Ependes trahi par les siens

Ependes trahi par les siens

C’est le match de l’année, à Suchy, celui qu’il faut absolument gagner. Lorsque le FC Ependes monte sur la colline, il est toujours attendu avec une excitation particulière, celle qui entoure les grands matches. Longtemps, le FCE était en 3e ligue, pendant plus de vingt ans, et le FCSS n’a jamais atteint cette catégorie-là. Les derbys étaient donc rares, sauf en Coupe vaudoise. Mais Ependes a été relégué pour la deuxième fois en trois ans cet été et s’est retrouvé dans le groupe des Sécherons. Les Grenouilles savaient donc pertinemment que le voyage le plus court de la saison serait un des plus compliqués.

Devant une bonne centaine de spectateurs, dont le fameux kop côté buvette, Ependes retrouvait plusieurs de ses anciens, dont son entraîneur Yann Rouilly. Parmi les joueurs, quatre ont fait les belles heures du club en 3e ligue: Olivier Gaillard, Gilles Jenni, Frédéric Bapst et David Malziotti. Autant dire que pour ces quatre hommes-là, la soirée promettait d’être spéciale. Pour Ependes, ce match était un peu plus « normal », les joueurs et le staff ayant passablement changé. Pour le nouvel entraîneur Ilir Hoxhaj, aller jouer à Suchy n’a rien de spécial, pas plus que pour l’immense majorité de ses joueurs, mis à part peut-être le gardien Romain Noirjean et le défenseur central Fabrice Duc, tous deux très au fait de cette rivalité.

Alors, le verdict? Victoire 1-0 de Suchy, sur un coup-franc de Gilles Jenni repris victorieusement de la tête, forcément, par Olivier Gaillard. Un but  à la Ulf Kirsten, comme le grand Gaillard les affectionne, lui qui n’est jamais aussi fort que dans les derbys! Le chaudron sécheron a explosé de joie et Suchy a remporté sa deuxième victoire de la saison, qui lui permet d’ailleurs de repasser devant son voisin! De quoi réjouir, évidemment, Yann Rouilly, lequel a gentiment accepté de répondre à nos questions.

 

Coach, c’est parti pour une soirée à mille bières, alors?

Pas pour moi, je suis boulanger et je commence le boulot à minuit! Mais je pense que la buvette sera encore allumée jusque tard dans la nuit. Pour ça, je fais confiance à mes gars…

Ca doit vous faire plaisir de battre le FC Ependes, non?

Pas spécialement. Vous savez, j’ai passé de belles années là-bas, je n’avais aucune revanche à prendre. Après, c’est toujours sympa de gagner un derby, bien sûr!

C’est fou quand même, ce sont deux anciens qui amènent le but. Cela ne peut pas être une coïncidence, si?

Bon, on a fait la différence sur coup de pied arrêté parce qu’on n’arrivait pas à avoir une occasion dans le jeu! C’est surtout ça la vérité (rires)!

Vous avez été dominés?

Sincèrement, à la mi-temps, il doit y avoir 0-4. Ils étaient bien meilleurs que nous, ce qui n’est pas une surprise. Ils ont des avions sur les côtés, ça va vraiment vite, mais notre gardien Laurent Sulmoni nous a gardé dans le match. Il a fait des parades incroyables. Et on avait Diango Malacarne en défense centrale, qui nous a amené toute sa classe. Il a fait un match splendide et, en plus, il est sur l’action du but, puisqu’il s’efface pour laisser le ballon à Olivier Gaillard, ce qui trompe le gardien d’Ependes.

Ependes a eu plusieurs occasions, mais c’est vous qui marquez!

Oui, et on n’a eu besoin que d’une occasion pour le faire, juste après la pause.

Vous n’avez vraiment pas eu d’autres occasions?

Peut-être un vieux shoot en première mi-temps, mais rien de bien inquiétant. Une occasion, un but. Dès qu’on a marqué, je savais qu’on gagnerait 1-0. C’était écrit. Les gars ont montré un bel état d’esprit, bravo à eux. Maintenant, il faut enchaîner vendredi face à Croy. C’est dans deux jours, mais ce n’est pas l’entraînement qu’on a fait lundi qui risque de les avoir fatigués, donc j’attends d’eux une grande performance et de l’engagement!

 

FC Suchy-Sports – FC Ependes 1-0 (0-0)

But: 55e Gaillard 1-0

Stade Laurent-Collet, Suchy. 110 spectateurs environ.

Categories: 4e ligue, FC Ependes

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*