Grandson peut commencer à y croire

Grandson peut commencer à y croire

« Tout l’hiver, on va pouvoir regarder le classement et se dire que c’est magnifique! » Nicolas Jaccard avait plutôt l’habitude de regarder vers le milieu de son écran pour apercevoir la position du FC Grandson-Tuileries en 2e ligue ces dernières années. « Voire même vers le bas… », sourit le gardien grandsonnois. Désormais, pendant les trois prochains mois, il n’aura pas à se poser de question: son équipe est tout en haut, à la première place. Personne ne pourra l’en déloger jusqu’au mois de mars. En battant Bavois II (1-0) samedi soir grâce à un but un peu chanceux de Vincent Pointet, les Grandsonnois ont en effet acquis le titre de champion d’automne, eux dont le premier tour est quasiment parfait: 9 victoires, deux nuls et une défaite, la semaine dernière à Benfica.

Johann Späni: « On aurait mérité le match nul »

Les Grandsonnois ont donc parfaitement réagi après leur revers lausannois et ont livré une prestation solide face à un FC Bavois II décimé par les absences. Johann Späni, l’entraîneur des visiteurs, a même dû se mettre sur la feuille de match, mais, malgré cela, les Bavoisans ont bien résisté sur le terrain du Pécos. « On aurait mérité le match nul », estimait Johann Späni, guère contredit par les Grandsonnois. Ce match-là aurait en effet très bien pu se terminer sur un 0-0 si Vincent Pointet n’avait pas surgi de son aile droite à l’heure de jeu pour tromper Julien Caillet avec l’aide d’un défenseur bavoisan qui tentait en vain de sauver sur la ligne. Un but un peu chanceux, donc, mais qui vaut trois points et qui montre la force de caractère des hommes de Carlos Rangel.

Pour Vincent Pointet, « le travail paie »

On ne le soulignera jamais assez: la saison dernière, cette équipe s’était sauvée avec 26 points. Elle en compte aujourd’hui 29 à la trêve, avec un match en moins, puisque le groupe ne compte que 13 équipes. Et son effectif est le même, avec simplement deux ou trois arrivées émanant de clubs de ligues inférieures! Alors, d’où vient la différence? Vincent Pointet a la réponse: « Le travail paie, tout simplement. On a une toute autre approche des matches, on s’est mieux préparés cet été et on s’entraîne plus, tout simplement. On a une dynamique positive et on se motive parmi nous. » Julien Fantoli, le génial milieu de terrain, complète: « On a aussi moins de blessés que la saison dernière, ça compte. Tout a bien été depuis le début et on continue sur notre lancée, tout simplement. »

AutographesUn FCGT plus agressif et mieux préparé physiquement

Grandson, on l’a déjà dit ici, a augmenté les séances d’entraînement et ses joueurs sont réceptifs. « Du coup, cela nous permet de finir les matches moins fatigués et de mieux récupérer. Et on est aussi plus agressifs », continue Vincent Pointet. Une des raisons du bon parcours grandsonnois tient aussi à la présence de Goran Grubesic à côté de Carlos Rangel. Le « team-manager » du FCGT ne joue pas, mais apporte ses compétences et ses connaissances du football. Le Colombien Rangel et le Croate Grubesic parlent la même langue, celle du football, et se complètent parfaitement. Et ce sont les joueurs qui en profitent, tout simplement.

Autre signe de bonne humeur, la présence de juniors du club, tout enthousiastes ce samedi soir, qui ont couru après le match sur le terrain pour demander… des autographes à tous les joueurs de la première équipe, pour la plus grande surprise de ceux-ci. Un moment sympa que les Grandsonnois ont (évidemment) pris avec le sourire.

Un parcours « à la Echichens »?

Cette équipe, de plus, n’est pas dépendante d’un seul joueur, comme on a pu le craindre. Renato Provenzano cassait tout en début de saison? Il est moins décisif depuis quelques semaines, mais le FCGT n’a pas arrêté de gagner pour autant. La force de ce groupe est collective et cela se voit à des kilomètres. Alors, pourquoi ne pas imaginer un destin « à la Echichens »? Personne n’avait misé un franc sur le FCE en début de saison dernière et, aujourd’hui, ils jouent en 2e ligue inter. Peut-on y croire pour les Grandsonnois? Vincent Pointet ne voit pas pourquoi ce serait impossible: « Franchement, sur ce premier tour, on a prouvé que l’on ne devait avoir peur de personne. Bien sûr qu’on peut tenir. » Quelles équipes l’ont particulièrement impressionné, mis à part la sienne bien sûr? « Prilly a bien joué au football contre nous », répond-il.

Huit matches à l’extérieur sur douze au printemps prochain

Alors oui, Grandson a eu un avantage incompréhensible durant ce premier tour, celui de jouer… huit fois à la maison et quatre fois seulement à l’extérieur. Personne au club ne sait pourquoi, mais il faudra donc faire l’inverse au second tour et là, cela pourrait changer des choses, surtout que le FCGT compte une victoire, deux nuls et une défaite à l’extérieur cet automne. « Oui, d’accord, mais on a gagné le match le plus difficile, à Pully », coupe Goran Grubesic. Pas faux. De toute façon, à la maison ou à l’extérieur, les points sont durs à prendre.

Deux semaines de pause avant la Coupe vaudoise

Grandson dispose désormais de deux semaines de pause avant de recevoir Pied du Jura en 8e de la Coupe vaudoise, le dimanche 15 novembre. « Mais on ne coupe pas, on va s’entraîner à fond jusqu’à cette date-là. C’est important pour nous », explique Vincent Pointet. Après, il sera temps de penser à profiter un peu de la trêve et de se reposer un peu pour affronter le deuxième tour bien reposé. D’ici-là, Nicolas Jaccard peut afficher le classement au dessus de son lit et se réveiller tous les matins avec la même certitude et le même sourire: jusqu’au 20 mars 2016, en tout cas, le FC Grandson-Tuileries est premier de 2e ligue.

Les prochains rendez-vous

Grandson a fini son premier tour ce soir, mais a encore un match de Coupe à négocier. Dimanche 15 novembre, à 14h, le FCGT recevra Pied du Jura. De son côté, Bavois II reçoit Assens le vendredi 6 novembre à 20h.

FC Grandson-Tuileries – FC Bavois II 1-0 (0-0)

But: 59e V. Pointet 1-0.

Grandson: Jaccard; Sengül, Cometta, Huguenin, Scalia; Freymond, Andelic, V. Pointet (90e Murillo), Provenzano, Joao Monteiro (79e Ondigui); Gudit (60e Mayingi).

Entraîneur: Carlos Rangel

Bavois: Caillet; Nganbe, A. Späni (64e Kiese), Saugy, Hill; Parlante, Turrian, Ferrini, Hugo Pereira; Dorin Basha (75e Abdulkadir), Dounyaji.

Entraîneur: Johann Späni.

Terrain du Pécos.

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*