« Il est temps pour moi de laisser les défenseurs tranquilles »

« Il est temps pour moi de laisser les défenseurs tranquilles »

J-2 avant les finales de promotion de 2e ligue, aujourd’hui, Edin Becirovic, entraîneur du FC Renens évoque la rencontre aller-retour face au FC Amical Saint-Prex et sa retraite.

Comment avez-vous préparé les finales ?

Nous allons aborder ces parties comme d’habitude, rien de spécial. Il y a bien sûr plein de tensions. Je connais ce genre de parties pour les avoir jouées deux fois avec Yverdon (NDLR : 1re ligue) et Prilly (NDLR en 2e ligue). La préparation, ce n’est pas maintenant qu’on la fait, mais durant toute la saison. Je demande juste à mes gars de tout donner sur le terrain comme je l’ai toujours fait tout au long de ma carrière.

Renens va affronter Amical Saint-Prex, avez-vous déjà visionné cette équipe ?

Je les ai vus une fois contre LUC Dorigny. Au vu de leur classement, les finales sont méritées. Cependant, mon adversaire ne m’intéresse pas, je ne pense pas à lui. Pour moi, c’est mon club qui est important, rien d’autre.

Des finales, cela se joue à peu de chose, qu’est ce qui va faire la différence en faveur de Renens ?

Le FC Renens est une équipe offensive. Nous allons aller à Saint-Prex samedi pour chercher très haut notre adversaire. J’espère qu’on va pousser à l’erreur. A l’image de moi et de ma carrière, j’attends de mes hommes qu’ils soient des guerriers sur le terrain avec beaucoup de rage. Si tu gagnes les duels, tu gagnes le match.

Est-ce que tu as un pronostic pour cette double confrontation ?

(soupir). Je n’aime pas ça, donc je ne dis rien.

Un dernier mot Edin, à 38 ans vous terminez meilleur buteur de 2e ligue, quel est votre secret ?

Cela reste toujours le même et ce n’est pas un mystère. Depuis le début de ma carrière, je travaille pour être au top. Avec Prilly, nous avions la meilleure attaque, avec Renens également en 3e et en 2e ligue. Je suis obsédé par le but et je veux le transmettre à mes attaquants.

Avez-vous déjà trouvé votre successeur ?

(grand sourire) Non, je ne crois pas, mais c’est difficile à dire. Nous avons eu une génération dorée avec Renato Rocha, Hervé Rickli ou encore Albino Bencivenga. Cela sera dur de trouver des buteurs de ce calibre (rires).

Vous parlez au passé, avez-vous quelque chose à annoncer ?

Peut-être oui, je pense qu’il est temps pour moi de laisser les défenseurs tranquilles (rires). J’ai fini ma carrière. En plus, j’ai mon diplôme UEFA B, et je suis en train de passer le A. Il est temps pour moi de me concentrer sur cette carrière (soupir).

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*