«Garder de la cohérence dans tout ce qu’on fait»

«Garder de la cohérence dans tout ce qu’on fait»

Le FC Echichens sort des six premiers mois de son histoire en 2e ligue inter. Néo-promus à la surprise générale cet été, Joël Reinhard et ses coéquipiers ont remporté trois matches (sur treize) et sont juste au dessus de la barre à la trêve, deux points devant Marly. Qu’en pense leur entraîneur, Alain Gendron, le technicien le plus gentleman du football vaudois? Bilan à mi-parcours avec le Parisien.

Monsieur Gendron, quel bilan comptable tirez-vous de ce premier tour?

Comptable? Il est loin de mes espérances. J’estime qu’il nous manque six points. Au vu des différents matches vécus, je pense qu’on serait plus à notre place aux alentours de 20 points. Là, je serais satisfait et je pourrais vous dire que notre classement est en adéquation avec ce que l’on montre.

Ce premier match face à Grünstern, c’est un symbole parfait, non? Vous dominez et vous perdez 0-1 à la maison…

C’est vrai, je suis tout à fait d’accord avec vous. Oui, c’est un symbole de ce qui allait nous attendre dans cette 2e ligue inter. Au moins, on a été mis au courant tout de suite… Mais bon, après on va à Bulle, et on se fait égaliser dans les dernières minutes. On a aussi perdu des points contre La Tour/Le Pâquier. Bref, je vous le répète, dans mon esprit on vaut mieux que cette 11e place.

Votre équipe est jeune, on le sait. Finalement, ces points perdus ne reflètent-ils pas un manque de maturité. Mis à part à la maison contre La Sarraz (1-4), vous n’avez été balayé par personne, mais vous n’avez gagné, pardonnez-nous, que trois matches. Ne manque-t-il pas un peu d’expérience?

Complètement. Je partage cette analyse, oui. On a vécu des moments forts avec les finales de promotion, qui nous ont tous fait grandir, mais bien sûr qu’il y a des erreurs qu’on paie cash un cran plus haut. On a une grande marge de progression et oui, on doit absolument gagner en maturité pour bien figurer dans ce que j’appelle le « deuxième championnat ».

Ce qui veut dire?

Qu’il y a trois équipes au dessus du lot. Portalban, La Sarraz-Eclépens et Bulle. Ces trois-là, ils sont à part. Nous, le but, c’est de bien situer dans le championnat de milieu de tableau, avec les autres.

Vous passerez Noël au dessus de la barre. C’est important psychologiquement?

Non, pas du tout.

Ah? C’est plus joli à regarder pourtant, non?

Pour moi, ça ne change absolument rien. On parle d’un ou de deux points. Cela ne doit rien changer à notre réflexion cet hiver. Franchement, si on se tape sur l’épaule pendant des mois en se disant qu’on est sauvés et qu’ensuite on perd le premier match du printemps, on ne sera pas dans le juste. On doit plutôt chercher à améliorer nos points faibles.

C’est-à-dire?

Travailler sur le plan psychologique, principalement. Notre approche, elle doit se faire là. Techniquement et tactiquement, on va continuer à travailler, mais notre progression, elle va surtout se faire dans les têtes. On doit absolument résoudre ces problèmes de concentration qui nous coûtent des points.

Soyez plus précis…

Un joueur, dans un match, il a forcément des moments faibles. Tous les joueurs, même les meilleurs du monde, y ont droit. L’important, c’est que ces moments n’arrivent pas simultanément à tous les joueurs et, surtout, qu’on arrive à les surmonter sans prendre de buts. J’attends plus de force mentale. Plus de maturité, on y revient. Cela nous évitera de dominer tout un match et de perdre sur un contre, pour en revenir à ce dont on parlait concernant Grünstern.

Quelle sera votre réflexion cet hiver pour le mercato, justement? Amener de la maturité dans le groupe?

Peut-être… ou peut-être pas. La progression, elle peut venir de chez nous, de l’intérieur.

La maturité, ça ne s’achète pas en deux mois, si? Un joueur de 20 ans ne peut pas se muer en joueur expérimenté le temps d’un hiver…

Ce que je dis, c’est que si on amène un joueur, c’est qu’il aura, d’abord, des qualités footballistiques et humaines. Le choix de l’homme est important, il devra s’insérer dans notre état d’esprit. On en a peu parlé depuis le début de notre discussion, mais le premier critère à Echichens, celui qui nous a permis de monter en 2e ligue inter, c’est l’état d’esprit. On ne doit pas le gâcher, il existe encore et il est précieux. J’ai assez d’expérience pour savoir qu’un ou deux renforts mal choisis peuvent venir le détruire. On sera très attentifs à cela, je vous le promets.

Armel Kazangba et Ali Ramdan ont été parfaits de ce point de vue-là.

Oui, par exemple. Ils ont amené un plus comme joueurs et comme hommes.

Ils ont été très performants en cette fin de premier tour, non?

Mais même quand vous ne voyiez pas leur nom sur la feuille de statistiques ils l’étaient. Quand ils marquent moins, tout de suite j’entends qu’ils sont moins performants. Non! Il y a d’autres points positifs, à souligner, que marquer un but ou faire une passe décisive. Par contre, je vous rejoins, sur ce plan-là, ils l’ont été en fin de saison et un peu moins en milieu de championnat.

Quand vous parliez de joueurs qui allaient prendre de la maturité, vous pensiez à Fabrice De Benedectis ou Luc Rapin? Deux jeunes à fort potentiel qui ne demandent qu’à exploser?

Vous savez comme j’aime mettre des individualités en avant… Mais oui, ce type de joueurs arrivent à maturité. C’est pour cela que je n’étais pas trop d’accord avec vous il y a quelques minutes quand vous disiez qu’il fallait absolument amener de l’expérience. Oui, il en faut, mais les deux joueurs dont vous parlez peuvent en amener! Ils ont énormément appris lors de ce premier tour, ce sont deux personnes extrêmement intelligentes. Ils regardent autour d’eux, ils font les erreurs une fois, et ils les corrigent d’eux-mêmes. Eux, ils mûrissent dans le jeu à une vitesse impressionnante et je pense qu’en un tour, ils ont déjà compris beaucoup de choses. Pour d’autres, un peu plus jeunes, comme les Davy et Samuel Cardoso, cela prendra peut-être un petit peu plus longtemps. Ils font déjà des choses intéressantes, et ils vont arriver à enchaîner dans les mois ou dans les années à venir. Ils n’ont pas 20 ans, il ne faut pas l’oublier.

Bref, si on vous entend bien, vous n’allez pas paniquer cet hiver! 

Mais non! On va continuer le travail, et surtout on va essayer de garder de la cohérence dans tout ce qu’on fait. Attention, si on a des opportunités, on les saisira! Je ne vous dis pas qu’il n’y aura aucune arrivée. Je vous dis simplement qu’on ne fera pas n’importe quoi. On est Echichens, on sait les moyens qu’on a et on sait surtout qu’on veut conserver notre état d’esprit. L’important, c’est qu’on progresse tous et qu’on installe Echichens en 2e ligue inter, sur le terrain et en dehors. Tout le monde doit travailler pour stabiliser le club à ce niveau, que ce soit sur le plan footballistique ou logistique.

Vous serez encore l’entraîneur d’Echichens au deuxième tour?

Oui. J’ai dit que je conduirais cette équipe au maintien.

Vous avez les mêmes oreilles que nous et vous savez que ça peut bouger en 1re ligue…

Oui, bon… Vous savez, j’ai 50 ans, je sais d’où je viens et où je vais. Mais j’ai déjà eu des appels ces derniers mois, pour savoir si éventuellement…

Et vous répondez quoi?

Que je suis quelqu’un qui aime les gens et que j’ai une seule parole. J’aime les personnes que je côtoie à Echichens et j’essaie de ne pas trop les décevoir. Je leur ai dit, et je vous le dis, que je vais aller au bout de cette saison.

 

Categories: 2e ligue inter

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*