Le FC Renens ne veut pas tomber

Le FC Renens ne veut pas tomber

Il faut déjà commencer par là: ce FC Renens est admirable. Vraiment. Combien d’équipes dans la même situation auraient déjà coulé, lâché l’affaire, perdu espoir? Mercredi soir au Censuy, le FC Renens a montré toutes ses limites au cours d’une première période atroce, mais a également démontré pourquoi il fallait encore compter sur lui dans la lutte pour le mainten. Après la pause, cette équipe courageuse est revenue de 0-2 à 2-2 et arraché le point qui peut encore lui faire croire que la prochaine saison se déroulera en 2e ligue inter. Avec 7 points de retard à 5 journées de la fin, il faudra un parcours parfait, c’est sûr. La fin de saison? Chênois (12e), Dardania (8e) et Plan-les-Ouates (10e) à la maison, Vernier (9e) et Collex-Bossy (7e) à l’extérieur. « Il nous faudra 11 points », prophétise Manuel Gonzalez. En tout cas, oui.

Le prochain match face à Chênois? Trois points, sinon rien!

Le coup est encore jouable, car UGS, qui compte donc sept points d’avance, a cinq derniers matches très compliqués à jouer (Dardania, SLO, Sierre, Perly et Signal-Bernex), face à cinq des six premiers de ce groupe 1! Imaginons qu’UGS arrache 4 points lors de ces 5 matches, alors Manuel Gonzalez aura raison: il en faudra 11 à Renens, qui est meilleur au fair-play. Le motif d’espoir est le suivant: Renens va finir contre cinq équipes de la deuxième moitié du classement et UGS contre cinq équipes de la première moitié de ce même classement.

Disons-le comme ceci: ce n’est pas impossible, mais ce serait un exploit étonnant de gagner 11 points en 5 matches, pour une équipe qui en a engrangé 17 en 21 parties… Le maintien est à ce prix, et on souhaite ardemment pouvoir écrire le 7 juin que le FCR jouera encore en 2e ligue inter l’an prochain. Cela passe par battre Chênois ce samedi, dans un match ultra-important, à 17h30 au Censuy.

Manuel Gonzalez: « Les gars ne veulent pas couler »

Ce qui nous rend optimiste, c’est que le FC Renens n’a rien lâché dans cette partie de mercredi. Même sans Burak Demircan (suspendu), ni Thibault Constantin (blessé) et Joël Aparicio, ils sont revenus dans ce match. « C’est sûr, les gars ne veulent pas couler. Tout le club ne veut pas couler! », glisse Manuel Gonzalez. On l’a vu: il y avait de la passion mercredi soir. En premier? Un staff qui exhorte ses joueurs jusqu’à la dernière seconde, qui donne envie de se transcender et de tout tenter. Le banc renannais a tout fait juste en mettant la pression sur tout le monde, arbitre y compris. Pas le bon exemple? Si. Pour une équipe qui veut se sauver, montrer de l’envie et mettre de la vie dans un match n’est jamais une mauvaise solution, d’autant que tout ceci s’est fait dans les limites du respect.

Ce club est vivant

Ce point arraché est aussi celui de l’environnement du club du Censuy, staff compris. On insiste, parce que c’est vrai. Pas un joueur ne peut prétendre qu’il n’a pas eu envie de tout donner en voyant que des gens se battent pour ce club vive et se maintienne au niveau du football interrégional. On ne va pas revenir sur tout ce qui s’est passé au club depuis le départ d’Alfonso Forgione, le président qui a fait monter Renens de la 3e ligue en 2e ligue inter, mais il est indispensable d’expliquer que le club d’aujourd’hui n’a pas le 10% des moyens qui étaient les siens il y a encore deux ans, mais a développé une rage de survie qui n’était pas forcément acquise au départ. On ne sait pas tout ce qui se passe dans les coulisses d’un club dont Fabio Celestini est le président sur www.football.ch et on n’est pas sûr qu’il soit très pertinent de chercher à le savoir. Une chose est sûre et on le dit ici: ce qu’on a pu observer de nos yeux pendant les 90 minutes d’un match est que ce club est vivant, avec un Pino Varquez passionné et impliqué, et un Manuel Gonzalez qui a couru 40 mètres dans le terrain pour célébrer le 2-2 avec ses joueurs. Ce n’était qu’une image? Peut-être, mais c’en était une belle.

Fabien Humbert n’a pas eu le temps de s’ennuyer

Ce match sera-t-il à l’image, justement, de la saison? En d’autres termes, le maintien sera-t-il arraché à la dernière seconde du dernier match? Mercredi, en tout cas, la première période a été laborieuse et on va même choisir un autre terme qui résumera assez bien ce que l’on a vu: elle était mauvaise, tout simplement. UGS menait 0-2, et cela aurait pu 0-3 ou même 0-4, sans aucun problème. Fabien Humbert a réalisé un miracle incroyable devant Florian Dupont (34e), mais n’a rien pu faire sur les deux buts genevois. Un peu oublié (pour rester poli) par sa défense sur les deux buts, l’ancien gardien du Mont et de Bavois a passé une première mi-temps très active. Lorsqu’il jouait au Châtaignier ou aux Peupliers, le gardien français avait droit à une ou deux occasions adverses par match. On va le dire autrement: en une mi-temps à Renens, il a plus de boulot qu’en une demi-saison à Bavois, et on n’est même pas sûr d’exagérer.

Renens n’a pas les mêmes moyens, donc pas les mêmes joueurs

0-2 à la pause, et un FC Renens dominé partout. Cette équipe, disons-le clairement aussi, est en déficit de qualité individuelle par rapport aux autres formations de 2e ligue inter. Qui a déjà joué plus haut? Fabien Humbert, donc, mais aussi Toumi Trabelsi et Burak Demircan, sans oublier Onur Demircan, titulaire quelquefois avec le FC Baulmes en 1re ligue. C’est tout. Cela ne veut pas dire que ses joueurs sont faibles, pas du tout. Cela veut dire qu’ils ne sont pas aussi forts, pour l’instant, que d’autres joueurs de 2e ligue inter. Dans une ligue où les moyens financiers sont une donnée importante, cela semble logique.

UGS a raté plusieurs fois l’occasion de tuer le match

UGS a donc craqué après la pause, grâce à un but tout en opportunisme de Christopher Cibran (58e) et à un autre de David Soares, à la toute dernière minute des arrêts de jeu. Fabien Humbert était monté pour tenter d’égaliser, mais a vu Soares le devancer, ce qui l’a bien sûr chagriné. « Vous ne voulez pas dire que c’est moi qui ai marqué? », a-t-il rigolé après la partie. Un moment sympa, car le gardien du FCR était bien sûr heureux de cette égalisation: « David la met très bien. On a eu un peu de chance avant, mais c’est un point qui nous fait du bien. » UGS, qui aurait été sauvé à 99% en cas de victoire, a en effet inscrit deux buts refusés pour des hors-jeux que l’on qualifiera de discutables, et Labinot Asani a sauvé sur sa ligne un ballon incroyable alors que 9 défenseurs sur 10 auraient marqué un autogoal sur cette action. Renens, de son côté, a eu deux occasions, peut-être trois, et a marqué deux buts. Cela s’appelle de la réussite maximale. Et si c’était comme ça que le maintien s’obtenait.

Les hommes du match

Ibraim Sabani a réalisé une belle prestation. Ce jeune défenseur est intéressant, avec sa taille et son goût pour les duels gagnés. Il a un style un peu particulier, mais il est efficace. On a bien aimé son placement et son attitude. Il s’est toujours montré positif et très correct. Bon match également de Labinot Hasani. Il a commencé comme arrière central avant de passer à droite suite à la sortie sur blessure d’Onur Demircan. Très sobre, il est bon dans la relance, et intelligent dans le jeu. Il a du caractère et peut s’emporter assez vite, mais il a un vrai potentiel et peut devenir un bon joueur de 2e ligue inter, sans problème.

Les prochains rendez-vous

Renens reçoit Chênois, ce samedi 10 mai. Victoire impérative pour croire encore au maintien, on l’a dit. Coup d’envoi à 17h30 au Censuy. Le même jour, UGS défiera Dardania Lausanne, à 17h à Chavannes-près-Renens.

Le plan-fixe

FC Renens – Urania Genève Sport 2-2 (0-2)
Buts: 16e Errasti 0-1; 44e Dupont 0-2; 58e Cibran 1-2; 90e David Soares 2-2.

Renens: Humbert; Demircan (15e Ngabo), Sabani, Asani, Luis Salgado (46e Iseni); Cibran, Capela, Aufiero (74e Habib), Boffa, Trabelsi; David Soares.
Entraîneur: Manuel Gonzalez.

UGS: Revilloud; Vanzo, Jimenez, Rashani, Pacella; Carnazzi, Caetano, Yameogo (46e Ferreira); Dupont, Errasti (46e Pena), Dia (80e Fofana).
Entraîneur: Hervé Musquère.

Notes: Stade du Censuy.

Categories: 2e ligue inter, FC Renens

Auteur