Fribourg lance son «projet Challenge»

Fribourg lance son «projet Challenge»

Le football fribourgeois avait convoqué ses figures historiques mercredi matin. Les noms, connus certainement même de nos lecteurs ? Félix Ansermet et Bertrand Fillistorf, pour ne parler que d’eux, ont accepté de se retrouver dans le sous-sol d’un restaurant de la capitale fribourgeoise. La raison ? Marquer leur soutien au projet «Challenge».

Eviter la fuite des talents hors des frontières

L’idée générale de celui-ci? Permettre à un canton comptant 300’000 habitants de retrouver un club dans l’élite. Fribourg compte 15’000 licenciés environ, officiant dans 103 clubs. Un chiffre intéressant lorsque l’on sait que le canton compte 900 hockeyeurs et 1100 basketteurs environ. Le potentiel est là, reste à l’exploiter, d’autant que Fribourg ne recense aujourd’hui aucun club dans les trois premières divisions du football suisse! Une situation intenable à long terme, les meilleurs espoirs filant hors du canton, à l’image d’Yvon Mvogo (gardien d’YB) ou de Musa Araz (Le Mont) pour ne citer qu’eux. Fribourg veut être capable de proposer à ses jeunes un débouché dans l’élite à l’intérieur de ses propres frontières. Pour ce faire, Guin (1re ligue), Bulle (2e ligue inter) et Fribourg (1re ligue), les trois clubs-phares de chaque région (Singine, Gruyère et capitale) ont décidé d’associer leurs forces. Pas question de fusion, mais bien d’une mise en commun des compétences, afin de concentrer les forces sur le FC Fribourg. Celui-ci devra viser la Challenge League à court terme et va se rebaptiser « Team Fribourg » sous réserve de l’approbation de l’assemblée générale ce soir. Le maillot du nouveau club a même été dévoilé!

Un nouveau stade de 5000 places en projet, mais l’emplacement n’est pas encore connu

Les budgets ? « Nous espérons un budget de 800’000 francs pour la Promotion League, et à peu près du double pour la Challenge League », expliquent les trois présidents. Ces sommes seront gérées par une future société baptisée Fribourg Football SA. Celle-ci va également œuvrer pour la construction d’un stade de 5000 places. «Notre idée est de le bâtir au milieu du canton, au bord de l’autoroute. Il ne sera ni situé à Fribourg, ni à Bulle, ni à Guin.» Le nom de Rossens a été évoqué en coulisses pour le futur emplacement, mais rien d’officiel n’a encore été dévoilé de près ou de loin. Le coût estimé? Entre 5 et 8 millions.

Beat Hirschi et le SC Guin ont accepté de « se sacrifier » pour le bien du football fribourgeois

Beat Hirschi, président du SC Guin, sait que son club a tout à perdre dans l’opération, mais essaie de prendre un peu de hauteur : « Ce projet est extrêmement important pour l’avenir du football fribourgeois et le SC Guin entend représenter la partie alémanique du canton. » Son allocution officielle s’est d’ailleurs faite en « hochdeutsch », pour rappeler à l’assemblée que oui, Fribourg était bien un canton bilingue et que « Düdingen » faisait partie intégrante du projet. Pour l’heure, son club est le meilleur du canton, que ce soit sportivement, au niveau des infrastructures, mais il se refuse à continuer à voir à court terme : «Oui, Guin est en position de force pour l’instant. Mais avec ce projet, nous pensons au football fribourgeois dans son ensemble. Nous sommes convaincus à 100% que nous allons dans la bonne direction. L’égoïsme ne mène à rien. » Alors, cela veut-il dire que Guin ne fera pas tout pour monter en Promotion League cette saison ? « Pas du tout, cela ne change rien. Si on a la possibilité de monter, on le fera ».

Le FC Fribourg va se renforcer pour éviter la chute en 2e ligue inter

L’idée générale ? Que le futur « Team Fribourg » soit en Challenge League, et que Guin et Bulle soient le plus haut possible, ce qui peut vouloir dire Promotion League. Voilà pour le monde idéal. Reste que le FC Fribourg est, pour l’instant, en situation comptable très délicate dans le groupe 1 de 1re ligue. Le pire scénario possible ? Que le projet « Team Fribourg » soit lancé alors que sa future équipe-phare soit juste tombé en 2e ligue inter… Jean-Pierre Gauce n’a pas évité la question : «Je ne vais pas vous dire que le FCF est en situation idéale. Mais on va tout faire pour se sauver et je peux annoncer que nous allons renforcer l’équipe en vue du deuxième tour.» Young Boys, club partenaire de la formation fribourgeoise, pourrait être mis à contribution. Vendredi, Frédy Bickel, le directeur sportif bernois, recevra les membres du « Team Fribourg » afin d’identifier les possibles synergies sportives immédiates… « Nous avons bon espoir de recevoir des bonnes nouvelles ce vendredi », conclut Jean-Pierre Gauch.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*