Le FC Stade-Lausanne-Ouchy sort par la grande porte

Le FC Stade-Lausanne-Ouchy sort par la grande porte

Le nouvel exploit n’aura finalement pas eu lieu hier au Stade Juan Antonio Samaranch. SLO s’est incliné sur le score de 1-4 face à un FC Zürich sérieux et appliqué. Un score sévère au vue de la bonne prestation des hommes d’Andrea Binotto.

Crédit photo: vertical-element.ch

Uli Forte avait bien préparé sa rencontre

Le FC Zürich a sans doute appris des erreurs du FC Sion il y a plus d’un mois. Uli Forte ayant aligné son onze de gala pour ne pas tomber dans le piège lausannois. Les cinq premières minutes ont été à l’avantage des pensionnaires de Super League. Puis, SLO a commencé à mettre le pied sur le ballon, faisant jeu égal avec le grand Zürich. A la 8e minute, Bradley Bavueza pensait avoir ouvert la marque, mais sa tête ne prenait pas la direction des buts de Yanick Brecher.

Le réalisme zurichois

Alors que les hommes d’Andrea Binotto prenaient le dessus sur les Zurichois, c’est bien le FCZ qui a ouvert le score contre le court du jeu. Suite à une faute peu évidente de Dangubic, Zürich s’est d’abord créé une occasion sur coup-franc, bien sauvée par Kennedy Matos, mais sur le corner suivant, Winter voyait sa frappe déviée par un défenseur et malgré le bel arrêt du portier lausannois, la balle retombait dans les pieds du capitaine Alain Nef qui poussait tranquillement le ballon au fond des filets. Un coup dur pour les Lausannois qui après avoir dominé dans le jeu, ont perdu de leur superbe et ont concédé le 2-0 à la 30e minute. Trois actions, deux buts.

Crédit photo: vertical-element.ch

Bradley Bavueza a fait vibrer Samaranch

Alors que la soirée prenait une tournure difficile, les hommes d’Andrea Binotto ont redoublé d’efforts pour tenter la remontada. Sur une magnifique ouverture de Leo Morax, Bradley Bavueza est allé fixer Winter sur la gauche et a décoché une frappe splendide qui a terminé dans la lucarne de Yanick Brecher. On vivait alors la 43e minute et ce bijou redonnait espoir à SLO. Roland Ndongo, auteur d’un match plein,  prenait de vitesse deux défenseurs et se faufilait deux minutes plus tard dans la surface adverse. La suite ? Les images parlent d’elles-mêmes. L’attaquant rollois s’est clairement fait bousculé par un défenseur zurichois, mais l’arbitre n’a pas sifflé, au plus grand dam des spectateurs présents. On pourra toujours se demander quelle aurait été l’issue de cette rencontre, si les deux équipes étaient rentrées au vestiaires sur un score de parité.

Crédit photo: vertical-element.ch

Le FCZ a montré pourquoi il militait en Super League

Le FC Stade-Lausanne-Ouchy est revenu des vestiaires avec une motivation débordante. Pendant dix minutes, les hommes d’Andrea Binotto ont fait douter les pros, emmenés par leur magicien Ahmed Mejri, auteur de gestes de grande classe, mais Zürich a montré pourquoi il était actuellement troisième de Super League. Michael Frey commettait une faute sur Gomis, (à nouveau) non-sifflée par les arbitres et servait Palsson qui armait une frappe imparable des vingt mètres. Le break était fait, le mal aussi, et les Lausannois voyaient leur rêve de quart de finales s’envoler, le 4e but de Koné après l’heure de jeu ne faisant plus aucune différence.

Crédit photo: vertical-element.ch

« On a senti la différence au niveau du physique »

« Le fait d’avoir joué samedi en championnat ne nous a pas favorisé. À Zürich, ce sont tous des professionnels. Nous n’avons pas l’habitude de jouer tous les trois jours alors qu’eux oui ! » s’exprimait le capitaine Fabian Geiser. Bradley Bavueza, l’un des meilleurs éléments lausannois était du même avis : « On a senti la différence au niveau du physique ! On avait affaire à des professionnels. Certains de nos joueurs étaient encore au boulot à 15 heures ! » Et ce magnifique but alors, une consolation ? « Je suis bien évidemment content de l’avoir mis ! (rires) Dommage que nous n’ayons pas pu égaliser. »

Crédit photo: vertical-element.ch

« Le score final ne reflète pas la rencontre. »

Andrea Binotto était bien évidemment déçu à la fin de la rencontre : « Le score final ne reflète pas la rencontre. Surtout qu’il y a quelques décisions arbitrales douteuses sur des buts que l’on prend.» Un avis partagé, sans doute, par de nombreux spectateurs. L’aventure de Coupe Suisse s’arrête donc là, mais le coach ne retient que le positif : « Mes joueurs ont fait un super match ce soir, je ne peux pas leur en demander plus ! Cette aventure nous a apporté tant d’émotions et sur le plan personnel une magnifique expérience ! » Il nous tarde déjà de revoir cette équipe en coupe suisse l’année prochaine !

Crédit photo: vertical-element.ch

FC STADE LAUSANNE OUCHY – FC ZÜRICH 1-4 (1-2) 

Buts: 13e Nef 0-1, 29e Dwamena 0-2, 43e Bavueza 1-2, 57e Palsson 1-3, 71e Koné 1-4.

SLO: Matos; Danner, Geiser (C), Morax, Dangubic; Gomis (87e De Groot), Carvalho (67e Tebib), Ndongo, Bavueza (80e Soos), Mejri; Kok; Entraîneur: Andrea Binotto

ZÜRICH: Brecher; Brunner, Nef (C), Bangura, Jagne;  Sarr, Palsson (72e Maouche) , Winter (83e Haile-Selassie) ; Kone, Dwamena (76e Odey), Frey; Entraîneur : Ulrich Forte

Stade Juan Antonio Samaranch: 1200 spectateurs

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*