Genolier-Begnins continue sa marche triomphale

Genolier-Begnins continue sa marche triomphale

Mardi soir, en supériorité numérique depuis la 45e, Genolier-Begnins a su faire preuve de patience et d’un certain panache pour passer l’épaule et éliminer un tenace, mais inférieur Renens (3-0).

Cette confrontation entre les deux cadors de 2e ligue pour accéder aux 8e de finale a tenu toutes ses promesses. Avec, au final, un verdict logique et indiscutable. Lors de l’échauffement, Edin Becirovic, qui connaissait parfaitement les forces et faiblesses des « canaris », a envoyé à sa troupe un message clair et précis. Il a surtout insisté sur l’impact physique, l’obligation de gagner les duels et limiter le rayon d’action du très redouté Julien Jemmely. Très agressifs et sans concession, les visiteurs ont dominé le début des hostilités, sans se montrer particulièrement dangereux.

GB, d’abord en mode contrôle, a progressivement, mais sûrement, pris le dessus pour se procurer deux énormes possibilités. Avec beaucoup de chance, Kilinc, clairement battu, était sauvé par la transversale, sur les essais de Mancuso et Da Silva (14e et 23e). Les solides Renannais, jamais géniaux et au potentiel offensif limité, se créaient, contre le cours du jeu, leur seule réelle occasion. L’athlétique Joao, idéalement servi et complètement oublié, ratait son affaire avec l’aide involontaire d’un coéquipier (43e). Dans l’enchaînement, un fait de jeu lourd de conséquences changeait totalement la donne. Mayila, déjà averti, voyait rouge pour un tacle exagérément appuyé (45e).

La patience a payé

Au retour des vestiaires, les visiteurs, en infériorité numérique, ont uniquement pensé à défendre pour croire encore à une très hypothétique qualification. Les « jaune et vert », sûrs de leur affaire et en pleine confiance, ont survolé de suite les débats avec autorité. « Le serial buteur Wapiti » ratait de la tête et de manière inhabituelle une occasion en or (57e). Dans une fin de match à sens unique, GB était enfin et logiquement récompensé. Mancuso s’échappait, mais Kilinc, avec brio, sauvait les siens. Sur le corner, dans la confusion et une véritable partie de billard, Mancuso trouvait l’ouverture (71e).

Deux têtes de « Wapiti »

Renens, dans l’obligation de prendre quelques risques offensifs, n’avait pas les arguments et les moyens pour recoller au score. A la 84e, l’affaire était définitivement classée par l’incontournable « Wapiti ». Ce dernier, de la tête, était au bon endroit sur la tentative de Mancuso, renvoyée par la transversale. Pour l’anecdote, le prolifique et bon pronostiqueur Julien Jemmely, sur corner et toujours de la tête, se payait un nouveau doublé (89e). Le match finissait malheureusement dans la confusion et l’énervement d’un Renens frustré. Montano, entré à la 81e, était renvoyé sous la douche, pour deux fautes aussi grossières qu’inutiles (93e)

Double objectif

Genolier-Begnins, même avec une équipe légèrement remaniée et sans Greg Jemmely, a prouvé posséder les atouts pour réussir la saison parfaite. Déjà dominateurs incontestés en championnat, les « canaris » sont désormais bien partis pour aller au bout de l’aventure en coupe vaudoise. Objectif clair et avoué.

Objectif championnat

Edin Becirovic, déçu, se montrait beau joueur à l’heure de l’analyse : « Cette élimination n’est pas dramatique et ne remet rien en question. Même si l’arbitrage ne nous a pas favorisés, on a perdu tout simplement contre un excellent et supérieur adversaire. Le championnat a toujours été notre principal objectif. On va tirer les enseignements utiles et nécessaires et se remettre sérieusement au boulot. On se doit de faire le plein lors des trois derniers rendez-vous d’avant la trêve »


Genolier-Begnins Renens 3-0 (0-0)

Buteurs: 71e Mancuso 1-0 84e J.Jemmely 2-0 89e J.Jemmely 3-0

Archive: Interview de Julien Jemmely

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*