Hervé Rickli, la gâchette rejoint Pully

Hervé Rickli, la gâchette rejoint Pully

Il a marqué des buts partout où il est passé. Du gauche, du droit, de la tête: Hervé Rickli marque tout le temps. Un peu moins lors de la saison 2014/2015 (7 réussites au total), lors de laquelle il a eu un rôle plus collectif, mais au total, il aura scoré… 210 fois au cours de son exceptionnelle carrière de chasseur de buts. De Nyon à Chiasso, en passant par Echallens et les jeunes du LS, il aura laissé le souvenir d’un attaquant formidable et d’un homme qui ne l’est pas moins (lire notre interview de lui à ‘hiver 2014 ici).

Croisé jeudi au repas de soutien du FC La Sarraz-Eclépens, il nous a confirmé ce que le petit monde du football vaudois savait déjà: il avait décidé de quitter le club après trois saisons lors desquelles il aura dépassé la quarantaine de buts. A voir comme le président Pierre-Alain Porchet lui tapait sur l’épaule, La Sarraz ne lui tiendra pas rancune de son choix, mais gardera un très bon souvenir de son buteur.

Hervé, voilà, c’est fini avec La Sarraz…

Oui, j’ai passé trois saisons magnifiques ici. L’environnement du club, ses dirigeants, ses proches… C’est un club fantastique, que je conseille à tout le monde. Je n’y ai passé que trois ans, mais je me sens chez moi ici. Et j’ai eu la chance de croiser le chemin de Jean-Philippe Karlen, un coach et un homme extraordinaire. Si vous me demandiez un point négatif sur mon passage à La Sarraz, je ne pourrais pas en trouver un seul.

Pourquoi partir alors?

C’était le bon moment. Je ne voulais pas faire l’année de trop, tout simplement. J’ai déjà hésité l’an dernier, pour tout vous dire, mais je venais de finir une saison à 18 buts, terminant meilleur buteur du groupe 2, et « Charly » voulait que je reste. Et je sentais que j’avais encore quelque chose à apporter. Ça a été le cas et je ne regrette évidemment pas d’être resté, mais là, la décision s’est imposée d’elle-même.

Et vous avez choisi Pully, alors?

Oui. J’habite à cinq minutes du terrain et quand Philippe Favre, le directeur sportif, m’a appelé, j’ai senti que c’était la bonne décision à prendre. Je le connais depuis des années et j’ai toujours admiré la manière dont il s’investissait pour son club. C’est un homme droit, qui a un discours qui m’a toujours plu. Il ne m’avait jamais appelé quand ce n’était pas le moment, et là, il l’a fait juste quand il le fallait et m’a proposé ce que je cherchais: un nouveau défi attractif.

Vous vous y voyez combien de temps?

Sincèrement, je ne sais pas. Depuis que j’ai eu la trentaine, je compte d’année en année. On verra bien, mais ce qui me semble sûr, c’est que je vais finir à Pully. Après, que ce soit dans 12, 24, 36 ou 48 mois… Ça dépendra de mes jambes, de mes sensations et de mon envie. Je ne voulais pas faire l’année de trop en 2e ligue inter, je ne la ferai pas non plus dans ma carrière.

Réduire le rythme des entraînements, cela doit aussi vous plaire, non?

Oui, d’autant que les choses sont claires avec tout le groupe. J’ai dit que je venais et je serai à fond deux soirs par semaine et le jour du match. Le lundi, je ne m’entraînerai pas. J’ai insisté pour que ce soit clair d’entrée, pas que le groupe pense ceci ou cela… J’aurai 36 ans à la fin de l’année et je donnerai tout pour Pully.

Vous n’avez jamais joué en 2e ligue. Ça ne vous fait pas peur?

Non, pas du tout. Au contraire, ça va être sympa, je connais beaucoup de monde, que ce soit mes coéquipiers ou mes futurs adversaires. Je me réjouis vraiment de ce nouveau défi, surtout que Pully a des ambitions. L’an dernier, ils ont joué les finales et cette saison c’était un peu moins bien. L’idée, c’est d’aller les disputer à nouveau!

Et remonter en 2e ligue inter! Vous aurez 37 ans, l’âge idéal…

On va déjà disputer les finales, si vous voulez bien (rires). Hey, ça va être dur! Si l’ACVF ne change pas les groupes, il y aura Prilly qui s’est énormément renforcé, Gland, LUC-Dorigny, Genolier-Begnins…

Vous aurez quand même un peu la pression… Cela fait longtemps que Pully attend un vrai buteur!

Oui, je sais. Certaines personnes m’ont dit qu’avec un très bon attaquant de pointe, ils auraient fait les finales cette saison, mais bon… Je sais qu’il y a le jeune Hugo D’Aquino, qui a mis une petite dizaine de buts cette saison, et qu’il a un potentiel qui ne demande qu’à exploser. Je me réjouis de l’accompagner du mieux que je peux dans sa progression.

Vous venez quand même à Pully pour finir meilleur buteur de 2e ligue, avouez-le!

Absolument pas!

La vérité, s’il-vous-plaît…

Mais je vous assure! Au début de chaque saison, je me dis que je dois marquer 15 buts. Voilà, c’est mon objectif. Le titre de meilleur buteur, la saison prochaine, il sera pour Albino Bencivenga, Julien Jemmely, Karim Diarra ou Edin Becirovic, ou alors pour un jeune. Non, non, rayez-moi de cette liste.

On n’y croit pas une seule seconde, désolé.

La vérité, c’est que j’aurais réussi une belle saison si je marque ma quinzaine de buts, qu’Hugo D’Aquino en met autant et qu’Anthony Schwyn et Yannick Favre en auront marqué aussi pas mal et qu’on sera en finales. Ça, oui, c’est un objectif que je peux avouer.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*