«Il fallait la trouver la solution, après le match de Zurich…»

«Il fallait la trouver la solution, après le match de Zurich…»

C’était le 5 mars, il y a une éternité. Le Stade Nyonnais venait de perdre son deuxième match de 2016, sur le terrain de Zurich M21 (2-0). Une semaine plus tôt, pour la reprise, les Nyonnais s’étaient inclinés, à Colovray, face à Breitenrain (0-1). Zéro point en deux matches face à des concurrents directs pour le maintien, et un moral en chute libre. C’est donc peu dire que dans le car du retour de Zurich, Sébastien Bichard se posait énormément de questions. « Je me demandais quelles solutions trouver pour que l’on s’en sorte », explique l’entraîneur stadiste. Et il a dû bien chercher. « Vous êtes en mars, il fait gris, vous êtes dernier… et vous devez motiver tout le monde, trouver des ressorts psychologiques. Je peux vous dire qu’il a fallu creuser. »

La bonne idée, au bon moment

Alors, Sébastien Bichard a bien réfléchi. Le talent, sur le terrain, il l’avait. L’effectif stadiste, renforcé à Noël, pouvait s’en sortir seul, mais encore fallait-il convaincre les joueurs. Et c’est là que l’entraîneur des Nyonnais a eu son idée, celle qui a tout changé. « En fait, j’ai eu envie de leur rappeler qu’ils jouaient pour un club, pas juste pour eux. Qu’ils avaient une responsabilité. Alors, je leur ai amené des juniors du club, des D, des E et même l’école de foot. Mais je n’ai pas voulu utiliser ces gamins juste pour la galerie. J’ai décidé de les impliquer, des les intégrer. Je voulais montrer aux joueurs qu’on n’était pas une équipe, mais un club. »

Sébastien Bichard: « Tout le monde s’est pris au jeu »

Le résultat? Les gamins ont adoré, mais les joueurs aussi. « Ils étaient comme des gosses à l’entraînement. Je ne savais plus qui étaient les juniors », sourit Sébastien Bichard. Les petits et les grands ont mélangé les équipes, notamment lors de séances de foot-tennis très disputées. « Tout le monde s’est pris au jeu. Il y a eu des sourires, des rires même, et la bonne humeur est revenue naturellement. » Et avec elle, les pensées positives. Et ensuite, les victoires. Pari gagnant sur toute la ligne.

Un esprit de club, pas un esprit d’équipe

Le Stade Nyonnais est donc progressivement remonté au classement, obtenant même son maintien ce samedi, deux journées avant la fin, en battant (avec la manière)  le FC Saint-Gall II (2-0, buts de Gentian Bunjaku et Dylan Dugourd, sur penalty). « Sincèrement, j’ai encore de la peine à réaliser, là, à l’heure où vous me parlez. Je me revois encore après ce match de Zurich. Il fallait la trouver la solution, à ce moment-là… Alors, voir tous ces sourires, cette joie… Vous auriez été dans le vestiaire, vous auriez halluciné ce soir! On était 50 dans notre petit vestiaire! Il y avait les joueurs de la II, les juniors, ces gamins qui nous ont accompagné ce printemps. C’était un moment très fort, je vous assure », continue Sébastien Bichard.

Deux matches pour aller chercher la qualification en Coupe de Suisse

Très souvent, ces derniers mois, les joueurs de la I sont allés voir jouer les petits et l’identification a vraiment fonctionné dans les deux sens. La grande famille du Stade Nyonnais, celle qui est « revenue à la vie » l’été dernier après avoir été un peu éclatée, s’est reformée petit à petit. Et le Stade a sauvé sa place en Promotion League. Reste maintenant à préparer l’avenir, tout en se rendant bien compte que ce qui a été réalisé cette saison est exceptionnel. Il reste deux matches pour aller chercher la qualification directe en Coupe de Suisse, et, surtout, pour finir en beauté.

Le travail de Sébastien Bichard suscite un intérêt mérité

L’avenir? Il dépendra de la volonté de Vartan Sirmakes, le président, et de Luis Pereira, le manager général. Bien sûr, ils veulent continuer avec Sébastien Bichard, conscient du très bon travail qu’a fourni leur entraîneur cette saison. A 32 ans, l’ancien défenseur de l’US Terre Sainte a encore le temps de construire sa carrière, mais rien ne dit qu’il restera à Colovray, lui qui dispose d’offres particulièrement intéressantes. Le travail qu’il a accompli depuis dix-huit mois mérite sans aucun doute l’intérêt qu’il suscite aujourd’hui, lui qui a terminé avec la meilleure note de toute sa volée lors de l’obtention du diplôme A. Et quand un entraîneur est aussi fort dans son boulot de tous les jours que dans ses études, on a tendance à penser qu’un avenir intéressant l’attend.

 

Les prochains rendez-vous

Kriens reçoit le Stade Nyonnais samedi prochain, à 16h dans le mythique Kleinfeld.

Stade Nyonnais – FC Saint-Gall II 2-0 (1-0)

Buts: 3e Bunjaku 1-0; 70e Dugourd, pen. 2-0.

Arbitres: M. Bozcelik, assisté de M. Vannay et de M. Schwizer.

Nyon: Mutombo; Etchegoyen, Golay, Duarte, Martins Pereira; Camara, Gaillard (63e Dugourd, 72e Maric); Dalla Vecchia, Fernandez, Ndongo; Bunjaku.

Entraîneur: Sébastien Bichard.

Saint-Gall: Albrecht; Gasser, Hefti, Gönitzer, Rahimi; Scholz Blasucci; Ziberi (72e Kräuchi), Qerfozi (60e Babic), Ledergerber (53e Sacirovic); Pavlovic.

Entraîneur: Boro Kuzmanovic.

Colovray.

Categories: Promotion League

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.