Genolier-Begnins s’est fait peur face à Saint-Légier, mais verra Cossonay

Genolier-Begnins s’est fait peur face à Saint-Légier, mais verra Cossonay

On va commencer par dire que Saint-Légier a été très bon ce mercredi soir au Terrain des Gravières. Les hommes de Philippe Chaperon ont fait mieux que de se défendre face au FC Genolier-Begnins, leader du groupe 1 de 2e ligue, et sont passés tout près d’un très joli exploit. Le score? 3-2 pour GB, qui n’a rien volé, mais qui a eu affaire à une très forte opposition. Ce n’est pas une surprise: Saint-Légier réalise un très joli championnat en 3e ligue et a toutes les chances d’accéder à la 2e ligue dans quelques semaines. Cette demi-finale de Coupe vaudoise a montré que les Verts n’avaient rien à craindre de ce niveau, eux qui le savaient de toute façon déjà: ils ont éliminé trois équipes de 2e ligue (Bosna, Champvent, Bavois II) pour accéder à cette demi-finale.

Une occasion pour Saint-Légier, un but pour GB

Cette rencontre a été très riche en occasions, surtout en première période. Julien Jemmely a eu la première, à la 3e minute, mais a buté sur Quentin Porchet, le gardien de Saint-Légier. Ensuite? Une action pour Fabian Raimondo, de l’autre côté, puis une immense pour Cristiano Dos Santos, qui aurait dû la mettre au fond, celle-ci. L’ailier des Verts a manqué de réussite et, sur le contre, Alban Selimi a pu inscrire le 1-0 pour Genolier-Begnins. Cruel pour Saint-Légier, d’autant que les visiteurs ont eu deux fois la balle de l’égalisation ensuite, Joakim Elmer réalisant deux miracles (face à Delio De Stefanis et Valon Ramosaj) pour garder le score à 1-0. Et, peu après, une inspiration génial de Stéphane Girardet permettait à GB de faire le break.

Le bluff de Stéphane Girardet, très finaud

Le 2-0 dans le détail? Un coup-franc à 22 mètres. Tout le monde s’attend à une grosse frappe du gaucher des Canaris, lui qui avait marqué dans cette position face à Gland, par exemple. Les coup-francs du numéro de Genolier-Begnins sont connus loin à la ronde (jusqu’à Saint-Légier). Alors, quand il a pris son élan, tout le monde s’attendait à un mandrin dans la toile, mais Stéphane Girardet a feinté le tir et glissé la balle à Cyril Favre, caché derrière le mur. Celui-ci a profité de l’occasion pour tromper Quentin Porchet pendant que les joueurs placés dans le mur de Saint-Légier se protégeaient le visage et les organes (vitaux ou non) en se demandant quand allait arriver le ballon. Cela s’appelle jouer finaud.

Fabian Raimondo inscrit un but 100% mérité

Alors, 2-0 à la pause? Non! Fabian Raimondo gardait Saint-Légier dans le match en ramenant le score à 2-1 de fort jolie manière juste avant la mi-temps. Un but amplement mérité pour les visiteurs, qui ont montré durant cette première période qu’il y avait des équipes très compétitives en 3e ligue cette saison encore, en particulier dans le groupe 2.

Raffaele Giannattasion clôt l’affaire de manière involontaire

Genolier-Begnins a fini par faire la différence dès le retour des vestiaires, grâce à un lob de Raffaele Giannattasio, de plus de 30 mètres sur le côté droit. Soyons clairs: le milieu de terrain de GB voulait centrer au deuxième poteau, mais son envoi s’est métamorphosé en superbe lob, dans la lucarne du pauvre Quentin Porchet. La réduction du score d’Alexandre Pombo à dix minutes de la fin n’a rien changé à l’affaire: Genolier-Begnins s’envolait pour la première finale de Coupe de son histoire, malgré la très belle résistance d’un FC Saint-Légier plus qu’à la hauteur.

Philippe Chaperon: « Jeu égal dans la circulation de balle face à la meilleure équipe de 2e ligue »

Philippe Chaperon avait donc quelques regrets après cette élimination, lui qui aurait bien vu son équipe aller au bout dans cette compétition. « Je suis fier de mes joueurs, de leur parcours. Eliminer trois équipes de 2e ligue, ce n’est pas rien. Aujourd’hui, on tombe en faisant un gros match et en faisant jeu égal dans la circulation de balle face à la meilleure équipe de 2e ligue, ce qui n’est pas rien. Je n’ai jamais eu le sentiment que nous étions dominés, au contraire. On a l’occasion pour ouvrir la marque et ils mettent le 1-0 derrière. On peut égaliser et une minute après, ils marquent le 2-0! Ils ont un jeu très direct et très efficace, avec un attaquant de très grande classe, Julien Jemmely. Il est grand, il garde les ballons, mais surtout, il est très fort dans le jeu! Ils jouent sur cette force-là et avec un attaquant comme lui, je ferais exactement pareil », a souligné l’entraîneur de Saint-Légier, qui a également glissé un mot sur l’arbitrage de M. Carrard, qu’il a jugé un peu trop permissif avec Genolier-Begnins. « Il n’a pas faussé le match, je tiens à le dire. Mais je trouve qu’il a un peu trop sifflé contre nous dans les duels. Je le dis très calmement, mais dès qu’on les touchait, c’était faute. Et nous, jamais… C’est tout ce que j’ai à dire sur le sujet. »

Julien Jemmely a marqué 2 des 16 derniers buts de GB

Tiens, un mot sur Julien Jemmely, qui a tant impressionné Philippe Chaperon? Le buteur de Genolier-Begnins n’a pas marqué, mais sans lui, il n’y aurait pas eu de premier but. Il s’est en effet embarqué le ballon tout seul sur sa contre-attaque, a mobilisé trois défenseurs de Saint-Légier sur son dos, ce qui a libéré Alban Selimi, complètement esseulé à quinze mètres des buts de Quentin Porchet. Evidemment, il a été très utile, mais une statistique interpelle quand même: « JJ » n’a marqué que… 2 des 16 derniers buts de son équipe! Il souffre d’un petit manque de réussite ces temps, qui montre surtout que GB peut vivre sans ses réussites. Cela ne change rien à son importance dans le jeu de Genolier-Begnins, on n’est pas encore devenu fous, merci, mais les Canaris ne sont pas, ou plus, dépendants de l’efficacité de leur buteur. Face à Crans, il y a deux semaines, il n’était pas là et le FCGB s’est imposé 5-1 avec cinq buteurs différents. Mercredi, il n’a pas marqué et les Canaris se sont envolés pour la finale. Cela, forcément, c’est de bon augure pour la suite et cela montre que le travail de Marc Studer commence à payer de plus en plus et de mieux en mieux.

Place à la finale le 15 mai à Cossonay

Julien Jemmely, bien sûr, sera l’arme fatale de GB en finale face au LUC-Dorigny le dimanche 15 mai prochain à Cossonay et Vagner Gomes est d’ores et déjà de préparer un plan pour le contrer, sans aucun doute. Il y a une question centrale, quand même: quand GB affrontera-t-il Chêne Aubonne, puisque la rencontre était prévue au samedi 14 mai? Le vendredi 13, soit en même temps que LUC-Dorigny-Bex (qui pourrait êtr refixé)? Peu probable. La solution la plus envisageable serait le mercredi d’après la finale, ou celui d’encore après. En tout cas, cela s’annonce moins problématique pour GB que pour le LUC… Quoi qu’il en soit, jours de repos en plus ou non, cette finale s’annonce somptueuse et on se réjouit d’y être. Avec le maximum de monde possible autour de nous.

FC Genolier-Begnins – FC Saint-Légier 3-2 (2-1)

Buts: 18e Selimi 1-0; 36e Favre 2-0; 42e Raimondo 2-1; 52e Giannattasio 3-1; 80e Pombo 3-2.

Arbitres: M. Yannick Carrard, assisté de M. Xavier Morandi et de M. Dejan Simeunovic.

GB: Elmer; Bolay, Leonel Ribeiro (14e Bianchi), Martin, Girardet; Favre, Kissema, Giannattasio; Selimi, J. Jemmely, Gervaix (90e Perez)

Entraîneur: Marc Studer.

Saint-Légier: Porchet; Beausire (83e Lugrin), Sinapayen, Dany Clemente, Thibaut; Micello, De Stefanis (74e Bron), Pombo; Ramosaj, Raimondo, Cristiano Lopes (66e Carlos Alberto Lopes)

Entraîneur:  Philippe Chaperon.

Les Gravières.