« J’ai finalement refusé l’offre de Champagne »

« J’ai finalement refusé l’offre de Champagne »

Courtisé par le FC Champagne Sport, Anthony Schwyn a finalement décliné la possibilité de rejoindre le 3e du groupe 1 de 2e ligue. L’ailier gauche est donc agent libre, mais plus pour longtemps.

Anthony, des bruits courent dans le canton, tu n’aurais pas signé à Champagne, est-ce vrai ?

J’ai effectivement été approché par Champagne durant l’hiver. Après avoir longuement hésité, j’ai finalement refusé leur offre. Mon choix de ne pas aller là-bas est purement professionnel. Je n’aurais, en effet, pas pu m’impliquer à 100% dans ce projet et c’est contre ma nature de ne pas m’engager à fond dans une nouvelle aventure si je ne suis pas sûr de pouvoir tout donner.

Tu as joué le premier tour avec la deuxième garniture d’Yverdon et tu étais préparateur physique de la troupe d’Anthony Braizat. Est-ce toujours d’actualité ?

Oui c’est exact. Je suis arrivé dans le Nord-vaudois en provenance de Pully avec comme objectif de faire monter l’équipe de Vagner Gomes en 2e ligue et également de m’occuper des joueurs de Promotion League. Cependant, mon « vrai » travail me prend énormément de temps. Je n’arrivais plus à suivre et combiner les entraînements avec la 3e ligue et la préparation des gars de la « une ». En plus, Yverdon cherchait quelqu’un de plus impliqué et plus proche. J’ai donc cessé mon activité avec le club de Mario Di Pietrantonio. Néanmoins, je retire uniquement du positif de mon expérience.

A un mois et demi de la reprise tu te retrouves sans club, as-tu envie de t’embarquer dans une nouvelle aventure ?

Oui, bien sûr que j’ai toujours le souhait de jouer. Je pratique le football depuis tout petit, cela fait désormais partie de mon quotidien. Il serait très difficile pour moi de m’en passer, mais j’ai un quotidien très chargé à côté, il faut que j’arrive à concilier vie privée et vie sportive.

Un retour à Pully est-il envisageable ?

Oui, je suis ouvert à toutes les propositions. Pully-Football est une formation que j’apprécie énormément, j’y ai passé d’excellents moments. J’ai gardé de bons contacts avec mes anciens coéquipiers et c’est toujours un plaisir d’aller les revoir jouer. Cependant, il y a beaucoup de clubs dans le canton.

Tu as évoqué que ton activité professionnelle te prenait beaucoup de temps. En quoi consiste-t-elle ? 

En dehors du ballon rond, je suis coach sportif. J’ai ouvert une salle à Chavornay il y a deux ans. Je donne plusieurs cours par semaine, individuels ou en petits groupes. Depuis peu, j’ai un autre local dédié à la pratique du « Parkour » (NDLR : une discipline sportive qui consiste à franchir successivement divers obstacles urbains ou naturels, par des mouvements agiles et rapides) et du « Street workout » (ndlr : une pratique à mi-chemin entre la gymnastique et la musculation, mélangeant figures de force, de souplesse et d’équilibre). C’est la première structure de ce style en Suisse. J’ai monté ce projet nommé As Warriors avec mon associé et ami Steve Mangione. J’espère vraiment que la sauce prendra.

Merci Anthony, et au plaisir de te revoir sur les pelouses vaudoises.

nb

Categories: Accueil, Interviews

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*