Le FC Crissier contrarié à domicile face au FC Bavois II

Le FC Crissier contrarié à domicile face au FC Bavois II

Il ne fallait pas arriver en retard ce dimanche au centre sportif de la Ruayre pour assister à la rencontre entre le FC Crissier et la « deux » du FC Bavois. Après onze minutes de jeu, le score était déjà de 2-1 pour l’équipe de José Marcos Carballo. Retour sur une rencontre animée.

Bavois était encore aux vestiaires, Crissier en a profité

L’heure matinale n’a pas fait les affaires des protégés de William Luckhaupt. Les visiteurs ont entamé le match de la pire des manières, en encaissant deux buts coup sur coup par Marko Jankovic et Marco Greco. La matinée semblait alors toute tracée pour le FC Crissier, supérieur dans tous les compartiments de jeu.

Malgré la domination locale, Yann Martin est parvenu à réduire le score à la 11e minute, à la suite d’un magnifique exploit technique de Onur Yildiz. Ce but a permis aux visiteurs de se remettre sur les bons rails. Malgré de nombreuses occasions, le FC Crissier n’a pas su enfoncer le clou, et le FC Bavois a élevé son niveau de jeu pour obtenir l’égalisation juste avant la mi-temps, de quoi aborder la seconde partie de la meilleure des manières.

La seconde période dominée par Crissier, remportée par Bavois

Au retour des vestiaires, c’est encore le FC Crissier qui a mis la pression sur ses adversaires. Jusqu’à trois fois le gardien Christopher Meylan de Bavois s’est montré décisif, écœurant tour à tour les tentatives des attaquants. Et à force de galvauder des occasions franches, les pensionnaires du centre sportif de la Ruayre se sont fait punir par la lucidité des visiteurs. Onur Yildiz, encore lui, est allé fixer Rafael Abando et glisser le ballon dans le petit filet pour offrir la victoire aux siens. Le FC Bavois a fait preuve de réalisme pour aller cueillir une victoire qui lance définitivement leur saison.

José Marcos Carballo, déçu et fâché

A la fin de la rencontre, c’est un entraîneur remonté et attristé qui donnait ses impressions : « Face à n’importe quelle autre équipe de 2ligue, nos buts marqués au début du match auraient suffi à faire la différence et empocher les trois points, mais bien sûr, lorsque les adversaires ont des joueurs qui ont pour habitude d’évoluer deux, trois échelons au-dessus, ça change la donne. Leur milieu de terrain, qui fait partie du contingent de la première équipe de Bavois, est impliqué dans les trois buts aujourd’hui, que voulez-vous faire ? S’il n’avait pas été sur le terrain, nous l’aurions emporté. »

Le milieu de terrain en question, c’est Onur Yildiz. Son entraîneur William Luckhaupt se justifie : « Il s’entraîne des fois avec la une c’est vrai, mais il fait la plupart des matches avec nous. C’est le but d’une deuxième équipe que d’aider la une, lorsqu’elle évolue plusieurs ligues au-dessus. »

Chaque année, le même débat

Chaque année resurgit le même débat concernant les deuxièmes équipes. Souvent renforcées par des éléments nettement plus performants, elles ont tendance à fausser des championnats où certains clubs se battent avec leurs propres armes. Malheureusement, il n’existe pas de règles à ce sujet, si ce n’est qu’une équipe ne peut se renforcer avec des joueurs lors des trois derniers matches du championnat. Il faudra donc faire avec pour les rencontres à venir.

 

Categories: 2e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*