«Il nous reste dix matches, ce sont dix finales»

«Il nous reste dix matches, ce sont dix finales»

Florian Gudit et Yverdon Sport ont logiquement battu Signal Bernex mercredi soir (2-0). Tout n’a cependant pas été facile pour les Yverdonnois face au dernier du classement, puisqu’il a fallu attendre la 42e et un exploit personnel d’Allan Eleouet pour inscrire le 1-0. Mehmed Begzadic a inscrit le 2-0 après la pause. Gudit, capitaine d’YS, sait son équipe capable d’aller chercher les finales et y croit encore. Interview d’après-match.

 

Florian, deux matches et deux victoires depuis l’arrivée de Philippe Perret. Qu’est-ce qui a changé à Yverdon?

Je dirais que chacun est plus impliqué, plus concentré. Un nouvel entraîneur est arrivé, chacun doit gagner sa place et le convaincre. Les statuts ne sont plus définis et j’ai l’impression que les joueurs donnent tous un petit quelque chose en plus.

Ce n’était pas forcément le cas avant?

Disons que l’arrivée de Philippe Perret a redistribué les cartes. Ceux qui étaient certains d’être titulaires ne le sont plus et cela nous a tous poussés à en faire plus pour gagner notre place ou la conserver. C’est toujours ainsi lorsqu’un nouvel entraîneur arrive…

Philippe Perret était un grand numéro 6, le poste que vous occupez. Il vous a déjà parlé de manière spécifique, personnellement?

Non, pas du tout. Peut-être que ça viendra, je n’en sais rien.

Vous connaissez sa carrière?

Oui, bien sûr. Je sais que comme moi, il avait du déchet dans son jeu, donc j’espère qu’il pourra me faire progresser de ce point de vue (rires). Evidemment que j’ai entendu parler de lui, on parle quand même du recordman du nombre de matches joués avec Neuchâtel Xamax! Lui et Robert Lüthi, ils ont joué quinze ans à la Maladière, ça se respecte. Après, évidemment, je ne l’ai jamais vu jouer, je suis un peu jeune pour ça.

Avec cette victoire, vous restez dans la course aux finales, votre seul et unique objectif…

Oui, l’objectif a été fixé en début de saison, on le connaît. Un joueur a dit dans le vestiaire avant qu’il nous restait dix matches et que c’étaient dix finales. C’est exactement ça. On doit faire preuve de cohésion et de solidarité, c’est ça le plus important.

Pas les qualités techniques?

Non. Pour atteindre les finales, il faut être soudés. C’est le point numéro 1 et c’est ce qui nous manquait peut-être aussi. Si on arrive à rester ensemble, on atteindra notre objectif.

D’autant que vous, les finales, vous connaissez vu que vous les avez atteintes avec Stade-Lausanne-Ouchy l’été dernier…

Et je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner avec Yverdon Sport, le club de ma région. Mais justement, vous me parlez de Stade-Lausanne. On avait des bons joueurs, c’est sûr, mais si on a atteint les finales c’est principalement en raison de notre état d’esprit et de la cohésion du vestiaire. On était un groupe, avec des caractères, mais tournés vers un objectif commun. On n’est pas obligés de tous s’aimer, mais on doit tous avoir la bonne attitude. Et ça, ce n’est pas forcément une question de temps, mais c’est indispensable.

 

Les prochains rendez-vous

Le samedi 2 avril, à 16h, Team Vaud M21 accueillera YS.

Yverdon Sport – Signal FC Bernex-Confignon 2-0 (1-0)

Buts: 42e Eleouet 1-0; 56e Begzadic 2-0.

YS: Zwahlen; Lauper, Dia Mbaye, Rossé, Samandjeu; Gudit, Morina (82e Martinet), Jimenez (46e Touré); Begzadic (71e Isabella), Eleouet, El Allaoui.

Entraîneur: Philippe Perret.

Stade Municipal, Yverdon.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*