Florian Simonin n’est plus l’entraîneur de Champvent

Florian Simonin n’est plus l’entraîneur de Champvent

Cela se pressentait depuis quelque temps. Florian Simonin n’est plus le coach de « son » club. Celui qui était arrivé en héros, grâce à un maintien il y a deux ans, n’a pas survécu à la mauvaise passe qu’est entrain de vivre Champvent.

Un départ à l’amiable

Le président Claude Meylan ne se souviendra que du bon de son désormais ex-entraîneur: « Malgré la difficulté de ce genre de situation, Florian a eu une réaction exemplaire. Je l’ai encore eu au téléphone cet après-midi, nous aimons ce club comme personne d’autre. Il a même laissé des affaires d’entraînement. »La défaite contre Renens (NDLR: 7-0 à la maison) a-t-elle été celle de trop ? « Pas vraiment, cela faisait plusieurs matchs que le message ne passait plus. La série de mauvais résultats n’a pas aidé, il fallait un électrochoc, et dans le football, il est plus facile de changer un entraîneur qu’un effectif complet », conclut le président.

« J’ai peut-être été trop dur à certains moments »

Quant au principal intéressé, il y a de la déception. « J’ai senti que le message ne passait plus au sein de mon vestiaire. De là, il a fallu être proactif et trouver une solution à nos maux. Les joueurs, le président et moi-même, nous nous sommes réunis après la défaite face à Renens. Même si je ne comprends pas toutes les raisons de mon départ, je me dis que j’ai peut-être été trop dur avec mes joueurs à certains moments.  La meilleure chose à faire pour le club était de quitter mon poste », explique Florian Simonin. Il était à Champvent depuis de nombreuses années. Entraîneur juniors, assistant de la première équipe, puis coach des juniors A inter d’Yverdon, c’est finalement son équipe de cœur qui lui a donné sa chance en 2e ligue. « Je leur en serai toujours reconnaissant ! Ces deux années ont été incroyables, je n’en garde que des bons souvenirs », glisse l’intéressé. La suite ? « Il est clair que j’ai envie de continuer à entraîner. Maintenant, cela fait dix ans que je n’ai pas arrêté et cette pause hivernale me permettra de prendre un peu de recul. » Avant d’entamer une aventure ailleurs ? « Je continuerai à imposer ma vision du foot où que j’aille. » Les clubs qui recherchent du beau jeu sont avertis.

Un choix surprenant pour le remplacer

Celui qui dirigera le FC Champvent jusqu’à la trêve hivernale n’est autre que Florian Gudit, le joueur de la « une » d’Yverdon Sport. Absent des terrains depuis le début de la préparation estivale, il refoule petit à petit les terrains avec la deuxième équipe yverdonnoise. Venant tout juste d’obtenir son diplôme d’entraîneur, Claude Meylan voit en lui un choix judicieux : « Il va apporter un vent de fraîcheur ainsi que de l’expérience. Nos joueurs ont beaucoup à apprendre d’un gars comme lui. » Ce choix n’est que temporaire, car il ne durera que pour les trois rencontres restantes jusqu’à la pause hivernale. Il faudra alors refaire le point, et scruter le marché.

Categories: 2e ligue, FC Champvent

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*