«J’ai pris tous les paramètres en compte et le choix était clair»

«J’ai pris tous les paramètres en compte et le choix était clair»

Le marché des transferts a déjà commencé du côté de Prilly, qui annonce deux arrivées. Le premier nom? Celui de Gary Moret, le défenseur central du FC Chavornay. Et le deuxième? Il s’agit d’un retour à la Fleur-de-Lys pour l’éternel Edin Becirovic. Convoité par à peu près tout le canton, le buteur de 35 ans (15 réussites cette année en 1re ligue) quitte donc Yverdon Sport après deux passages réussis, entrecoupés d’une parenthèse moins prolifique à Azzurri. Retour deux ligues plus bas, donc, pour ce qui sera sans doute le dernier club du Bosnien comme joueur.

A la Fleur-de-Lys, il intègre en effet le staff technique de Claude Vergères, où il officiera comme adjoint du druide local. Steve Masson, l’autre adjoint, reste en poste. Michel Fossati, lui, quitte Prilly et rejoint le FC Lonay où il occupera un poste dans l’encadrement de la première équipe, laquelle dispute actuellement les finales de 4e ligue. Michel Fossati, qui a refusé une offre très lucrative du FC Ciudad de la Habana, a d’ailleurs été fêté vendredi lors du repas de soutien du FC Prilly et remercié pour sa fidélité à toute épreuve.

Edin Becirovic, lui, intègre donc le staff du FC Prilly avec effet immédiat, mais n’oubliera pas de marquer quelques buts sur le terrain et si possible des dizaines. Interview.

Edin, pourquoi être revenu à Prilly?

Ecoutez, ce choix je l’ai fait après avoir bien réfléchi. J’ai des attaches familiales ici. J’en suis parti, j’y suis revenu, mais là, à 35 ans, j’ai décidé d’y retourner et d’entamer, en parallèle, ma deuxième carrière.

Celle d’entraîneur?

Oui. Le patron, ce sera Claude Vergères. J’ai énormément de respect pour lui et les choses sont claires. On a beaucoup discuté et aujourd’hui, les conditions sont réunies pour que je revienne. J’aurais mon mot à dire, comme dans n’importe quel staff. Steve et moi seront adjoints, mais Claude Vergères ne prendra aucune décision sportive sans nous en parler, tout comme nous, évidemment, nous ne ferons rien sans lui parler. On sera trois, avec un chef.

Sportivement, c’est une régression. Vous n’étiez pas au bout du rouleau en 1re ligue! Pas après une saison à 15 buts...

C’est vrai que je ne fais pas un choix sportif. Au fond de moi, je préfère jouer en 1re ligue qu’en 2e ligue. Je suis un buteur, un compétiteur, un gars ambitieux. Mais j’ai pris tous les paramètres en compte et le choix était clair: c’était Prilly. Je vais m’impliquer dans le recrutement pour aider à construire une belle équipe. J’ai des contacts.

Vous avez déjà des noms à nous donner?

J’ai signé aujourd’hui, laissez-moi arriver! Le premier nom, c’est moi (rires). On verra, soyez patients.

On vous connaît, vous allez vouloir monter en 2e ligue inter. C’est sûr.

Je l’ai dit dans ma réponse précédente: je suis ambitieux. Mais je vais petit à petit et je suis toujours resté à ma place. J’intègre un staff, je dois faire mes preuves, passer mes diplômes. Je peux apporter des choses, mais je ne connais pas tout dans le football. Claude Vergères a une immense expérience, je dois apprendre de lui.

Vous êtes triste de quitter Yverdon? 

Oui, j’aimais tout là-bas. Le stade, les gens, les joueurs… De nouveau, j’ai fait le choix qui s’imposait. J’aurais aimé qu’on me propose une reconversion là-bas, mais je n’ai rien eu de concret. Je suis un peu déçu, vous pouvez l’écrire. Si on m’avait proposé quelque chose de clair, en me disant: « Edin, occupe-toi du recrutement avec nous », j’aurais probablement dit oui. Il y a eu des approches dans ce sens, mais je n’ai rien vu. A Prilly, j’ai cette possibilité, dans un club que je connais et où j’ai des attaches. Le choix est clair.

Vous allez finir votre carrière à Prilly?

Celle de joueur, oui. Je pense que oui. Mais dans le football, hein (rires)!

Categories: 2e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.