Etoile Lausanne: «On dérange clairement»

Etoile Lausanne: «On dérange clairement»

Haithem Jomni, entraîneur d’Etoile Lausanne, a des choses à dire. Son équipe est passée de la 2e à la 3e place lundi soir, l’ACVF ayant transformé le match nul entre Chile IB et Azzurri 90 en une victoire par forfait pour les visiteurs (lire ici). Du coup, Etoile Lausanne, composé très majoritairement de joueurs maghrébins, ne disputera pas les finales de 4e ligue, douze mois après sa promotion. Un vrai coup dur, surtout que le club n’y est absolument pour rien.

La IA est « supérieure » à la IB

L’ACVF, pour prononcer le forfait, s’est évidemment basée sur le règlement de jeu de l’ASF, article 109. En clair? La IA est « supérieure » à la IB. Et qui dit équipe « supérieure », dit qu’un joueur ayant joué avec elle ne peut plus jouer avec l’équipe « inférieure » dans les trois derniers matches. Donc Chile était bel et bien en tort, selon le règlement. Haithem Jomni le reconnaît et annonce qu’Etoile ne fera pas recours (les chances de gagner seraient minces), mais ne décolère pas.

Chile a appelé l’ACVF qui lui a dit que le joueur pouvait jouer

« Je suis d’accord, le règlement est clair, mais une chose que vous ne savez pas, c’est qu’un responsable de Chile a appelé l’ACVF le samedi matin. La personne de permanence lui a clairement dit que le joueur en question pouvait jouer, vu que la IA et la IB sont dans la même ligue », attaque l’entraîneur d’Etoile Lausanne. « Ils ont fait une erreur, et ils ont induit Chile en erreur. Ils ont encore la trace de l’appel sur le téléphone, ils peuvent tout prouver », continue-t-il. Admettons.

Le téléphone? Seulement indicatif

L’ACVF, de son côté, n’a même pas besoin de répondre, puisque le cas est prévu dans son Barème des pénalités, article 9.3. « Tous les renseignements donnés téléphoniquement par les membres du Comité Central sont indicatifs et n’engagent pas leur responsabilité. Ce sont les règlements et communiqués écrits qui seuls font foi. Même disposition pour ce qui figure sur le site ACVF/ASF ». Voilà qui est clair. En résumé? Si un dirigeant de l’ACVF vous dit au téléphone que votre joueur ayant reçu un carton rouge le dimanche d’avant peut jouer le match suivant et que vous le faites jouer, vous perdrez le match par forfait. Ce qui semble logique.

Un groupe à 5 pour les finales? Proposition rejetée!

Chile a donc perdu le match par forfait, mais l’ACVF a quand même reconnu son erreur et proposé une solution « à la vaudoise ». En clair? Un groupe à cinq pour les finales, composé de Vignoble IA, Bussigny, Corcelles-près-Payerne , Azzurri III et Etoile Lausanne! Une solution de compromis, rejetée aussi sec par les trois premiers finalistes. Alors quoi? Faire rejouer Chile-Azzurri, sans le joueur en question? Aucune base réglementaire ne le permet. La seule solution est donc de conserver le match par forfait et de dire à Etoile Lausanne qu’il finit troisième du groupe. C’est peut-être malheureux, mais c’est ainsi.

Haithem Jomni n’est pas d’accord avec l’ACVF

Haithem Jomni, lui, y voit un complot. « Ce que je n’accepte pas, c’est que seul ce match-là soit vérifié. Je suis sûr qu’Azzurri ne s’est pas plaint qu’un joueur de Chile n’ait pas le droit de jouer, ils ne le savaient même pas. J’ai l’impression que l’ACVF s’acharne sur nous. On est montés en 4e ligue l’an dernier, mais déjà, il y a eu des histoires. Cette fois, ils ont décidé qu’on ne monterait pas », ose même Haithem Jomni. Des insinuations graves, mettant en cause la neutralité de l’ACVF et qui n’appellent pas d’autres commentaires.

« On dérange clairement »

Oui, Etoile Lausanne se sent victime. « On a eu des expulsés incroyables cette année, des cas où l’arbitre avait décidé que l’on ne devait pas gagner. On dérange clairement. Pourquoi? Je ne sais pas. Posez la question à l’ACVF », continue l’entraîneur d’Etoile. Du côté de la Vaudoise, évidemment, cette prise de position n’appelle aucun commentaire dans l’immédiat. Gérard Vontobel, son nouveau président, le répète à l’envi: son comité et lui oeuvrent pour le bien du football vaudois et la commission de discipline, tout comme celle de jeu et fair-play, est neutre et objective à 100%.

Etoile va vouloir monter l’année prochaine

Etoile Lausanne a de la peine à croire à ces belles paroles et pense que son ascension à travers les ligues du football vaudois  a déplu aux instances de celui-ci. Et il sera difficile de faire disparaître ce sentiment. « Mais on va gagner notre groupe l’année prochaine avec dix points d’avance et on va survoler les finales. Là, ils ne pourront rien trouver pour nous empêcher de monter. Avec l’équipe qu’on a, on peut s’établir en 2e ligue », promet Haithem Jomni. Etoile Lausanne, donc, ne fera pas recours, mais avait besoin et envie de dire sa colère. Chose faite.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*