« Il y a un ou deux clubs qui font de la surenchère »

« Il y a un ou deux clubs qui font de la surenchère »

Après un premier tour poussif, Yverdon-Sport s’est réveillé avec un printemps réussi: une troisième place et un titre de meilleure équipe du deuxième tour. Le club du nord-vaudois regarde dorénavant vers la saison prochaine et découvre des adversaires plus ambitieux.

A l’intersaison, Mario Di Pietrantonio, président d’Yverdon-Sport, n’était pas content de son équipe et l’avait fait savoir. Depuis ce « coup de gueule », l’effectif s’est réveillé et terminera la saison à la troisième place de Promotion League. « L’équipe a fait un magnifique travail. En plus, elle sera, comptablement, la meilleure du second tour ». L’automne a donc été couronné de succès et servira de bonne base pour la saison prochaine.

« Une grande famille »

Le président se félicite également de l’ambiance exceptionnelle qui règne au sein de son club. « Que cela soit le staff, les joueurs, l’entraîneur et les supporters, tout le monde joue le jeu. Le club est une grande famille. Ce projet, que nous avons entamé il y a trois ans avec des copains, est magnifique. » A cet élan positif, il faut ajouter la rénovation du stade avec notamment la réfection de la tribune emblématique, l’agrandissement des vestiaires et l’ouverture d’un important restaurant. La mise à l’enquête est passée sans opposition. Autre bonne nouvelle, le club du nord-vaudois a obtenu sa licence pour la Challenge League en première instance (au contraire de Nyon).

Tout va bien pour Yverdon qui peut sereinement préparer la saison suivante, dont l’objectif reste le même : la promotion en Challenge League, « mais si nous n’y arrivons pas, cela ne sera pas la fin du monde », commente le président. Pour atteindre ce but, « YS » se donne les moyens avec un budget accru« afin de former une très belle équipe. »

« Cela casse la sérénité du canton »

Cependant, la lutte pour la promotion risque d’être acharnée, surtout entre les équipes du canton. Après après le Stade Nyonnais, c’est le Stade-Lausanne-Ouchy qui pourrait avoir son mot à dire. Le nouveau comité du « SLO » a en effet revu ses ambitions à la hausse en injectant de l’argent pour former un collectif performant. « Il y a un ou deux clubs qui font de la surenchère, c’est navrant, cela casse la sérénité du canton. Nous ne voulions pas rentrer dans ce jeu (NDLR de la surenchère), mais nous y sommes un peu obligés au vu des circonstances », se lamente Mario Di Pietrantonio.

« YS » ne compte pas uniquement sur son budget pour assurer la valeur de son effectif, car il profite d’une relève de qualité. Les juniors B sont en finale nationale et la deuxième garniture est dans la course pour la 2e ligue. Théo Rochat, jeune espoir du contingent de l’équipe entraînée par Vagner Gomes, a même joué 25 minutes ce week-end avec la « une ».

Un public de plus en plus nombreux

Le club phare du nord du canton peut également compter sur des supporters en nombre avec plus de 800 spectateurs en moyenne cette saison. « Notre objectif était de faire revenir le public au stade Municipal, cela fonctionne, se réjouit Mario Di Pietrantonio. L’année prochaine, j’espère que l’on aura une affluence d’au moins 1’200 spectateurs par match. » Il ne manque plus que l’accession à la Challenge League pour « finaliser » ce joli projet.

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*