Italia Nyon doit gagner à Gland pour rester dans le coup

Italia Nyon doit gagner à Gland pour rester dans le coup

Notre sélection du vendredi des points forts du week-end vaudois, de la 2e à la 5e ligue!

 

L’invité de Footvaud: José David Caballero

Entraîneur d’Italia Nyon, 4e du groupe 1 de 3e ligue

 

Coach, comment va Italia?

Pas trop mal, j’ai envie de dire! On est sur une bonne dynamique, celle du premier tour, et on va tout faire pour qu’elle continue. On a eu chaud au premier match face à Bursins-Rolle-Perroy II, mais on s’est imposés 2-1 en toute fin de match. C’était important de commencer par une victoire, c’est tout ce qui compte.

Vous avez commencé par recevoir BRP II, dernier, et ce week-end vous allez à Gland II, avant-dernier. On imagine qu’un autre résultat qu’une victoire serait une déception, non?

Bien sûr. On ne s’attend pas à un match facile, pas du tout, mais c’est sûr qu’en début d’année j’ai dit à mes joueurs qu’on devait faire six points sur ces deux matches si on voulait continuer à régater avec les gros. Après, on reçoit Stade-Lausanne II et Saint-Prex, donc on doit faire le plein de points avant de les affronter. Dimanche, on jouera sûrement sur le synthétique, mais cela ne risque pas de nous désavantager. On a fait toute la préparation dessus.

Justement, Italia a passé un bon hiver?

Oui, on ne peut pas se plaindre. On s’entraîne deux fois par semaine à Colovray sur le synthétique principal, qui est déblayé. Ce sont des conditions optimales par rapport à tous les autres clubs du canton, j’en suis conscient. Vraiment, on a pu bien se préparer malgré l’hiver compliqué.

Avez-vous reçu des renforts cet hiver ou étiez-vous déjà assez forts comme cela?

Nous avons accueilli deux joueurs de qualité, qui étaient d’ailleurs titulaires au premier match. Il s’agit de Christophe Groenendijk, qui vient de la I de Gland, et du latéral droit Nicolas Balet, qui n’était pas beaucoup utilisé avec la I de Crans. On avait un manque à ce dernier poste, c’est parfait.

Vos objectifs se sont-ils affinés? Au premier tour, vous nous parliez de « haut de tableau »…

Et c’est toujours le cas! Vous savez, on continue à avoir un objectif à long terme avec ce club. On ne parle pas d’autre chose que de cela. Après, bien sûr qu’à trois ou quatre matches de la fin, on va réagir en fonction du classement. Si on est en position de jouer quelque chose de sympa, on ne va pas se priver.

« Long terme », qu’est-ce que cela veut dire, pour vous, qui êtes arrivé l’été dernier?

Notre objectif est de développer le club, surtout le secteur des actifs. C’est pour cela que je suis venu l’été dernier. Nous avons des juniors très performants et nous devons les intégrer de plus en plus à nos deux équipes. Nous avons des A 1er degré et nous les faisons participer régulièrement aux entraînements avec la I. Chaque semaine, ils sont cinq et le but est qu’ils jouent le plus vite possible avec nous.

Ils sont prêts?

Pas encore tous. Et c’est là où je veux en venir: nous devons également avoir des objectifs clairs pour notre II, qui est en 5e ligue. Aujourd’hui, le saut est peut-être encore trop haut pour un jeune. Entre les A, même 1er degré, et une bonne équipe de 3e ligue, il y a une marge. Or, notre II n’est pas assez performante pour l’instant.

Vous êtes seuls pour les juniors?

Oui, nous n’avons aucun groupement et pour l’instant tout va très bien. Nous avons des équipes de juniors dans toutes les catégories et la dynamique du club est excellente à ce niveau-là. En plus, vous savez comment ça va: quand tout va bien, tout le monde veut venir chez vous! On doit profiter de cela pour renforcer les actifs, mais cela ne se fait pas en une semaine.

Un jeune qui veut commencer le foot à Nyon aujourd’hui, il a intérêt à venir à Italia ou au Stade Nyonnais?

C’est incomparable. Le Stade a un mouvement avec Crans, Gingins et Prangins. Ils sont évidemment plus grands que nous, sans même parler de Team Vaud. Cela dit, pour les juniors A et les juniors B, nos équipes sont au niveau des leurs. Je dirais qu’on se complète bien. Nyon est assez grand, il y a de la place pour tout le monde.

FC Gland II – FC Italia Nyon, dimanche 29 mars à 15h, En Bord

3e ligue, groupe 1, 13e journée

 

L’endroit où il faut être

Choc au sommet! Le vainqueur de dimanche fera un immense pas vers les finales, puisque le deuxième (Rances) accueille le leader (Echallens II). Le retrait du Desportiva Avenches (lire ici) a ouvert en grand la porte du finale à ces deux équipes, lesquels ont en commun une certaine jeunesse. Xavier Silva, l’entraîneur des Ransignolets, a repris l’équipe l’été dernier, amenant avec lui passablement de juniors venus du Mouvement Orbe et Région, où il entraînait les A. Associé aux « grognards historiques » du club, le mélange passe bien, en tout cas au classement. Echallens, de son côté, est dirigé par Cosimo Laquosta, un homme venu lui aussi du monde des juniors. Deux équipes enthousiastes, qui n’avaient pas forcément fait de la montée leur priorité immédiate, mais qui ne diront pas non. Ça s’annonce sympa, ce dimanche.

FC Rances – FC Echallens Région II, dimanche 29 mars à 14h, à Rances

4e ligue, groupe 5, 13e journée

 

Le joueur qu’on attend

Adrien Fuchs. Le milieu offensif du FC Pied du Jura connaît bien les Peupliers, où il a joué avec la première équipe lors de la saison 2007/2008. Depuis, il est retourné « chez lui » à Pied du Jura, où il fait parler sa classe à intervalles plus ou moins réguliers. Ce joueur-là a un talent de fou, mais des blessures récurrentes l’ont empêché d’enchaîner les performances de haut niveau. Pied du Jura, un ensemble très homogène mené de main de maître par Bruno Chappuis, a besoin de ses coups de génie pour rester dans la course aux finales après un match nul (1-1) à Assens pour débuter. Mais attention! Ce FC Bavois II est en net regain d’énergie et de qualité, après un premier tour décevant. Match serré samedi? Sans doute, oui.

FC Bavois II – FC Pied du Jura, samedi 28 mars à 19h30 aux Peupliers, à Bavois

2e ligue, groupe 2, 15e journée

 

La question du week-end

Le FC Bex sera-t-il sous la barre dimanche soir? Si Champvent bat Crans samedi, les hommes de Julio Tejeda auront la pression dimanche à l’heure de recevoir Benfica au Stade du Relais. La très jeune équipe bellerine a du talent, mais manque encore cruellement d’expérience, malgré les luttes contre la relégation des dernières saisons. Le FC Bex est très agréable à voir jouer, mais doit absolument se montrer plus efficace dans les deux surfaces de réparation. Pas sûr que passer sous la barre soit le meilleur moyen de gagner de la confiance… Il faudra donc être performant ce week-end pour se donner un peu d’air.

FC Champvent – FC Crans, samedi 28 mars à 19h au Battoir de Champvent

FC Bex – Sport Lausanne Benfica, dimanche 29 mars à 14h30 au Stade du Relais de Bex

2e ligue, groupe 2, 15e journée

 

La citation

« On vous attend pour le match au sommet, ainsi que pour partager un verre à la buvette puis au Carnaval de Bussigny, où le club tient un bar! » Le FC Bussigny se prépare à une soirée de folie, samedi. Les deux co-leaders du groupe 7 de 4e ligue s’affrontent pour le choc des poids lourds à 20h, et le vainqueur peut déjà réserver son mois de juin: il aura un pied et demi en finale! Le perdant, par contre, prendra le risque de voir Dardania II revenir à sa hauteur, les Lausannois se trouvant en embuscade trois points derrière Pully et Bussigny, avec un meilleur classement fair-play. Bref, il faudra être fort et ne pas prendre de carton, samedi. Rien n’empêche de prendre une caisse au carnaval plus tard, par contre…

Bussigny-Sport – Pully Football IIB, samedi 28 mars à 20h

4e ligue, groupe 7, 12e journée

 

L’info utile

L’info qui fait mal, surtout. Le très sympathique et très fort Yann Gentizon s’est sérieusement blessé cette semaine et sera absent trois mois. Un véritable coup dur pour l’entraîneur-joueur du FC Donneloye IIA, leader en 5e ligue. Les Oies, qui visent une promotion immédiate, ne manquent pas de ressources avec leur très bel effectif (Hervé Mazzieri, Romain Gavillet, Michael Mercier…), mais la perte de leur libero est une très mauvaise nouvelle. Cela devrait quand même suffire face à Bonvillars samedi soir, mais « Craquette » manquera beaucoup.

FC Donneloye IIB – FC Etoile Bonvillars, samedi 28 mars à 18h, au Stade Dany Gavillet

5e ligue, groupe 2, 12e journée

 

Le match qui promet une surprise

On sent bien la II du BRP ce dimanche. Après avoir perdu de peu à Marens le week-end dernier (2-1 à la dernière minutes), les joueurs de Nedzat Sadiku ont une carte à jouer face à Prilly, dimanche à Rolle. Une deuxième victoire de la saison leur permettrait sans doute de sortir de la zone rouge. Une motivation supplémentaire?

FC Bursins-Rolle-Perroy II – Prilly Sports II, dimanche 29 mars, 15h30 au Parc des Sports de Rolle

3e ligue, groupe 1, 13e journée

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*