«Il faut se lâcher et jouer»

«Il faut se lâcher et jouer»

Serge Duperret est surexcité depuis quelques jours. Le président voulait une réaction de son équipe après la défaite inaugurale face à Wohlen (0-3)? Il l’a eue, à Schaffhouse (victoire 1-2), et le boss du FC Le Mont veut maintenant préparer au mieux la venue du FC Zurich ce mercredi à Baulmes. « Les Zurichois ont déjà acheté 500 billets! Il y aura dix bus en tout et on attend même plus de monde de leur part », explique le président. Et les amateurs de football vaudois, combien seront-ils à prendre le chemin du Stade Sous-Ville ce mercredi? 300, 500, 1000? Impossible à dire, mais une chose est sûre: Serge Duperret veut faire de ce match une véritable fête.

La communication est positive, en tout cas: « On veut accueillir les fans zurichois du mieux possible. C’est le deuxième événement le plus important de l’histoire du club, après le 8e de finale de Coupe de Suisse face à Young Boys. » La mémoire sélective du président lui a fait oublier au passage le quart face à Bâle, mais qu’importe: ce mercredi s’annonce magnifique à Baulmes. « Et on peut gagner! Tout est possible! », pense le président. Vraiment? Pour en être sûr, on a posé la question, et quelques autres, à son entraîneur John Dragani.

 

Coach, vraiment, vous pouvez battre Zurich, le leader et grand favori de ce championnat?

Si on aborde ce match comme un match de Coupe, oui. Bien sûr que c’est possible. On est conscients de la qualité de l’adversaire que l’on rencontre, mais on ne va pas jouer ce match pour autre chose que la victoire.

D’autant que vous restez sur une victoire à Schaffhouse, ce qui n’est pas rien.

Justement, si on veut les trois points, il faudra avoir la même attitude qu’à Schaffhouse. En fait, on y a fait exactement ce qui n’avait pas fonctionné contre Wohlen. On était bien en place, mais on ne s’est pas déconcentrés. On a marqué les premiers et on a été bien disciplinés. Contre Wohlen, on s’était trop dispersés. On s’est désorganisés.

Ce sera ça la clé contre Zurich mercredi?

Oui, mais j’ai envie de dire qu’il faut se lâcher et jouer. Je ne veux pas qu’on ait de regrets, qu’on ne joue pas les coups à fond. Non, surtout pas! Allons les bousculer, mais sans se désorganiser.

Le Mont n’avait pas gagné un match à l’extérieur en 2015-2016. Là, vous avez gagné le premier de la saison! Comment avez-vous réussi cet exploit?

Il n’y a pas de comparaison possible avec la saison dernière. Chaque championnat a sa dynamique particulière, simplement.

Mais quand même, pardonnez-nous d’insister: la saison dernière, Le Mont a un bilan de douze défaites et cinq nuls hors de Baulmes. Cette année, on est à une victoire en un match. Cela veut dire quelque chose, non?

De nouveau, le jeu des comparaisons ne m’intéresse pas. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’on a très bien préparé ce match à Schaffhouse, en vidéo notamment. On savait comment les jouer et ça nous a réussi.

Vous avez donc étudié Zurich à la vidéo aussi? Vous avez une idée de comment profiter de leurs points faibles?

Bon, déjà, c’est difficile de dire que Zurich a des points faibles. Mais oui, il y a des solutions à trouver, contre n’importe quelles équipes.

Serez-vous au complet?

Je pense, oui. On a laissé pas mal de forces à Schaffhouse, mais je pense que tout le monde sera apte.

Bon, au final, on peut dire que vous vous réjouissez de ce match, non?

C’est un événement, un vrai. C’est le côté magnifique de cette Challenge League et c’est pour cela que je vous disais qu’on prend ce match comme un match de Coupe. On sera le petit face au géant et des fois, c’est le petit qui gagne… s’il fait ce qu’il faut pour.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*