Le FC Bavois s’impose à La Pontaise et retrouve la 1re ligue

Le FC Bavois s’impose à La Pontaise et retrouve la 1re ligue

Le FC Bavois l’a fait ! Trois ans après avoir quitté la 1re ligue, les Bavoisans sont de retour, avec cette victoire à La Pontaise face à une équipe de Team Vaud qui semblait ne plus y croire, déjà au coup d’envoi. Le FC Bavois, plus déterminé, plus concentré, et tout simplement meilleur, a amplement mérité cette promotion, lui qui possède désormais onze points d’avance sur Team Vaud, à trois journées de la fin.

Cette équipe a tout ce dont une équipe de 2e ligue inter peut rêver, et ce constat est un hommage rendu à son président, Jean-Michel Viquerat. Son entraîneur Bekim Uka peut ainsi laisser sur le banc, au coup d’envoi, des joueurs comme William Luckhaupt, Korab Limani et Othman Zirek, pour ne citer que ces trois-là. Quelle équipe de 1re ligue a trois joueurs de cette qualité sur le banc? Et cela, alors même que le seul vrai avant-centre de l’effectif, Vidoje Ilic, est toujours blessé. La promotion de Bavois a été pensée, planifiée et maîtrisée. Restait à la concrétiser sur le terrain et là, Bekim Uka, son staff et les joueurs ont fait ce qu’il fallait, et largement. Avec 21 victoires en 23 matches, Bavois est le meilleur premier des cinq groupes de 2e ligue inter. Très fort.

Sept buts dans les sept derniers matches pour Nicola Zari

Samedi, à La Pontaise, un but de Nicola Zari, sans doute le joueur le plus décisif cette année, a suffi aux Bavoisans. Le milieu de terrain a été déterminant cette année, dans le milieu à trois de Bekim Uka, puisqu’il termine la saison avec sept buts dans les sept derniers matches! Des statistiques incroyables pour un joueur qui est le premier à défendre. Et dire qu’il ne frappe pas les penalties… Il y a, sans rire, du Frank Lampard dans le jeu de Nicola Zari, en tout cas au niveau de la 2e inter et, bientôt, de la 1re ligue. Jouer à ce niveau ne lui fera pas peur, lui qui a joué six saisons en Challenge League, à Baulmes, au Stade Nyonnais et à Yverdon Sport, avant de signer à Bavois au début de l’année 2011. Son but de la tête, sur un coup-franc rentrant de Marco Malgioglio (33e) a en tous les cas offert la victoire, et donc la promotion, à ses couleurs.

Pas une buvette au Stade Olympique de La Pontaise…

« On a senti que l’équipe était dedans, et cela depuis plusieurs jours. A la limite, Bekim n’aurait pas eu besoin de faire de théorie! », témoignait Luc Lenoir, assistant de Bekim Uka, pour expliquer la concentration dont a fait preuve le FC Bavois. « Cela ne sert à rien de trop en faire avant un match comme celui-là. Les joueurs savent que c’est important, pas besoin de leur rajouter de la pression », confirmait Uka, avant de se rendre à la buvette du FC Bavois pour y fêter la promotion. A ce stade, on est obligés de faire une petite parenthèse: ce choc était une véritable fête pour le FC Bavois, tout heureux de jouer ce match décisif à La Pontaise, le stade de la capitale du canton. Le résultat? Aucune buvette ouverte, pas d’horloge pour le match (bon, ça c’est un détail) et pas de speaker. Franchement, et c’est mon avis, c’est un peu dommage. Il y avait moyen, pour le club-phare du canton, de se créer un petit capital-sympathie à Bavois, tout en se faisant un peu d’argent. Alors d’accord, on ne va pas tout confondre, le LS ce n’est pas Team Vaud, et inversement. C’est vrai. Mais ouvrir une buvette, franchement, ce n’était pas la fin du monde. Et, on l’a dit, avec 400 spectateurs, cela aurait pu au moins payer le tenancier de celle-ci. Enfin bref.

Une très bonne première période de part et d’autre

Sur le terrain, les jeunes Lausannois ont bien débuté le match, ayant la maîtrise du jeu. Sous l’impulsion de leur maître à jouer, Halit Sabedini, les joueurs d’Alexandre Comisetti confisquaient le cuir, sans réellement se montrer dangereux. Bavois et son 4-5-1, très bien en place, défendait comme il faut, et explosait en contre. La première demi-heure était agréable à voir, sans réelle occasion de but, mais avec beaucoup de rythme et une grande justesse technique. La décision s’est donc faite à la 33e, déjà, avec ce but de Nicola Zari. Team Vaud ne reviendra pas dans cette partie, même si son premier quart d’heure de deuxième période a été très bon. Bashkim Sukaj aurait pu égaliser, sur corner, à la 50e, mais manquait de réussite. Ce sera à peu près tout.

Halit Sabedini expulsé à l’aller à Bavois… et au retour à Lausanne!

Team Vaud allait d’ailleurs subir un gros coup dur, à l’heure de jeu, avec l’expulsion d’Halit Sabedini, « coupable » d’avoir joué un coup-franc avant le coup de sifflet de l’arbitre. Deuxième jaune, donc, pour le numéro 4 lausannois, ce qui poussera Alexandre Comisetti à demander des explications à M. Kaczala. La réponse de celui-ci? Une expulsion pour l’entraîneur du Team Vaud M21. Soit. C’est donc Frédéric Thomas qui coachait la fin de match, alors que l’ancien Auxerrois allait s’asseoir en tribunes. Un brin rigide, M. Kaczala, sur ce coup-là, dirons-nous simplement. A noter qu’Halit Sabedini s’était déjà fait expulser au match aller!

Dès lors, Team Vaud allait bien tenter de revenir, mais sans grand succès, et c’est même Othman Zirek qui manquait le 0-2, dans les arrêts de jeu. Son face à face avec Signori Antonio était détourné par le gardien lausannois, très bon sur cette action. Team Vaud M21 restera donc en 2e ligue inter une saison de plus, c’est désormais une certitude. Car, même si l’AC Bellinzone fait faillite, et qu’une sixième équipe de 2e ligue inter monte, ce serait Concordia Bâle dans le groupe 3 et non pas Team Vaud, « seulement » deuxième meilleur deuxième, si l’on ose dire. Il manque à chaque fois quelque chose. Il y a deux ans, face à Bulle, et l’an dernier face à Köniz, les Espoirs ont craqué, comme face à Bavois cette année. Troisièmes en 2011, ils ont fini deuxièmes en 2012 et, donc, deuxièmes en 2013. Frustrant, mais logique. Lors de chaque championnat, ils n’ont été que les deuxièmes plus forts. Cela ne suffit pas.

Bekim Uka et Luc Lenoir vont rester

Le plus fort, donc, c’était le FC Bavois cette année, et largement. La suite? « On va fêter un peu et préparer la prochaine saison », expliquait Bekim Uka. « Si je vais rester? Oui. » Et son assistant, Luc Lenoir? « J’avais dit que je restais si on monte. Je vais bien devoir tenir ma promesse! », ajoutait-il en riant. Pour Bavois, l’heure sera bientôt aux questions, pour ne pas redescendre immédiatement, comme lors de son dernier passage en 1re ligue. Quels joueurs vont demander à partir, déjà? Et quels renforts, aussi? Les retours de jeunes joueurs prêtés ailleurs sont déjà annoncés. Mais Jean-Michel Viquerat nous réserve sans doute encore quelques surprises… Pour l’heure, il s’agit de célébrer cette remontée. Le temps des questions viendra bien assez vite.

Les hommes du match

Pour les jeunes Lausannois, très bon match de Romain Dessarzin côté gauche. Le numéro 10 de Team Vaud, sur le banc à Bâle jeudi soir avec la première, est entré en jeu quelques minutes lors du match à Thoune samedi dernier. Sera-t-il intégré au cadre du LS l’an prochain? On l’espère pour lui, et il peut y croire, car il a vraiment de belles qualités, techniques notamment. Il a été très bon en première période, mais beaucoup moins en vue en seconde. Un autre joueur qui peut espérer une carrière dans le monde professionnel est sans doute Titi Diaby. L’Ivoirien, défenseur central, est intraitable dans les duels, et n’est pas maladroit à la relance. Très solide.

Du côté du FC Bavois, on est un peu embêtés à l’heure de sortir deux joueurs en particulier, tant l’équipe a été solide du début à la fin. Le collectif bavoisan est vraiment impressionnant, mais il faut faire un choix. On optera donc pour Raphaël Cottens, à nouveau impassable en défense centrale. Qu’il soit associé à Hicham Bentayeb ou William Luckhaupt ne change rien pour lui: il gagne tous ses duels, dans les airs ou au sol. Il va retrouver la 1re ligue, lui qui y a été un des piliers de l’aventure de Baulmes, laquelle l’a mené jusqu’en Challenge League. Mention très bien dans ce match également à Kevin Hill. Le milieu gauche est toujours aussi intermittent et n’a pas l’activité de Lianel Lauper côté droit, mais quelle technique et quel coup de patte! Il est gentiment en train d’effacer ses défauts, et gagne en agressivité au fil des matches. Et comme son pied gauche est toujours aussi magique, il est vraiment en train de devenir un footballeur complet, que Bekim Uka n’hésite désormais pas à aligner, y compris dans les gros matches.

Les prochains rendez-vous

Team Vaud ira à Romont, samedi 25 mai, à 16h. Les jeunes Lausannois auront-ils encore la motivation nécessaire face à un adversaire qui joue sa survie à ce niveau? Bavois fera la fête en recevant Dürrenast, samedi à 17h. Là aussi, Bavois devra « jouer le jeu », puisque les Bernois sont à la lutte (notamment avec Romont) pour se maintenir à ce niveau.

Team Vaud M21 – FC Bavois 0-1 (0-1)

Buts: 33e Zari.
Arbitres: M. Kaczala, assisté de M. Ali de M. Loforti.
Team Vaud: Signori; Deblüe (88e Basha), Diaby, Mendouca, Hajdini; Sabedini; Gashi (74e Constantin), Adam, Begzadic, Dessarzin; Sukaj (74e Garcia).
Entraîneur: Alexandre Comisetti.
Bavois: Humbert; Kurtic, Bentayeb, Cottens, Gilardi; Renatus (86e Limani), Zari, Malgioglio (88e Alicajic); Lauper (75e Zirek), Zeneli, Hill.
Entraîneur: Bekim Uka.
Notes: Stade Olympique de La Pontaise. 400 spectateurs environ. 58e, expulsion d’Halit Sabedini (deuxième jaune).

Categories: 2e ligue inter, FC Bavois

Auteur