La II de Payerne réalise le parcours parfait: 10 sur 10!

La II de Payerne réalise le parcours parfait: 10 sur 10!

Le Stade Payerne II (4e ligue) a raté la promotion de peu la saison dernière, devancé par Iliria Payerne. Mais cette saison, les hommes de Joao Machado peuvent déjà préparer les finales, c’est une certitude. Leur bilan du premier tour, dans le groupe 5? 10 victoires en 10 matches, rien que ça. A mi-parcours, les Payernois comptent 6 points d’avance sur le FC Ependes (2e) et 13 sur le Centre portugais d’Yverdon (3e). Sachant que les deux premiers participeront de toute façon aux finales, les Payernois peuvent déjà préparer celles-ci. Le premier tour a été globalement magnifique du côté du Stade Municipal, puisque la I, elle aussi passée tout près de la promotion la saison dernière, est largement en tête en 2e ligue. Du bon travail.

Un vrai « choc des extrêmes » sur le synthétique brocard

Mercredi soir, sur le synthétique payernois, Benjamin Ruch et ses coéquipiers accueillaient Champagne II pour le dernier match du premier tour. Cette partie aurait dû se dérouler initialement à Champagne, mais les conditions atmosphériques ont poussé les deux équipes à déplacer ce match sur le terrain artificiel de Payerne. Une bonne idée. Les données de départ? Payerne comptait 9 victoires en 9 matches, on l’a dit. Et Champagne? 9 défaites en 9 matches! Autant dire que la confrontation paraissait déséquilibrée. D’autant que la II de Champagne est une équipe sans réelle identité cette saison. L’entraîneur Alejandro Heredero compose avec un effectif d’une dizaine de joueurs, complété par des éléments de la I (3e ligue) ou de la III (5e ligue). Ainsi, mercredi à Payerne, les deux co-entraîneurs de la I (Gilles Chevallier et Bruno Reymond) étaient… titulaires avec la II, tout comme le légendaire gardien Vincent Bornoz, lequel s’est reconverti comme attaquant à succès avec la III depuis plusieurs saisons. Bref, une saison compliquée pour la II, qui compte tout de même quelques jeunes joueurs talentueux. Mais clairement, pour tenir en 4e ligue cette année, ce sera compliqué. Champagne a déjà sept points de retard sur le Desportiva Avenches et plus trop d’espoir. La bonne nouvelle? La III est en tête de son groupe de 5e ligue. Champagne pourrait donc conserver une équipe en 4e ligue l’an prochain, quoi qu’il arrive.

Gilles Chevallier: « Ils ont le niveau de 3e ligue, sans problème »

Le match de mercredi? S’il y avait un léger suspense, il a vite été anéanti. Payerne menait en effet 2-0 après sept minutes, grâce à un doublé de Tiago Freitas, dont une superbe frappe de loin. La victoire était déjà acquise, face à une équipe de Champagne qui a eu le mérite de ne rien lâcher et n’a pas été ridicule. Tout était un peu trop facile pour Payerne, qui était deux classes au dessus de son adversaire, au moins. « C’est une équipe de 3e ligue, sans aucun problème », estimait Gilles Chevallier, victime d’un claquage au cours de la deuxième période. A 45 ans, il pouvait bien être pris de vitesse par quelques jeunes Broyards, lui qui a débordé tellement de défenseurs de LNB et de 1re ligue à l’époque bénie d’Yverdon Sport et du FC Echallens.

Champagne a eu 15 bonnes minutes. Payerne 75 très bonnes.

Le Stade Payerne II s’est donc fait plaisir, en multipliant les belles combinaisons et en inscrivant de forts jolis buts. Loïc Monney réussissait une jolie performance entre la 14e et la 20e minute. Son exploit? Une transversale, un but et un poteau! Pas banal pour un milieu de terrain. Payerne, après avoir commencé très fort, s’endormait un peu, et aurait même pu encaisser un but entre la 30e et le 45e, un vrai temps fort pour Champagne. Mais les Nord-Vaudois allaient s’écrouler dès la reprise. Une talonnade dans les seize mètres défensifs, voilà une erreur à ne pas faire: Daniel Fonseca en profitait pour jongler deux fois à 15 mètres et envoyer une volée dans les buts de Vincent Bornoz, dépité. Il est vrai que Payerne II est suffisamment fort pour se créer des occasions, sans qu’il y ait vraiment besoin de lui les offrir. Le reste du match était très long pour les visiteurs, qui allaient craquer à quatre nouvelles reprises. Pas de miracle et 8-0, score final.

Et le Stade Payerne II va encore se renforcer!

Joao Machado était bien évidemment satisfait de ce premier tour de feu: « Difficile de faire mieux, hein? Sans prétention, on peut préparer les finales, et on se méfie beaucoup. Il faudra être fort. Sur deux matches, tout peut arriver, tout le monde le sait. Mais on va se renforcer encore pour être prêts. Deux joueurs ont déjà signé, et j’en attends encore un ou deux. On sera bien. » De quoi voir venir en effet, pour une équipe qui a un vrai fond de jeu et ne fait pas que s’appuyer sur des individualités. Alors, deux équipes finalistes à Payerne au mois de juin? Pas impossible du tout! Dans ce groupe 5 de 4e ligue, on voit difficilement les Broyards craquer. Ils ont trop de marge, tout simplement.

Les hommes du match

Du côté de Payerne II, le meilleur homme a été sans aucun doute Daniel Fonseca. Avec plus de réussite, il aurait pu inscrire sept ou huit buts, mais il finira avec un quadruplé, ce qui est déjà pas mal. Le 5-0 lui a été attribué, mais il est un peu plus chanceux, ayant été dévié par un défenseur champagnou. Mais pour le reste, quelle démonstration! Le n°25 était partout. Ses accélérations et sa technique ont mis la misère aux défenseurs adverses, livrés à eux-mêmes. Gros match également de Loïc Monney. Positionné au milieu de terrain, il a attaqué et défendu avec la même intensité, et s’est même offert un très joli but. Fort.

Vincent Bornoz mérite une mention à part. Si l’on parle de vrai clubiste, il faut mentionner son nom. Depuis la blessure de Grégory Beney, le gardien de la I, il assure les matches de 3e ligue avec un certain succès. Il est toujours attaquant à la III et, mercredi, il est venu garder les cages de la II. Exemplaire, sur le terrain et dans l’attitude. Mention très bien à Bruno Reymond. Il est toujours aussi fort et, mentalement, c’est un roc. Il a tenu à venir jouer ce match de fin de saison, face au leader du championnat, alors qu’il va se faire opérer dans quelques jours. Le FCCS est un club un peu à part, grâce au dévouement de ses membres, il faut bien le dire. D’autres clubs auraient peut-être retiré leur II et faussé le championnat. Mais Champagne assume ses trois équipes, sans se plaindre, et présente suffisamment de joueurs à chaque fois. Mercredi, à Payerne, ils étaient 16 sur la feuille de match, un mercredi soir de fin novembre, pour aller en prendre 8 chez le leader. Respectable.

Les prochains rendez-vous

Vacances pour tout le monde, rendez-vous en mars.

Stade Payerne II – FC Champagne Sports II 8-0 (3-0)

Buts: 5e et 7e Tiago Freitas 2-0; 16e L. Monney 3-0; 47e, 53e et 74e Daniel Fonseca 6-0; 85e Tiago Freitas 7-0; 87e Daniel Fonseca 8-0.
Arbitre: M. Stoijlkovic.
Payerne: A. Rapin; C. Rapin, B. Ruch, Nelson Fernandes, Berger; Sadowski, Daniel Fonseca, L. Monney, Antonio da Costa; Tiago Ribeiro, Schär.
Est entré en jeu: Antoine Pittet.
Entraîneur: Joao Machado.
Champagne: V. Bornoz; L. Bornoz, Reymond, Chevallier, T. Heredero; Jaccard, Rochat, Cherpillod, Thony Magalhaes; Alex Veiga, Eray.
Sont entrés en jeu: Bloesch, Rossi, Saiti et Basgaran.
Entraîneur: Alejandro Heredero.
Notes: Stade Municipal, terrain synthétique.

Categories: 4e ligue