Le FC Orbe mise sur la stabilité

Le FC Orbe mise sur la stabilité

« Maintenant, on ne cherche rien d’autre que la stabilité. » En une phrase, Christian Weidmann a tout résumé. Celui qui a eu l’un des plus beaux pieds gauches de ce canton et qui a le club urbigène dans le coeur, n’aime pas trop qu’on parle de lui, mais ce FC Orbe 2013-2014 mérite qu’on s’y attarde. Si le directeur sportif de ce FCO parle de stabilité, c’est bien parce que c’est de quelque chose dont le club a trop manqué ces dernières années. La promotion en 2e ligue inter, en 2010, a été un événement formidable, mais qui fait aujourd’hui partie de l’histoire. Aujourd’hui, le FC Orbe est une équipe de 2e ligue, et qui entend bien le rester la saison prochaine. Ce n’est pas encore sûr, loin de là, car, à la trêve, les Urbigènes ne comptent que trois points d’avance sur Benfica, le premier relégable. « Les trois ou quatre premiers matches seront déterminants. On commence par Benfica, ensuite on va à Concordia, et on reçoit Bex, avant d’accueillir Pied du Jura. On saura un peu plus où on en est après ça », explique Christian Weidmann.

Pippo Vietri, le choix évident

Après un premier tour disputé avec Christian Weidmann lui-même comme entraîneur (le départ d’Admir Bilibani était arrivé un peu tardivement pour trouver un nouveau technicien), assisté de Paolo Nqueletho, décision a été prise cet hiver de confier la première équipe à Pippo Vietri. « Un choix logique. Pourquoi aller chercher ailleurs ce qu’on a sous la main? Pippo est un très bon entraîneur, il connaît parfaitement tout le monde ici, il est d’Orbe. Il était le choix évident », explique Mary-Claude Chevalier, présidente du club depuis le départ d’Adrien Zesiger.

Une troisième équipe l’an prochain?

La mission de Filippo « Pippo » Vietri est donc claire: assurer le maintien, tout en faisant confiance aux nombreux jeunes de l’effectif. « On a beaucoup de joueurs de 20, 21 ans… Il faut qu’ils jouent, qu’ils prennent leur chance », estime Christian Weidmann. Mais les places sont chères à Orbe, qui a un effectif très important, tant pour la I que pour la II. Au point qu’on parle déjà, au Puisoir, de créer une troisième équipe l’an prochain. Cela n’aurait rien de révolutionnaire dans la région: Bavois en possède une, Grandson aussi, tout comme Thierrens, un peu plus loin.

Vincent Carbonara arrive de Bavois II

Pour aller chercher le maintien en 2e ligue, le FCO pourra compter sur l’entier de l’effectif du premier tour, à l’exception de Jonathan Gaballa. Celui-ci s’en est allé à La Sallaz (2e ligue). Et Milos Pekic, bien sûr, a été prêté à Chavornay, et le départ d’un joueur comme lui est une perte pour n’importe quelle équipe de 2e ligue. Sinon? Tout le monde est là. « Lorenzo Cuviello sera à l’armée, mais on pourra compter sur lui le week-end », continue Christian Weidmann. Et les arrivées? « Vincent Carbonara vient de Bavois II et Clyde Prieto arrive des juniors A de Stade-Lausanne », explique le directeur sportif urbigène. Un junior du SLO? « Oui, mais il habite la région, c’est un retour », explique « CW ». Sans compter qu’une ou deux bonnes surprises devraient encore être annoncées dans les prochains jours. « Pippo est un homme de contact. Il a un joli carnet d’adresses et des discussions sont encore en cours avec de vrais renforts », glisse Christian Weidmann, sans vouloir en dire plus.

Christian Weidmann: « On a besoin d’un peu d’expérience »

Une autre excellente nouvelle est le retour de Dimitri Beney. Le très bon défenseur central du FCO est de retour, et il s’agit d’une très bonne nouvelle, tant pour l’identité du club que pour son apport sur le terrain. Car Orbe entend bien renforcer sa politique « locale », un thème qui tient à coeur de tout le monde du côté du Puisoir. Sportivement, le club paraît armé pour faire face à la lutte contre la relégation, puisque tous ses joueurs cadres sont restés. « Mais on a besoin d’expérience », souffle Christian Weidmann. Il est vrai qu’Orbe peut compter sur son capitaine Sylvain Gétaz pour cadrer un peu les jeunes talents que peuvent être Christophe Jaton, Fallah Ismail ou Arber Sylejmani, mais l’attaquant est souvent bien seul, même si Duarte Leite, Frédéric Magurano, Edgar Alves ou Régis Ngoussi (arrivé durant l’été 2013 mais déjà incontournable) ont également une expérience qui doit leur permettre de se faire entendre.

La II de Bruno Gomes vise les finales de 4e ligue

Du côté de la II, l’entraîneur Bruno Gomes annonce les retours des frères Ameti, Avni et Ali, et le gardien Lionel Guignard arrive de Vaulion. « Pas trop de mouvement de notre côté, même si ces trois renforts sont vraiment intéressants », explique Bruno Gomes, qui sera assisté, comme au premier tour, de Luis Marta. Le FCO II, actuel 2e en 4e ligue, paraît donc de taille à viser la montée. « Ce n’est pas forcément le but. Disons que ce serait la cerise sur le gâteau… On veut faire les finales. Beaucoup de nos joueurs n’ont pas connu cela, on aimerait y arriver. J’ai confiance, le groupe est sain. » Derrière Champvent II, qui paraît intouchable, Orbe se battra avec Suchy, Corcelles-près-Payerne et Grandson II. Rien d’impossible.

Categories: 4e ligue, FC Orbe

Auteur