Gingins ne veut se mettre aucune pression

Gingins ne veut se mettre aucune pression

Le FC Gingins a entamé son second tour comme il avait terminé son premier, à savoir par des victoires. Actuellement dauphin de Stade-Lausanne-Ouchy II dans le très bon groupe 1 de 3e ligue, l’équipe dirigée par David Lugeon lorgne sans se prendre la tête vers une fin de saison qui pourrait apporter de belles satisfactions au club des hauts de Nyon. Comme l’équipe surfe sur la vague du succès, on a justement contacté l’artisan de cette belle réussite pour lui poser quelques questions, à l’aube de prochains matches qui s’annoncent décisifs dans la lutte pour les places de finalistes. Prochaine partie, ce dimanche 12 avril à 15h sur le terrain du FC La Sallaz (10e).

Coach, les victoires s’enchaînent! Vous êtes en route pour la 2e ligue, non?

Je ne vais pas vous dire oui aujourd’hui et on perd le prochain match! On souhaite jouer le coup à fond sans se fixer de manière obligatoire les finales. La 2e ligue n’est pas une priorité absolue. On prend ce qui vient, on fait notre petit bonhomme de chemin. Les finales? On y pense, mais on ne s’en fait pas du tout une obsession. Même si on ne fait pas les finales, même si on ne monte pas, la saison, vu comme elle est partie, sera de toute manière réussie. De plus, je tiens à préciser que même si nous avons gagné nos deux premiers matches de ce second tour, les victoires obtenues ne furent de loin pas acquises par des prestations de haut vol. Nous sommes encore en phaase d’ajustement et nous devons encore trouver le rythme et le volume de jeu qui étaient le nôtre à la fin du premier tour.

Donc aucune pression sur vos épaules ou celle de vos joueurs?

Absolument pas! Le comité ne fait aucune fixation sur la 2e ligue. Ses prérogatives sont claires. Il axe le bien-‘être au sein du club comme pierre angulaire et ligne de conduite à suivre pour tous les éléments de l’équipe. Le leitmotiv est le plaisir. Le but est que tout le monde puisse travailler dans la sérénité sans avoir de pressions malvenues qui pèsent comme une épée de Damoclès sur tel ou tel intervenant du club. Aussi, le fair-play est placé tout en haut de l’échelle des priorités du comité et ceci nous réussit très bien pour l’heure. Si on est en position de finaliste c’est aussi grâce à nos points dans ce domaine.

Votre ton est extrêmement apaisé et cela se ressent. Quel est votre secret ?

Je dois dire qu’il y a les bonnes personnes au bon endroit au sein du club, c’est ce qui en fait une de ses forces principales. Cela fait maintenant bien des années que je suis dans le milieu du football vaudois et honnêtement je ne me suis jamais trouvé aussi bien qu’ici à Gingins. Tout simplement.

C’est vraiment le paradis que d’entraîner cette équipe de Gingins, on se trompe ?

Je dirai que travailler avec ce groupe c’est de la crème, oui (rires)! C’est presque parfait tant tout le monde tire à la même corde. On est une équipe avec une forte mentalité villageoise, tout le monde se bat pour tout le monde et cela en fait aussi une de nos forces. Je tiens vraiment à dire que le Fc Gingins est une grande famille et que la solidarité qui y règne est exemplaire.

Des changements au sein de l’équipe sont-ils intervenus durant la trêve hivernale ?

Deux joueurs nous ont rejoints. Tout d’abord, Damien Rai qui provient de La Sallaz. Il est actuellement blessé, mais figure dans le contingent de notre première équipe. Denis Courtin en provenance de Terre-Sainte II a également signé avec nous. Deux joueurs nous ont quitté, un autre a mis un terme à sa carrière, l’équipe est donc restée relativement stable. On peut dire que l’on ne s’est en tous les cas pas affaibli pour ce second tour. Il faut dire, de plus, qu’on est une équipe essentiellement jeune entourée de 2-3 vieux briscards, comme on aime les appeler. Pour l’heure la mayonnaise prend totalement. Les résultats suivent, ce qui permet une motivation supplémentaire aux entraînements et un engouement certain dans et autour de l’équipe.

Vous êtes actuellement en position de finaliste dans ce groupe. Quels enseignements tirez-vous de ce groupe 1 particulièrement homogène?

Le groupe est particulièrement relevé cette année. Je n’ai jamais vu un groupe aussi fort et serré. Les prétendants sont nombreux et chacun à ses qualités qui peuvent lui permettre d’atteindre les finales. Par exemple, on a Stade-Lausanne et Crissier qui font de l’excellent travail avec les jeunes et ils jouent très bien au ballon. C’est un travail sur le long terme, cela se sent. Je suis impressionné par leur manière d’avancer et de produire du football. Sinon Italia Nyon est également à surveiller, c’est un club qui flirte souvent entre le 2e et la 3e ligue, l’équipe possède de fortes individualités et un jeu technique intéressant. Et encore Saint-Prex, qui est une équipe qui s’appuie surtout sur de très fortes individualités capable d’être extrêmement tranchantes et dangereuses devant. C’est une équipe qui peut battre n’importe qui, mais qui reste encore un peu irrégulière. Je prendrai en compte encore Azzurri II qui, même s’il s’est fait corriger à Crissier lors du dernier match, a un jeu musclé qui ressemble fortement à ce que peuvent produire certaines équipes de niveau supérieur. C’est donc un franc succès et c’est particulièrement gratifiant d’être classé là où on est actuellement, quand on sait la qualité des équipes de ce groupe.

Propos recueillis par Julien Marchionno

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*