« J’aurais aimé faire encore trois ans »

« J’aurais aimé faire encore trois ans »

Le Président de l’ACVF Gérard Vontobel a annoncé sa démission. Après douze ans de service pour l’ACVF, l’ancien syndic renonce à un nouveau mandat, avec regret. Interview.

 

Bonjour Gérard, la nouvelle est tombée, vous quittez la Présidence de l’ACVF, depuis quand avez-vous pris cette décision ?

« Il y a environ dix jours, j’ai annoncé à mon comité le souhait d’arrêter. Nous avons ensuite averti les clubs du canton. »

Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons de ce choix ?

« Je suis vigneron-caveur, et j’ai perdu un précieux collaborateur, qui n’est autre que mon papa. Il est décédé d’une hémorragie cérébrale début décembre. J’ai dû mettre des priorités dans ma vie et forcément que le travail passe avant la passion. Si je veux subvenir à mon domaine, je n’ai pas d’autre choix. »

On sent une certaine tristesse, c’est avec regret que vous vous retirez…?

« Oui, vraiment, parce que c’est une passion depuis toujours. J’ai fait un grand pas dans la vie avec le foot et j’essaie de lui rendre tout ce qu’il m’a apporté. J’ai 57 ans et j’aurais aimé faire encore trois ans, on avait défini plusieurs choses qui me tiennent à cœur, mais voilà, ça fait déjà douze ans que je suis là et ma situation personnelle ne me laisse pas trop le choix. La nouvelle a aussi été difficile à comprendre pour les membres du comité. »

 

J’ai jamais voulu être salarié de l’ACVF en pourcentage, pour moi c’est une passion et non pas un gagne-pain

 

Douze ans d’activité dont trois au poste de Président, quel bilan en tirez-vous ?

« On a mis en place quelque chose qui tient la route, les clubs ne vont pas en ressentir de séquelles. Je suis vraiment fier du comité en place et de tout ce qu’on a accompli ensemble. Ils m’ont toujours soutenu comme je les ai toujours soutenus. On a vraiment une bonne équipe et cela va se perpétuer.

L’ACVF, par rapport à d’autres associations, a énormément progressé, on a un secrétaire général, des employés à plein temps au service des clubs. Les clubs sont contents et on fait au mieux. Déjà avant moi, le travail était bien fait, la seule chose qui a changé et à laquelle on essaie de s’adapter c’est la rapidité en terme de demande. Il faut aller vite et les acteurs du football pensent souvent qu’on est employé à plein temps, mais ce n’est pas le cas. Il y a encore des gens qui appellent le secrétariat et qui s’étonnent qu’on leur réponde par la négative car il travaille. C’est peut-être aussi parce qu’on ne communique pas assez. On ne peut pas transcrire le nombre d’heures qu’on passe ensemble, mais il y a tout de même 131 clubs pour presque 30’000 joueurs à gérer, c’est tout de même pas rien. J’ai jamais voulu être salarié de l’ACVF en pourcentage, pour moi c’est une passion et non pas un gagne-pain. »

On peut rappeler que vous recevez un défraiement, mais le vrai salaire de cette fonction reste le plaisir….

« En effet, on reçoit un petit défraiement mais qui ne remplace pas les heures d’absences au travail. C’est qu’une question de passion. Si on n’est pas passionné, ça ne sert à rien de faire ça. C’est pour ça que les heures que mon père faisait au domaine, je pouvais les passer moi ici. »

Votre successeur est-il connu ?  

« Il va falloir attendre l’Assemblée Générale de l’ACVF de samedi (3 mars) pour le savoir, mais nous avons un candidat évident, qui n’est autre que Gilbert Carrard, le vice-président actuel. »

On a espoir de vous retrouver dans le monde du football dans quelques années ?

(Rires) « Je peux pas le dire maintenant, mais ce qui est sûr c’est que je ne vais pas quitter le monde du foot. Momentanément, je ne serai plus dans la partie décisionnelle de l’ACVF, mais par contre au bord des terrains le week-end on me verra toujours. Je voyais parfois quatre, cinq matchs peu importe les équipes ou les ligues et cela ne devrait pas changer. »

Il y a un club en particulier qui vous séduit, on pense notamment au FC Allaman?

« Non, je n’ai pas le regard sur un club en particulier, j’ai été syndic pendant huit ans de mon village et je ne suis pas retourné au conseil général après, même que j’ai aimé ça aussi. (Gérard Vontobel a été quatre ans membre du conseil municipal avant de devenir syndic à Allaman, de 1993-2006). Mais qui sait, si j’ai du temps qui se libère, je pourrais peut-être m’investir à nouveau dans le monde du football mais ce sera sans les obligations. »

Gérard Vontobel sera présent à La Nuit du Football Vaudois le 30 juin 2018 à Payerne. Une occasion pour le remercier pour tous ses loyaux services au sein du football vaudois.

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*