Et si Malley réussissait l’impossible?

Et si Malley réussissait l’impossible?

Depuis quelques semaines, la question qui circule en 2e ligue est de savoir qui accompagnera l’ES Malley dans la charrette des relégués. Bottens, Champvent, Bex, Assens, Bavois II, Bursins-Rolle-Perroy, Crans? Chacun a ses arguments, plus ou moins recevables, pour décider de qui sera le malheureux. Malley, dans le discours collectif, est condamné par tout le monde et, soyons clairs, par nous-mêmes les premiers.

Malley est invaincu un match sur trois, si l’on ose dire

Et pourtant… En s’imposant 2-0 face à Crans dimanche, les joueurs de Benoît Pythoud ont montré qu’ils y croyaient encore. « Cette victoire montre qu’on ne lâche rien », glisse l’entraîneur des Stelliens. Et pour cause: ce succès est le deuxième de la saison seulement. Si l’on regarde les statistiques d’une manière un peu plus positive, quelque chose qui n’arrive pas souvent quand on parle de Malley, on pourrait même aller jusqu’à dire qu’avec deux victoires, quatre nuls et douze défaites, les Lausannois sont invaincus 1 match sur 3. On se rattrape à ce qu’on peut.

Julio Da Conceicao et Daniele Kilinc en buteurs

Reste que Malley a une chance de se sauver et, même si elle est maigre, elle est réelle. Elle existe, ce qui est déjà énorme. Il fallait absolument battre Crans dimanche au Bois-Gentil, autant pour se rapprocher que pour faire douter des Corbeaux tout sauf sereins désormais. Cela a été chose faite grâce à des buts de Julio Da Conceicao et de Daniele Kilinc, auteur d’une frappe en pleine toile quelques instants après être entré en jeu. Trois points qui permettent à Malley d’en compter dix et de revenir à huit longues de Bex, premier relégable, dans l’attente du verdict du match arrêté à Orbe.

Assens en visite mercredi

La chance de Malley? La réception d’Assens mercredi. Là, les choses sont claires: il faudra gagner face à un adversaire redoutable, mais, disons, abordable. Si trois points venaient récompenser les Stelliens, ils reviendraient un peu plus dans la course. Difficile à croire? Le dernier match de la saison se jouera à Bex. S’il s’agissait d’une finale, ce serait déjà un exploit.

Tant que le coup de carrelet n’est pas donné…

On va le dire ainsi: Malley n’est pas encore condamné à la relégation, mais il faut désormais quasiment réussir un sans-faute. Impossible? Comme on le dit dans le Nord vaudois: « Tant que le coup de carrelet derrière la nuque n’a pas été donné, la bête a encore une chance. »

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*