FC Gingins amère déception et cruelle élimination

FC Gingins amère déception et cruelle élimination

Gingins a craqué dans la loterie des tirs au but, pour connaître une douloureuse élimination, face à un Gland tout heureux de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe vaudoise.

Laurent Jacquot, le coach ginginois, qui avait fait de la coupe son principal objectif, espérait secrètement que sa troupe se mobiliserait et réagirait pour finir l’année sur une bonne note. Surtout que huit jours auparavant, face à Terre Sainte II, le chef avait violemment et ouvertement critiqué la misérable performance de ses ouailles, qualifiée de « foutage de gueule ».

Stratégie défensive pour Gingins

Samedi, par un temps à ne pas mettre un chat dehors et sous le brouillard, Gingins, pénalisé par l’absence de l’indispensable Tété, a entamé les débats avec une étrange et coupable retenue. En optant pour une stratégie défensive et en évoluant très bas dans le terrain, les « jaune et bleu », timorés et attentistes, ont facilité la tâche d’une opposition surprise par tant de réserve. Gland, sans être génial et malgré ses nombreux et éternels blessés, a dominé pour se créer quelques réelles opportunités. Aux côtés des encore trop inexpérimentés Jakupi et Pédat, deux gamins de 17 ans non dénués de talent, c’est l’ancien « corbeau » Jason Nassisi qui s’est à maintes reprises mis en évidence. Ce dernier, intenable par sa vivacité, a cependant manqué d’efficacité et de lucidité pour déjà mettre les siens sur les rails de la victoire. Sa superbe volée aurait pu faire mouche, sans la parade d’Henzen (23e). Il ratait aussi l’immanquable et le goal vide, sur une sortie aux fraises du portier ginginois. Il remettait le couvert lorsqu’il perdait son duel avec un Henzen, cette fois, vigilant et impeccable (35e).

Gingins se réveille

Gingins, inoffensif et sans rythme, aurait pu, contre le cours du jeu, prendre l’avantage sur sa première occasion. Mais Lebesgue, seul, échouait dans son tête-à-tête avec Morard (42e). Dès le retour des vestiaires, le niveau montait d’un cran, avec un Gingins enfin entreprenant et déterminé. Ce changement radical d’attitude était réduit à néant par la faute du poison Nassisi, stoppé irrégulièrement au moment de conclure. Bega se chargeait, avec maîtrise, de transformer ce penalty indiscutable (52e). Gland allait encore se procurer la balle de match par Jakupi (54e) avant de subir le sursaut et le réveil d’un adversaire qui retrouvait des couleurs et agressivité.

Gland gagne à la loterie

Le remuant Rapin, dès son entrée en jeu, mettait le feu et bousculait une défense glandoise, jusqu’alors guère sollicitée. Sur un centre millimétré de Lebesgue, il profitait de trop de liberté pour égaliser d’une tête puissante. Les Ginginois, nets dominateurs d’une fin de match animée, faisaient le forcing pour passer l’épaule. Sans vraie occasion, ils auraient pu classer l’affaire, si la malchance n’avait pas eu la mauvaise idée de s’inviter. En effet, à la suite d’un renvoi hasardeux dans l’axe, Do Campo, jeune joueur de la « trois », envoyait une mine sur la transversale d’un Morard battu. La loterie des tirs au but allait sourire aux Glandois, détenteurs du trophée. Penel, le dernier tireur, se ratait. Bega ne tremblait pas et qualifiait son équipe pour les quarts de finale, face à Pully, un sérieux client.

Laurent Jacquot se montrait déçu et quelque peu agacé : « En fixant le match à 15h30, le club m’a privé de pions importants, tous retenus par leurs obligations professionnelles. J’ai aussi ma part de responsabilité. Je me suis trompé dans le choix tactique des 45 premières minutes. Je comptais énormément sur la coupe pour vivre une deuxième phase d’exercice plus motivante. On ne va cependant rien lâcher et réunir nos forces pour faire encore mieux que l’an dernier »


Gingins – Gland 1-1 (0-0) 4-5 après t.a.b

Buteurs: 52e Bega 0-1 62e Rapin 1-1

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*