« Il était encore dans l’euphorie de son triplé »

« Il était encore dans l’euphorie de son triplé »

Ce week-end, Italia Nyon s’est imposé 3-1 face au FC Genolier-Begnins 2. Lors de cette rencontre, Fabrizio Iandolo s’est permis d’inscrire un triplé avant de voir rouge.

Fabrizio Iandolo a illuminé de son talent le terrain Fleuri de Begnins durant 59 minutes avec un triplé, avant de noircir sa performance en prenant un carton rouge. Il a ouvert le score pour son équipe à la 2e, le FC Italia Nyon, qui affrontait la seconde garniture du FC Genolier-Begnins. Il répondait ensuite à l’égalisation de Yannick Monnier juste après la pause : 2-1. Il parachevait son œuvre avec un triplé à la 57e.

De passeur à buteur

« Il a eu un maximum de réussite, confie son entraîneur José David Cabellero. Il doit frapper quatre fois et il marque trois buts. Il aurait pu mettre un quadruplé, mais il a échoué dans son face-à-face avec le portier ». D’habitude posté en ailier, je l’ai placé en attaquant de pointe afin d’accompagner Maxime Renault. « Vu que l’on jouait sur un petit terrain synthétique, j’ai repositionné mes joueurs avec réussite pour lui. En principe, il est passeur et inscrit entre 6 et 7 buts par saison », poursuit un coach heureux du replacement victorieux de son poulain.

L’entraîneur d’Italia Nyon José David Cabellero estime que son équipe est toujours en course pour les finales de promotion. (Crédit photo: Nadia Ferreira)

Las, et peut-être pris par son envie de trop bien faire, Fabrizio Iandolo va commettre l’irréparable à la 60e, trois minutes après sa dernière réussite. « Sur une contre-attaque, un de mes gars fait une faute d’antijeu pour ralentir l’action. Il y a une bousculade entre plusieurs personnes, Fabrizio parcoure 10m et pousse un adversaire, juste devant les supporters de GB, ce qui incite peut-être l’arbitre à distribuer le carton rouge directement », résume José David Cabellero.

Italia Nyon a tenu bon

Ce geste n’a rien coûté à Italia Nyon, si ce n’est une fin de match compliquée. « On a souffert, surtout dans les 15 dernières minutes. Cependant, nous avons tenu bon et engrangé les trois points. Je regrette cette expulsion, car cela fait plusieurs mois que je travaille sur le mental de mon équipe et tout ce boulot se perd en l’espace de quelques secondes. Il était encore dans l’euphorie de son triplé, mais ce n’est pas une excuse », explique calmement l’entraîneur.

Cet ascenseur émotionnel n’aura sûrement pas épargné le cœur de José David Caballero. « J’étais vraiment content et deux minutes après j’étais très énervé, rigole-t-il avec le recul. Finalement, l’important est que nous sommes toujours en course pour les deux premières places, même si rattraper Ecublens va être compliqué ». En effet, la troupe de Meoli compte six points d’avance (avec un match en plus) et un meilleur fair-play. La tâche s’annonce ardue, surtout si les Nyonnais continuent à jouer avec le cœur de leur entraîneur de la sorte.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*