Giovanni Vavassori a démissionné du FC Chêne Aubonne

Giovanni Vavassori a démissionné du FC Chêne Aubonne

Le FC Chêne Aubonne vient de perdre deux fois dans les arrêts de jeu, à Mézières et à domicile face à Bex, dans le groupe 1 de 2e ligue. Cela s’appelait déjà passer une sale semaine, mais le pire est arrivé ce jeudi, avec la démission de Giovanni Vavassori, son très expérimenté entraîneur. Soyons clairs: il n’y absolument aucune relation de cause à effet entre les derniers résultats du club aubonnois et le départ de son entraîneur. L’ancien entraîneur-adjoint du LS et entraîneur principal de Fribourg et de Bavois, entre de très nombreux autres, a simplement décidé de dire stop, fidèle à ses convictions et à ses valeurs. Il part sur un excellent bilan, lui qui a été à la tête de la promotion en 2e ligue en juin 2014, suivie d’un maintien acquis alors que le club comptait deux points à la trêve hivernale! Un véritable miracle, à mettre à son crédit autant qu’à celui des renforts hivernaux de son équipe.

Roland Schär: « Le comité et moi regrettons cette décision »

Jeudi soir, le technicien a annoncé à Roland Schär, trésorier et homme fort du FC Chêne Aubonne, qu’il ne continuerait pas et cela, connaissant l’homme, n’était en aucun cas un moyen de pression. « Vava » ne fonctionne pas au bluff, il est franc, droit et honnête. Alors, quand il a appris la nouvelle, Roland Schär a compris que c’était fini. « Le comité du club et moi regrettons cette décision. Nous perdons un excellent entraîneur et son départ est un vrai coup dur pour nous, mais que peut-on y faire? Sa décision est malheureusement pris », a commenté Roland Schär, joint vendredi matin. La démission de Giovanni Vavassori, c’est vrai, est une surprise, mais elle ne sort évidemment pas de nulle part.

« Vava » ne va pas polémiquer, surtout pas

Arrivé courant 2013 au club, un peu par hasard (il a été muté professionnellement à Aubonne), celui qui était plutôt habitué aux hautes sphères du football romand a donc découvert le football amateur. Il s’en amusait, lui qui aime dire qu’il n’est pas un « entraîneur d’élite, mais un entraîneur de football. » « Vava » apprécie cette fraîcheur, mais, évidemment, conserve toujours dans un coin de la tête l’envie de retourner quelque part entre la Super League et la 1re ligue. Est-ce la raison pour laquelle il a démissionné après 9 matches de championnat? « Non, absolument pas. Ce qui est sûr, c’est que je ne vais pas polémiquer. Je vais garder les très bons souvenirs de mon passage à Aubonne, où j’ai le sentiment d’avoir fait progresser les joueurs. Je ne suis pas un lâcheur! L’année dernière, à Noël, nous avions deux points et nous nous sommes battus. J’étais serein, sûr que nous allions nous en sortir, ce que nous avons fait brillamment. Là, nous avons 10 points, cinq fois plus, mais je ne ressens pas la même envie chez les jeunes de s’arracher et de tout donner pour le foot. Voilà tout ce que je peux vous dire. »

Un « malade de foot »

Le fond du problème est là, même si Giovanni Vavassori a beaucoup trop d’élégance pour le dire à un journaliste: il est un malade de foot, un homme qui a besoin de venir au terrain le soir, de marcher sur l’herbe et de frapper dans un ballon. Il a réussi à transmettre cette passion et cette exigence à son groupe, mais, sur le long terme, voir passer le football en priorité cinq dans l’échelle de valeur de certains de ses joueurs l’a usé. C’est humain et c’est compréhensible. Aubonne, club de village, et Giovanni Vavassori, entraîneur habitué à l’élite (même s’il s’en défend), cela a été une belle histoire pendant deux ans, mais elle est aujourd’hui terminée.

Un lion en cage dans les prochaines semaines

« Oui, c’est un peu du gâchis, parce que je me plaisais bien ici », concède « Vava », qui va donc désormais passer ses soirées et ses week-ends à la maison. « J’ai déjà prévenu ma compagne qu’elle allait avoir un lion en cage. Il va falloir qu’elle s’habitue », continue-t-il, mi-amusé, mi-sérieux, lui qui est désormais disponible pour toute proposition. Il n’est, comme certains autres (pas tous), de l’espèce de ceux qui n’appellent pas les présidents. « Ils ont mon numéro, ils connaissent mon CV et maintenant, ils savent que je suis libre. Moi, je réponds au téléphone, je ne compose pas de numéro ».

Dominique Walser assurera l’intérim face à LUC-Dorigny

Dimanche face à LUC-Dorigny, ce sera son adjoint Dominique Walser qui sera sur le banc, lui qui devrait rester au club (il entraîne également les A). « On a paré au plus pressé et Dominique fera l’intérim. De notre côté, nous commençons à engager les démarches pour trouver un nouvel entraîneur », conclut Roland Schär. Un nom se dégage en particulier, celui d’un entraîneur reconnu de 2e ligue, actuellement disponible. Décision en vue dans les heures ou dans les jours à venir.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*