Ependes a tenu 38 minutes avant de se faire dévorer comme tout le monde

Ependes a tenu 38 minutes avant de se faire dévorer comme tout le monde

72e minute de ce match entre Ependes et Vallorbe-Ballaigues, jeudi soir. Jean-Yves Bonnard se tourne vers son banc et demande: « Il y en a combien? Cinq ou six? ». Constatant qu’on l’écoutait et qu’on souriait en pensant qu’il était un peu trop blasé par la victoire et les buts, il lit aussitôt dans nos pensées et s’exclame: « Ah non, ça, normalement, vous ne devriez pas l’avoir entendu! ». Soucieux de ne surtout pas donner une fausse image d’arrogance, l’entraîneur du FC Val-Bal nous demandera, juste avant de partir, de ne pas raconter l’anecdote. Promis, on ne le fera pas.

11+14+4= 29

On rigole un peu, et on se permet de taquiner gentiment Jean-Yves Bonnard, qui est tout sauf un entraîneur irrespectueux de l’adversaire. On peut assez aisément comprendre qu’il s’habitue à la victoire, puisque Val-Bal a remporté jeudi sa… vingt-neuvième victoire consécutive! Le détail? Onze matches du deuxième tour de la saison dernière, les quatorze de cette saison et les quatre de Coupe vaudoise: 29, le compte est bon et il est réellement impressionnant. Ce n’est même pas que le FC Val-Bal ne perd pas, c’est qu’il gagne absolument tout et cela, ce n’est vraiment pas le hasard qui l’autorise, ni même le talent seul.

Ependes, « historiquement », aime ce genre de matches

Jeudi, pourtant, rien n’a été facile en première période pour le « monstre » vallorbier, qui n’a trouvé la faille qu’à la 38e minute face à une courageuse équipe d’Ependes, dernière de ce groupe 3. Le FCE ne se faisait pas grande illusion sur le fait d’arracher un résultat face au leader, mais il existait tout de même un léger espoir. Pourquoi? Parce qu’historiquement, les Grenouilles ont toujours bien aimé ce genre de matches. C’était une autre époque, presque un autre siècle, mais il est arrivé que des « puissants » de la région tombent au terrain des Cartes. Ils pouvaient s’appeler Bavois ou Orbe, voire même LUC-Dorigny ou Concordia: tous redoutaient ce déplacement piégeux et beaucoup en sont repartis vaincus. Secrètement, le FCE espérait ressusciter un peu de cet esprit perdu en accueillant Val-Bal. Il n’en a rien été, mais ce n’est pas faute d’avoir eu la bonne attitude.

Marvyn Matip pour le 0-1, comme souvent

« On savait bien que ce n’était pas face à eux que l’on devait absolument faire des points, mais on a montré un beau visage en première période », commente Daniel Roulet. Absolument vrai. Ependes, même privé de plusieurs éléments importants, est entré fort dans le match, se créant même deux occasions nettes en première période, dont une, immense, par José Varela (42e). Hélas pour les Verts, Marvyn Matip avait déjà récupéré un ballon traînant dans la surface après un corner pour le 0-1 (38e). Avant cela, Romain Noirjean avait montré à plusieurs reprises qu’il était l’un des meilleurs gardiens de 3e ligue et avait réussi à préserver son but inviolé. Quelques parades spectaculaires, des sorties bien maîtrisées: Noirjean gardait le FCE dans le match. « Ils ont eu plus d’occasions que nous, mais on aurait pu arriver à la pause avec un match nul sans rien voler », continuait l’entraîneur du FCE.

Ependes aurait mérité de sauver l’honneur

En deuxième mi-temps, tout a été plus facile pour Val-Bal, qui n’a même pas eu besoin de vraiment augmenter le rythme pour prendre le large. Ependes, trop naïf, a offert des buts à un adversaire qui n’avait pas besoin de cela pour s’imposer. Marvyn Matip s’est offert un doublé, tout comme Ayoub Azedag, tandis que Daniel Ambrus, Kamel Tahri et Yuri Benayad y sont allés de leur but. 0-7, score final un brin sévère pour Ependes qui aurait mérité d’en mettre un ou deux, ne serait-ce que pour son courage et son état d’esprit. Il n’en sera rien.

Tommy Schwartz: « Il faut qu’on se méfie, ça peut nous jouer des tours »

Alors, invincible ce FC Vallorbe-Ballaigues? A voir. Un gros test attend les hommes de Jean-Yves Bonnard mardi à Pully en quarts de finale de la Coupe vaudoise et c’est peu dire qu’ils se réjouissent. Tommy Schwartz, le très bon milieu défensif, le confirme: « Sincèrement, on a déjà un peu la tête à ce match et on attend de voir ce que l’on vaut face à une bonne équipe de 2e ligue. Ce n’est pas tous les jours facile de se concentrer sur le championnat, on l’a vu ce soir encore. Sincèrement, on a un peu de marge, vous le voyez… On le sait bien et inconsciemment, ça joue un peu. Mais il faut qu’on se méfie, parce que ça peut nous jouer des tours. Les finales, ce sont trois matches. Si on est un peu moins bien, ou pas prêts, on risque de se faire bouffer. Et là, on serait repartis pour un an en 3e ligue, ce qui n’est vraiment pas le but. » Tous ces joueurs-là, venus de CFA où ils gagnaient quelques centaines d’euros par mois, ont un niveau largement supérieur à la 3e ligue, c’est tellement évident qu’on a honte de l’écrire. Ils sont là pour une seule chose: le travail, puisqu’ils ne sont pas rémunérés pour jouer au football, et le risque est grand qu’ils perdent le rythme et l’intensité par rapport à la CFA, un championnat largement supérieur à la 3e ligue. Ils prendraient en outre largement plus de plaisir un ou deux échelons au dessus. Le but est connu: monter très vite en 2e ligue, en tout cas. Et pour cela, rien de mieux que d’enchaîner les victoires.

Hambourg-Wolfsbourg ce week-end pour Ependes

Ependes? Daniel Roulet l’a dit, ce n’est pas là qu’il faut prendre des points. Le week-end servira à souder le groupe, puisque les Grenouilles s’envolent pour Hambourg, pour assister au choc entre le HSV et Wolfsbourg. Ensuite, il sera temps de préparer un déplacement hyper-important à Grandson II. Là, pas d’excuses, il faudra faire des points.

Les hommes du match

Pour le FC Ependes, Romain Noirjean, clairement. Le gardien a réalisé des parades de classe et toujours gardé un état d’esprit positif même quand les pions s’enchaînaient. José Varela a tenté des choses, mais il aurait dû marquer à la 82e. Petit regret quand même sur ce coup-là.

Difficile de ressortir un joueur du côté de Val-Bal. On dira Tommy Schwartz, quand même, pour son abattage et la justesse de son jeu. Un autre? Daniel Ambrus. Le Roumain, également à mi-terrain, est impressionnant de par son volume de jeu. Il est partout, il se bat, et il est très fort balle au pied. Et en plus, il marque. Il est essentiel au FC Vallorbe-Ballaigues dans le coeur du jeu.

Les prochains rendez-vous

Déplacement ultra-important pour le FC Ependes, dimanche 19 avril à 10h sur le terrain du FC Grandson-Tuileries II. Le même jour, mais à 14h, Val-Bal aura un déplacement piège sur le terrain du FC Champagne. Avant cela, il faudra aller batailler à Pully en quarts de finale de la Coupe vaudoise, mardi à 20h.

FC Ependes – FC Vallorbe-Ballaigues 0-7 (0-1)

Buts: 38e Matip 0-1; 53e Azedag 0-2; 63e Ambrus 0-3; 66e Matip 0-4; 69e Tahri 0-5; 80e Benayad 0-6; 87e Azedag 0-7.

Arbitre: Murat Onkol

Ependes: Noirjean; Oppliger, Besson, Duc, Chevalley (62e Sansonnens); Crausaz (68e Homberger), G. Roulet, Dreher, Fuhrer; José Varela, Di Bennardo (68e Justo).

Entraîneur: Daniel Roulet

Val-Bal: Bardin; Rocca, Leuba, Pelletey, Mayingila (64e Essobo); Schwartz, Ambrus; Azedag, Etonde (70e Benayad), Tahri; Matip (72e Ondigui).

Entraîneur: Jean-Yves Bonnard

Terrain des Cartes.

Categories: 3e ligue, FC Ependes

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*