand on parle de l’extérieur, sans connaître ce qui se passe vraiment, le risque de dire des bêtises est assez grand… Je vais vous dire: le fait qu’on soit encore en course pour le maintien après 23 journées, quelque part, c’est un miracle. On pourrait être décroché, déjà relégué, mais on est encore là. On est ambitieux, parce qu’on aime le foot et qu’on le respecte, mais voir Le Mont là, c’est déjà très fort. Cela, je ne l’oublie pas. C’est pour cela, pour répondre à votre question, que je souris en lisant les journaux.

D’autant que vous avez un boulot à 100% à côté…

Exactement. Ce qui fait que je suis serein par rapport à tout ça. Moi, j’ai envie d’aller au bout d’une aventure qu’on a commencé ensemble, c’est tout. Je ne suis pas dans le même état d’esprit qu’un type dont c’est le boulot et toute la vie.

Vous avez débuté les cours pour le diplôme UEFA-Pro?

Oui, j’ai eu la séance d’information il y a quelques jours.

Vous savez déjà un peu le programme?

En avril, j’irai quelques jours avec l’équipe nationale M17 des Pays-Bas. Je devrai faire un rapport de stage, c’est déjà sérieux!

Vous prenez sur vos vacances à la Commune de Chexbres pour y aller?

Oui, bien sûr.

Et vous devrez choisir un club pour faire votre « vrai » stage, plus tard?

En fait, si Le Mont est toujours en Challenge League et que j’en suis l’entraîneur, je devrai effectuer le stage dans mon club. Par contre, si une des deux conditions n’est plus réunie, je devrai aller ailleurs. Vous savez où va ma préférence, je crois (rires).

Quels sont les élèves les plus connus de votre volée?

En ce qui me concerne, je suis en binôme avec Matteo Vanetta, l’ancien joueur de Servette et de Sion. Mais il y a aussi Mauro Lustrinelli, Raphaël Wicky, Johann Vogel, par exemple.

Il y a quand même un point sur lequel on a de la peine à vous croire…

Allez-y…

Vous avez un boulot à 100% et une famille, d’accord. Mais si vous faites l’UEFA-Pro, c’est bien que vous vous voyez entraîner à haut niveau encore après, non? On ne dépense pas son temps et son argent juste pour avoir un papier qui traînera dans un tiroir! Dites-nous la vérité: vous voulez aller entraîner Valenciennes, Chiasso ou Vaduz après, non?

Vous connaissez très bien ma position à ce sujet et je n’ai même pas besoin de répondre. L’UEFA-Pro, déjà, c’est une expérience personnelle formidable. Ce n’est pas donné à tout le monde de s’inscrire, il faut remplir certaines conditions. Le fait est que je suis éligible pour y participer. Il s’agit d’un honneur et d’une fierté. Attention, ce n’est pas le bagne! Ca va me prendre du temps, c’est sûr, mais je m’en réjouis énormément. Vous savez, obtenir ce diplôme, ce sera une fierté pour quelqu’un comme moi, qui vient vraiment de la base. Cela montre qu’avec le travail, tout est possible. J’ai entraîné en 3e ligue, en 1re ligue et en Challenge League et je suis très fier de ce parcours. Le valider avec le diplôme suprême du monde du football, c’est une belle histoire. En tout cas pour moi.

FC Bienne – FC Le Mont, dimanche 22 mars à 15h à la Gurzelen

Challenge League, 25e journée

 

L’endroit où il faut être ce week-end

Attention, gros choc à La Sarraz, dimanche! Le FC Montreux-Sports se déplace En Gravey pour tenter de chercher des points afin de sauver sa peau. Une semaine après un solide 0-0 face à Servette M21, les hommes de Cédric Faivre se voient bien gagner dimanche sur le terrain d’une équipe en reconstruction. Hervé Rickli et ses coéquipiers ont en effet désormais dix points de retard sur Dardania, mais ont à coeur de bien terminer la saison pour, déjà, préparer la suivante. Ce match est donc plus important pour les visiteurs, lesquels, au complet, ont une belle carte à jouer. Mais le FC La Sarraz-Eclépens adore ce genre de matches, sans pression, où il peut jouer l’offensive à tout va devant son public. Avec sans doute deux 4-3-3 très offensifs face à face, il y aura sans doute passablement de spectacle.

FC La Sarraz-Eclépens – FC Montreux-Sports, dimanche 22 mars à 15h En Gravey

2e ligue inter, groupe 1, 16e journée

 

Le joueur qu’on attend

Baptiste Bersier a été l’homme fort du Stade Payerne lors de la dernière journée. Passeur sur le 1-0 et buteur sur le 2-0, le jeune Fribourgeois a grandement contribué à faire tomber le FC Gumefens/Sorens et à éloigner Payerne de la zone de relégation. Les Broyards (7e) ont désormais six points d’avance sur la barre et auront de nouveau besoin d’une belle performance de leur milieu de couloir samedi à Colombier (8e). Arrivé en juin 2014 au Stade Municipal, il est l’une des bonnes surprises de la saison pour le public payernois. En battant Colombier, ce qui sera tout sauf facile, les hommes de Cédric Mora se mettraient quasiment à l’abri de toute mauvaise surprise en fin de saison.

FC Colombier – Stade Payerne, samedi 21 mars à 16h à Colombier

2e ligue inter, groupe 1, 16e journée

 

La question du week-end

Combien de clubs de 1re ligue se qualifieront pour la Coupe de Suisse 2015/2016? La réponse tombera samedi soir déjà à l’occasion du deuxième et dernier tour qualificatif. Terre Sainte, Echallens et Stade-Lausanne ne sont déjà plus là et il ne reste « que » Bavois, Azzurri 90 et Yverdon pour espérer arriver au premier tour. Le problème? La tâche s’annonce compliquée pour les trois.

Bavois, pour commencer, aura le redoutable honneur d’accueillir le puissant FC Baden. Les Argoviens (4e du groupe 3) ne viendront pas pour rigoler. Leur entraîneur? Les suiveurs du championnat suisse le connaissent bien, puisqu’il s’agit de… Gabor Gerstenmaier! Le Roumain, ancien très bon joueur du FC Lucerne, a succédé à Sven Christ, parti l’été dernier au FC Aarau.

Yverdon, de son côté, accueille le leader du groupe 4, le très ambitieux FC Wettswil-Bonstetten, club de la banlieue zurichoise. Wettswil est d’ailleurs en forme, venant de battre Baden 2-0.

Enfin, Azzurri a un déplacement piège à Fribourg, face à l’équipe en forme de ce début de deuxième tour dans le groupe 1. On le sait, on l’a dit, le FCF du deuxième tour n’a rien à voir avec celui du premier. Les Lausannois devront se méfier de Christopher Nzinga, buteur à Bavois lors de la première journée et face à Lancy lors de la deuxième.

Alors, 0, 1, 2 ou 3 qualifiés? Réponse samedi!

Bavois – Baden (17h), Fribourg – Azzurri 90 (17h), Yverdon-Wettswil-Bonstetten (17h30)

Dernier tour de qualification pour la Coupe de Suisse 2015/2016

 

La citation

« Continuez à nous soutenir, à venir au stade. Même si les résultats ne sont pas bons, vous avoir auprès de nous est important ». Thomas Castella, au micro de LS-TV.

FC Lausanne-Sport – FC Schaffhouse, samedi à 17h45 à la Pontaise

Challenge League, 25e journée

 

L’info utile

Thierrens est invaincu à la maison depuis le… 12 octobre 2013! A l’époque, le FC Dürrenast était venu s’imposer au Marais. Depuis, La Chaux-de-Fonds, Bulle, Team Vaud, Colombier et tous les autres sont venus se briser dans l’Enfer du Jorat. Bümpliz, dernier du groupe 2, n’a donc a priori aucune chance d’éviter le coup de carrelet samedi soir. Mais Patrick Muller le sait bien, son équipe doit être gardée sous pression pour éviter la désillusion. Un FC Thierrens à 99% n’est pas le même que celui, irrésistible, à 100%… On fait confiance à l’entraîneur du FCT pour éviter le moindre relâchement.

FC Thierrens – FC Bümpliz, samedi 21 mars à 19h au Marais

2e ligue inter, groupe 2, 16e journée

 

Le match qui promet une surprise

Dardania, leader du groupe 1, accueille Collex-Bossy dimanche à Chavannes-près-Renens. La mauvaise surprise serait une défaite des Lausannois, vainqueurs 0-2 à l’aller en terres genevoises. Mais on opte plutôt pour la bonne: une défaite d’UGS (2e) à Servette (7e) vendredi, plus une autre de Signal-Bernex (3e) à Plan-les-Ouates (10e) samedi. Ainsi, en entrant sur le terrain dimanche, les hommes de Paulo Diogo seraient gonflés à bloc, sachant qu’une victoire leur permettrait de s’envoler en tête. Celle-là, de surprise, nous plairait bien.

Dardania Lausanne – Collex-Bossy, dimanche 22 mars à 15h30 à Chavannes-près-Renens

2e ligue inter, groupe 1, 16e journée

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*