Iliria Payerne privé de finales

Iliria Payerne privé de finales

Fehmi Sylaj a eu une mauvaise surprise en allant relever le courrier de son club mercredi: l’ACVF lui avait écrit pour lui signifier qu’Iliria Payerne, leader de 3e ligue, ne pourrait pas participer aux finales de promotion. Une décision sans appel et sans possibilité de recours. La raison? Iliria n’a pas d’équipes de juniors et le règlement est clair: pas de juniors, pas de 2e ligue. Fehmi Sylaj a accusé le coup: « J’ai de la peine à dormir depuis vendredi. Je vais annoncer ça aux joueurs ce vendredi soir, après le match face à Echallens II. Je suis dégoûté pour eux et pour nous… Mon sentiment? Beaucoup, beaucoup de déception. Pour les joueurs, pour le club, pour les supporters, pour les gens qui travaillent. »

Le règlement est clair

Il faut dire qu’Iliria a l’habitude de balayer les obstacles sportifs depuis sa création à l’été 2011, en 5e ligue. Une promotion directe en 4e ligue, puis une autre, tout aussi immédiate en 3e ligue. La II, elle, va monter en 4e ligue dans quelques jours. En clair, Iliria gagne chaque championnat qu’il dispute et ce pourrait encore être le cas cette saison en 3e ligue. Mais il ne pourra pas monter et, donc, ne pourra pas faire les finales. L’ACVF en a décidé ainsi, s’appuyant sur le règlement. Les choses sont claires et écrites noir sur blanc et Fehmy Sylaj ne conteste pas un instant la décision de l’Association cantonale.

Pas question de piller les autres clubs pour créer une équipe de juniors

« Franchement, je ne peux pas leur donner tort sur le fond. Il faut avoir des juniors et nous n’en avons pas. C’est un fait, et c’est le règlement. Mais j’estime que nous avons des circonstances atténuantes, qui auraient pu être prises en compte. Nous avons un manque de terrains, tout le monde le sait bien. Nous ne sommes nulle part chez nous. Notre I joue à Portalban et notre II à Nuvilly. Alors, où est-ce qu’on pourrait mettre des juniors? Nous sommes un tout jeune club et nous avons besoin de temps. Mais même, nous pourrions très bien créer une équipe de juniors, en allant chercher plusieurs joueurs albanais dans les clubs de la région. Mais est-ce que ce serait mieux? L’ACVF préférerait qu’on aille piller les autres clubs? On a évité de le faire et on ne se sent pas récompensés », explique le président d’Iliria.

« Il va encore falloir compter avec Iliria Payerne »

Du côté de l’ACVF, pas besoin de commenter plus avant un point de règlement qui est clair. Tous les clubs doivent se soumettre à cette promotion de la formation, afin d’éviter qu’un club ne vive que par ses actifs. Bosna Yverdon s’y était soumis en montant en 2e ligue et compte aujourd’hui des B, des C, des D et E. Cela commence à porter ses fruits, d’ailleurs, puisque des B jouent régulièrement avec la I et ont même déjà marqué des buts cette saison. Iliria devra donc s’y soumettre et Fehmi Sylaj le sait bien: « Il va bien falloir, sinon on ne fait que reporter le problème d’une année. On va continuer avec notre équipe, avec laquelle on veut aller le plus haut possible. Je vous le dis, il va encore falloir compter avec Iliria Payerne! On ne va pas lâcher l’affaire et je dis depuis le début que l’on doit monter, mais dans le fair-play et le respect des règles. On veut donner une bonne image d’Iliria, celle d’un club bien géré. Nous acceptons tout le monde, comme vous avez pu le constater avec notre joueur portugais. Il se sent très bien chez nous et notre porte est ouverte à tous. On prône la transparence et le fair-play, et on va continuer de le faire. »

Des contacts ont été pris avec Stade Payerne

Iliria, pour régulariser sa situation, est en train de s’approcher du Stade Payerne. Pourquoi ne pas envisager un groupement? On n’en est pas encore là, mais Fehmi Sylaj explique que des contacts ont été pris: « Nous avons rencontré le nouveau président, Frédéric Danzi. Rien n’est décidé, loin de là, mais nous avons fait connaissance. » Pour une éventuelle collaboration au niveau des juniors? « Je ne sais pas, il est beaucoup trop tôt pour en parler, mais je peux juste vous dire que nous nous sommes rencontrés pour une prise de contact. » Il faudra de toute façon trouver une solution pour la saison prochaine, afin qu’Iliria puisse continuer sa belle ascension dans le football vaudois.

Auteur