Et dire que Genolier-Begnins peut faire encore mieux…

Et dire que Genolier-Begnins peut faire encore mieux…

Victorieux 0-4 de Stade Lausanne-Ouchy II dimanche à Vidy, Genolier-Begnins a répondu présent dans la lutte de haut de tableau, comme prévu. Le score est cependant un petit peu flatteur pour des visiteurs qui n’ont pas totalement impressionné la galerie, mais qui n’ont, néanmoins, jamais été réellement mis en danger. Il est d’autant plus dur pour Robin Enrico, dans les buts, lui qui faisait son retour à la compétition suite à sa grave blessure contractée en octobre passé avec la première équipe du SLO. Le portier neuchâtelois n’a franchement rien pu faire sur chacune des réussites adverses. Devant au score dès la 23e grâce à une reprise ahurissante de son buteur maison, Julien Jemmely, «GB» s’est donné le temps de voir venir, avant de faire la différence dans le dernier quart d’heure. Las pour Stade-Lausanne qui ne s’est pas créé la moindre chance de but digne de ce nom durant 50 minutes tout à fait quelconque de la part des hommes de Marc Studer. Au coup de sifflet final, le jeune entraîneur nous a d’ailleurs fait l’amitié d’accepter de revenir sur ce match, en plus d’évoquer la situation actuelle de son club à l’aube d’un printemps qui s’annonce palpitant.

«Je nous sentais au bord de l’asphyxie»

Premier constat, le technicien canari n’est pas 100% satisfait du spectacle que son groupe a proposé sur la magnifique pelouse de Samaranch: «Sereins, nous? Pas mis en danger, peut-être, mais serein, certainement pas! Les vingt premières minutes de la seconde période ont été totalement à leur avantage et, à ce moment-là, nous ne menions que 0-1. Heureusement qu’on finit par mettre le deuxième, car je nous sentais au bord de l’asphyxie, très emprunté physiquement. Avec un peu plus de tranchant, notre adversaire nous aurait vraiment mis dans le dur. Et il faut avouer que le score final est très sévère pour eux, il ne reflète absolument pas la physionomie des événements».

Les jeunes Stadistes ont fait jeu égal

Effectivement, la partie se dirigeait lentement mais sûrement vers un 0-1 qui collait nettement plus à la réalité du terrain. On apprécie donc la lucidité de Marc Studer, car le score est en effet très sévère pour la jeune garde du SLO. Si, soyons honnête, on ne voit pas trop comment les locaux aurait pu trouer les filets d’Antoine Bechet alors qu’ils ont eu toutes les peines du monde à approcher de la surface du dernier rempart français, les hommes du sympathique Jean-Pierre Tcheutchoua ne méritaient pas ce résultat final aux allures de véritable claque. Les Lausannois ont livré une performance solide, faisant jeu égal avec un adversaire supérieur sur le papier durant la quasi-totalité de la rencontre. Il a peut-être manqué ce brin de folie une fois installé dans le camp adverse, qu’on voyait bien arriver des pieds de Pierrot Mizero, qui nous a beaucoup plu dans ses tentatives de déstabiliser l’arrière-garde de «GB», mais qui n’est, finalement, jamais venu. Un brin de réussite, aussi, dans les quelques cafouillages où le ballon a, à chaque fois, filé au mauvais endroit. Ou ce n’était peut-être tout simplement pas la journée de cette très jeune deuxième équipe de Stade Lausanne-Ouchy, dont on entendra très certainement parler dans un avenir proche.

Mais le présent, c’est donc cette défaite 0-4, car les Canaris ont alourdi le score en fin de match, moment choisi par Julien et Greg Jemmely pour unir fraternellement leurs efforts. Tandis qu’un penalty permettait au premier de signer le doublé, le second ouvrait son compteur en s’élevant plus haut que tout le monde à la réception d’un corner.

Précieux, mais pas indispensable

L’occasion rêvée d’avoir l’opinion du coach sur l’aîné des deux frères, qui célébrait, au passage, ses 19 et 20e buts de la saison: «Julien? C’est un attaquant exceptionnel, c’est sûr. On a de la chance de l’avoir chez nous. Mais avant tout, il faut remettre les choses dans leur contexte. Julien, c’est notre buteur, notre finisseur. C’est son rôle sur le terrain, c’est normal qu’il marque des buts. Bien sûr, c’est clair qu’il le fait merveilleusement bien, mais, je le répète, c’est aussi notre système qui veut ça. Il y a dix autres gars qui travaillent à côté pour qu’il marque. Pour l’anecdote, il y a deux ans, on devait aller jouer à Prilly. Il m’avait appelé en me disant qu’il ne pourrait pas être là. Je n’avais personne en attaque pour le remplacer… Finalement, on a pris Urim Gashi, un jeune de la deuxième équipe et, ce jour-là, il a inscrit trois goals et on a gagné 1-4 (lire notre compte-rendu ici)!»

«Notre championnat commencera après Pâques»

«La préparation? On a pu s’entraîner tant en salle que sur synthétique, tout c’est vraiment bien déroulé. Enfin, tout jusqu’à cette semaine. Ces derniers jours, beaucoup de mes joueurs ont connu des petits pépins physiques, des entorses, qu’on aurait bien voulu éviter. Malgré tout, on voit qu’on a encore passablement de points sur lesquels s’améliorer. Si on prend le match d’aujourd’hui, en plus d’avoir été un peu juste physiquement, on perd aussi trop rapidement la possession de la balle. On a deux semaines pour améliorer tout ça, puis notre championnat commencera véritablement, après Pâques. On va enchaîner trois rencontres en 10 jours, ça va vraiment nous lancer, nous mettre dans le rythme».

Fc Stade Lausanne Ouchy vs Fc Genolier-Begnins 0-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Marc Studer la force tranquille

Si, vu la main-mise des siens sur le match cet après-midi, Marc Studer n’avait aucune raison de sortir de ses gonds, on a tout de même été surpris (agréablement) par le calme olympien dont fait preuve le boss «jaune et vert» en permanence. Un trait de caractère que celui-ci revendique volontiers: «C’est vrai que je me force à être calme, même si parfois je serais bien tenté de m’emporter un peu. Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord parce que sinon, je ne perçois plus le match dans son ensemble, je manque des choses qui peuvent être importantes. Puis c’est aussi parce que c’est mon rôle dans notre groupe. On n’a, tout simplement, pas besoin d’une personnalité forte. C’est ainsi que l’on fonctionne».

La Côte, une terre de derbys en 2e ligue

Si, on l’aura compris, la forme reste à travailler côté canari, le fond, lui, à de quoi satisfaire, et peut-être même faire frissonner les rivaux du haut de tableau au moment de jeter un œil aux résultats de la journée. Il permettra sans doute également à Genolier-Begnins d’envisager l’avenir encore plus sereinement: «Comme je le disais, rien n’a été simple aujourd’hui. Et on s’attend à devoir jouer 12 autres matches comme ça. Pas seulement contre Morges, Montreux et le LUC, mais aussi contre les équipes de notre région. À part nous, toutes les formations de La Côte se trouvent en bas de classement. Le résultat? On va avoir quatre derbys à jouer contre des équipes qui joueront leur place en 2e ligue. Ça n’aura rien d’une promenade de santé. On ne fait pas une obsession des finales, on n’en parle même pas forcément énormément dans les vestiaires. On préfère se concentrer sur le match à venir. Toujours est-il qu’on sait que ça fonctionne plutôt bien pour nous actuellement. Et malgré une équipe relativement jeune (23 ans de moyenne d’âge), où il n’y a aucun joueur qui a joué trois ligues plus haut et qui nous apporte son expérience, on est bien conscient qu’on peut finir dans les deux premiers».

Fc Stade Lausanne Ouchy vs Fc Genolier-Begnins 0-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Statu quo en tête du groupe 1

À la victoire de Montreux-Sports hier soir vient donc s’ajouter celle de Genolier-Begnins. Le LUC-Dorigny ayant également réussi sa rentrée face au FC Pied du Jura (victoire 0-1), les choses restent inchangées sur et sous la barre. Seule inconnue dans l’histoire, Forward-Morges devra rejouer son match annulé face à Jorat-Mézières lorsque le terrain en Pré l’Étang le permettra.

Un article rédigé par Florian Vaney 

Les prochains rendez-vous

Les deux équipes rejouent le dimanche 3 avril. A 14h, GB recevra Pied du Jura. A 15h30, le SLO accueille Jorat-Mézières.

FC Stade-Lausanne-Ouchy II – FC Genolier-Begnins 0-4 (0-1)

Buts: 23e J. Jemmely 0-1;  75e G. Jemmely 0-2; 82e J. Jemmely, pen. 0-3; 88e Selimi 0-4.

Arbitres: M. Bruno Teixeira, assisté de M. José Antonio Paz et de M. Léonard Bloesch.

SLO: Enrico; Burger, Marwalder, Aldred, Bourloud; Sergio Gomez, Humbert, Mizero, Kellenberger, D. Luwawa; Natale.

Entraîneur: Jean-Pierre Tcheutchoua.

GB: Bechet; Roch, Bonzon, Ribeiro, Bolay; G. Jemmely, Favre, Kissema; Gervaix, J. Jemmely, Selimi.

Entraîneur: Marc Studer.

Vidy, stade Juan-Antonio Samaranch.

Fc Stade Lausanne Ouchy vs Fc Genolier-Begnins 0-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*